Une nouvelle école attaquée à la voiture bélier à Corbeil-Essonnes

logo AFP

Une nouvelle école a été attaquée à la voiture bélier dans la nuit de lundi à mardi à Corbeil-Essonnes, sans provoquer d’incendie dans l’établissement, quelques semaines après trois attaques similaires, a-t-on appris mardi de sources concordantes.

Le véhicule a enfoncé le portail, puis a été brûlé sur le parking de l’école, mais le bâtiment n’a pas été atteint par les flammes, a constaté un journaliste de l’AFP.

Le feu, rapidement maîtrisé par les pompiers, s’est cependant propagé à un autre véhicule, dont l’arrière a fondu. Des traces de plastique brûlé et de suie étaient encore visibles mardi matin, mais le véhicule bélier avait été retiré.

L’auteur a réussi à prendre la fuite et une enquête a été confiée à la police judiciaire de Versailles.

« On en veut à la République », a déclaré sur place Jean-Michel Fritz, premier adjoint au maire UMP de Corbeil-Essonnes. « C’est du terrorisme. »

L’incendie a eu lieu dans le quartier Moulin-Galant, « un quartier tranquille », selon un agent de la municipalité venu réparer les rares dégâts.

« J’ai toujours pensé qu’on était protégé. On n’est pas dans le centre, on est presque à la campagne », a déclaré à l’AFP une employée de la cantine, qui n’a pas voulu donner son nom.

Les élèves, qui étaient mardi matin en sortie scolaire, sont arrivés dans l’école en fin de matinée, a constaté le journaliste de l’AFP.

– ‘Règlement de comptes’ –

Dans la nuit du 5 au 6 octobre, une médiathèque et une école avaient déjà été incendiées à la voiture bélier dans le quartier sensible des Tarterêts, toujours à Corbeil.

Deux semaines plus tard, une autre école de la ville avait été attaquée de la même manière.

« Par la cible et le mode opératoire, on peut bien sûr faire un lien » avec ces incendies et cette nouvelle attaque à la voiture bélier, a assuré une source proche de l’enquête.

Plusieurs enquêtes en lien avec la mairie, dirigée de 1995 à 2009 par l’avionneur Serge Dassault, sont toujours en cours à Corbeil-Essonnes pour racket, menaces ou tentatives d’homicide.

Les enquêteurs s’interrogent sur un lien entre les incendies à la voiture bélier et les mises en examen du sénateur Dassault et de son successeur à la mairie Jean-Pierre Bechter dans une enquête pour « achat de votes ».

« On met le paquet » sur cette enquête, a assuré mardi une source proche du dossier, évoquant « un système pourri » et les difficultés rencontrées par les enquêteurs pour coopérer avec la municipalité.

« On n’a pas affaire à des jeunes de quartier mais à un réseau organisé de personnes qui ont des comptes à régler avec le sénateur et le maire », a estimé auprès de l’AFP Bruno Piriou, conseiller général Front de Gauche, qui parle de « règlement de comptes ». « Plus tôt il y aura un procès qui les empêchera de nuire, plus vite la ville retrouvera sa quiétude », a-t-il ajouté.

Au total, au moins 15 feux volontaires de bâtiments publics ou de voitures ont indirectement visé la municipalité ces quatre dernières années.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous