Rhône: près de 400 Roms sur la voie d’une insertion réussie

logo AFP

Le Programme « Andatu », initié en 2011 par la préfecture du Rhône et visant à l’insertion de Roms de l’agglomération lyonnaise, a permis d’aider 394 ressortissants roumains et bulgares qui vivaient jusque-là dans la rue, se sont félicités vendredi ses responsables.

« L’enjeu de ce projet, c’est que les personnes puissent vivre dignement de leur activité, de leur travail et échapper progressivement au système d’assistance qui n’est pas un but en soi », a déclaré lors d’une conférence de presse Jean-François Ploquin, directeur général de l’association d’aide Forum Réfugiés-Cosi qui a cosuivi le projet.

Selon un premier bilan de l’opération qui doit se terminer le 1er juillet 2015, 95 ménages -soit 175 adultes et 219 mineurs-, ont été accompagnés durant 24 mois. Dans un peu plus de six mois, à l’issue du projet, toutes les familles d' »Andatu » seront entrées « dans le droit commun », la règlementation sur l’accord de dérogations ayant changé depuis le 1er janvier dernier pour les travailleurs roumains et bulgares.

89 familles ont ainsi intégré un logement social, répartis sur 24 communes de l’agglomération lyonnaise, selon Forum Réfugiés-Cosi. 169 enfants et adolescents ont aussi été scolarisés, tandis que 45 adultes âgés de 25 à 35 ans, occupaient un emploi au 1er décembre dans les secteurs du « nettoyage, des services à la personne et à la manutention ».

Sur 132 contrats de travail signés ces trois dernières années, 50% étaient des contrats à durée déterminée tandis que 8% sont des contrats à durée indéterminée. Les autres familles reçoivent quant à elles le revenu de solidarité active (RSA).

« C’est une opération d’intégration républicaine complète (…) qui a été voulue », s’est félicité pour sa part Gilles May-Carles, directeur départemental de la Cohésion sociale.

Cinq personnes ont quitté le programme en cours de route, dont trois ont été exclues « pour troubles graves à l’ordre public », en vertu d’une clause du contrat social liant les familles, l’Etat et Forum Réfugiés.

Le programme « Andatu », qui signifie « pour toi » en langue romani, est financé par l’Etat, le Fonds Social Européen, la communauté urbaine du Grand Lyon et la fondation Abbé Pierre, pour un coût global de 2,6 millions d’euros.

Il ne sera pas répliqué en l’état.

Ce bilan intervient alors que depuis trois semaines un collectif, « Jamais sans toit », occupe des écoles pour réclamer que des élèves sans-abri soient logés avec leurs familles pour l’hiver, tandis que le diocèse et des association ont interpellé les autorités sur le nombre de personnes qui dorment dans la rue à Lyon.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous