La Bourgogne et la Franche-Comté empruntent ensemble pour les lycées

logo AFP

Les présidents des régions Bourgogne et Franche-Comté, qui doivent fusionner début 2016, ont signé jeudi à Dijon un emprunt commun en faveur des lycées avec la Banque européenne d’investissement (BEI), une première en France, a constaté une journaliste de l’AFP.

La BEI s’est engagée à prêter à des conditions préférentielles 100 millions d’euros à chacun des deux Conseils régionaux pour financer un programme de travaux de près de 400 millions d’euros dans les lycées, les centres de formation d’apprentis et les instituts de formation en soins infirmiers.

Ces travaux devront être terminés d’ici 2019 et concernent 62 établissements scolaires en Bourgogne et 26 établissements en Franche-Comté, a indiqué à la presse Philippe De Fontaine Vive, vice-président de la BEI.

« C’est la première fois que nous prêtons à deux régions en commun », a-t-il indiqué à l’AFP, soulignant que ce prêt a été conçu « dans le cadre de la fusion » des deux régions, un projet lancé localement dès avril 2014, et que le Parlement s’apprête à valider.

La présidente de Franche-Comté, Marie-Guite Dufay (PS), a expliqué que les deux collectivités « devaient être ensemble pour atteindre une taille critique, sinon les portes de la BEI ne se seraient pas ouvertes ».

Avec cette signature, « nous concrétisons un acte de gouvernance commune », a estimé son homologue bourguignon, François Patriat (PS).

Le secrétaire d’État aux affaires européennes, Harlem Désir, qui a assisté à la signature, a salué le « dynamisme » des deux régions qui pourront « créer, étendre ou rénover, dans le respect des exigences environnementales », leurs établissements scolaires.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous