François Busnel : « plus vous lirez, mieux vous serez armé pour affronter la vie »

A l'occasion des 20 ans de France 5, François Busnel propose une émission spéciale sur "les 20 livres qui ont changé votre vie".

François Busnel / FTV France 5

François Busnel / FTV France 5

Quel livre a changé votre vie ? Après avoir posé la question à des écrivains et aux téléspectateurs pendant deux mois sur le site de France 5,  le présentateur de La Grande Librairie dévoilera, jeudi 11 décembre, à 20h30, le palmarès des livres les plus cités.

Selon vous, les livres auraient un pouvoir…

Les livres ne sont pas des objets inertes. S’il est bien fait, un roman vous habitera, vous travaillera, pendant des années, façonnant une partie de votre personnalité. Le slogan “changer la vie” est magnifique. Il n’a jamais connu de succès en politique, mais il y a un endroit où il fonctionne : dans le champ de la lecture.

Lire agrandit notre regard, nous console, nous questionne, nous permet de mieux nous connaître, élargit le champ des possibles, nous aide à vaincre nos peurs, réveille notre imagination…

La lecture ne peut pas changer le monde, mais elle peut changer votre vie. Elle peut vous permettre de mettre des mots sur des choses que vous ressentiez, mais que vous ne saviez pas expliquer. Et tout à coup, cela vous libère.

Les livres nous rendent-ils plus forts ?

Parmi les invités, j’ai demandé à Boris Cyrulnik, psychiatre, d’être présent : selon lui, le livre est l’un des moyens permettant la résilience. Se réparer, se reconstruire, passe souvent par une autre histoire, par des mots, précis, choisis par des écrivains, et qui nous touchent.

Changer la vie, c’est quoi ? C’est s’identifier à un personnage, se dire « moi aussi, je peux y arriver », et réaliser que beaucoup de choses paraissant impossibles ne dépendent que de nous.

François Busnel  / FTV France 5

François Busnel / FTV France 5

Mais ce pouvoir ne nous sera offert que si nous sommes curieux, enthousiastes et ouverts. La lecture, c’est continuer à lire, même si un roman ne nous a pas plu. Il y a tellement de bons livres, que parmi tous ceux se trouvant dans une librairie, vous trouverez celui qui peut, tout à coup, modifier votre vision de la vie et des choses. Il suffit de le trouver. C’est à vous de jouer.

Ce pouvoir des livres, vous l’avez vous-même ressenti ?

De nombreux livres ont changé ma vie. Mais un roman, en particulier, m’a marqué. Il s’agit de Cyrano de Bergerac, d’Edmond Rostand. Ce livre m’a appris un certain nombre de choses que j’ignorais…

A mes yeux, l’un des plus grands morceaux de bravoure de la littérature, c’est la « tirade des non, merci » – un formidable éloge de la liberté, où Cyrano clame son refus de servir un maître et de faire des compromis.

En lisant cela, à 17 ans, à un moment où je me demandais ce qu’était la liberté, j’ai compris que l’on n’a pas forcément besoin de faire des compromis, que la liberté est une chose essentielle. Réaliser cela m’a donné une force folle. D’autres livres ont pu avoir ce rôle, comme Dalva, de Jim Harrison, roman qui m’a ouvert sur la littérature américaine…

Sans avoir lu ces livres, je ne serais pas la même personne. Lire, c’est la béquille, absolument nécessaire, qui nous permet de traverser certaines épreuves. Plus vous lirez, mieux vous serez armé pour affronter la vie.

S’agit-il forcément d’un classique ?

François Busnel  / FTV France 5

François Busnel / FTV France 5

Pas du tout ! Le palmarès restera secret jusqu’à jeudi soir, mais il y aura beaucoup de surprises lors de l’émission. Nombre de lecteurs citent des auteurs, contemporains ou non, comme René Barjavel ou Stephen King, souvent injustement décrits comme des écrivains mineurs.  Or, aucun genre n’est mineur en littérature.

Par exemple, Stephen King, c’est 350 millions d’exemplaires vendus dans le monde. S’il a autant de lecteurs, c’est qu’il y a de bonnes raisons. L’une d’entre elles est probablement que des gens ont vu leur existence basculer parce que l’écrivain venait de décrire très exactement ce qu’ils vivaient, ou ce qu’ils voulaient vivre.

Les lecteurs qui nous écrivent nous parlent aussi de classiques, bien sûr. Ce sont des livres que l’on découvre souvent à l’école, que l’on adore ou que l’on déteste. Ceux qui détestent, souvent, les redécouvrent 10 ou 15 ans plus tard, et finissent par les adorer.

Qu’espérez-vous comprendre à travers cette émission ?

Ce qui m’intéresse, c’est de savoir quel est le moment que vous, avec le recul, vous jugez décisif dans votre vie. On a demandé aux gens de voter, de nous dire quel livre avait changé leur vie, mais aussi de nous dire pourquoi – en les laissant prendre du recul, loin de l’immédiateté de certaines émissions où l’on vous demande de voter 1 ou 2, tout de suite…

La question que je pose est  complexe, profonde. Je n’ai pas demandé au lecteur quel était son livre préféré, mais s’il existait un livre – qui n’est pas nécessairement un « chef d’oeuvre » -, l’ayant travaillé de l’intérieur, et qui bien plus qu’un autre, aurait participé à faire de lui ce qu’il est devenu.

Chacun raconte son expérience, et finalement, nous obtenons une sorte de photographie de la France qui lit : que lit-elle, et pourquoi. C’est, au fond, un moyen de mieux nous comprendre.

Vous avez reçu beaucoup de lettres, et les internautes étaient nombreux à avoir partagé leur expérience. Est-ce le signe que malgré tout, les gens continuent à lire ?

Les gens lisent toujours autant ! Mais pas encore assez. Les livres sont porteurs d’espoir, nous devons en être conscients. Il faudrait que la politique en faveur des livres soit beaucoup plus volontariste, et l’on arriverait à réaliser des choses incroyables.

François Busnel / FTV France 5

François Busnel / FTV France 5

Beaucoup de professeurs, d’enseignants, se sont appropriés cette idée. Ils montent des clubs de lecture, ils mobilisent leurs élèves… qui se prennent au jeu, car quand on leur parle de livres qui changent la vie, ils commencent à y croire… Nous avons reçu énormément de témoignages de la part de professeurs, qui nous disaient qu’ils appliquent l’idée de l’émission en cours : ils essaient de choisir des livres en fonction de ce qui peut toucher les élèves, de ce qui peut tout à coup décider d’une orientation… L’adolescence, c’est l’âge où l’on cherche un modèle. Et quel meilleur endroit pour les trouver que les livres ?

Alors, le pouvoir des livres s’exercerait dès l’école ?

Des professeurs réussissent à faire lire les élèves parce qu’ils arrivent à leur communiquer cette idée que la lecture va leur ouvrir une vie nouvelle.

J’ai eu la chance d’avoir des professeurs comme cela, qui m’ont fait comprendre que la lecture n’avait d’intérêt pratiquement que pour cette raison : parce que tout à coup, je devenais 1000 personnages, et que des perspectives nouvelles s’ouvraient alors à moi.

A l’école, transmet-on suffisamment le goût de la lecture ?

François Busnel / FTV France 5

François Busnel / FTV France 5

Ce n’est jamais suffisant, on peut toujours mieux faire. Deux budgets doivent toujours être préservés, l’éducation et la culture. Parce que l’avenir se joue dans ces secteurs.

Nous formons aujourd’hui les lecteurs de demain… et il ne faut pas marchander. Les profs, notamment de lettres, doivent avoir tous les moyens possibles pour faire passer le goût de la lecture.

Finalement, c’est aussi le but de mon émission, la Grande Librairie : donner aux gens l’envie de lire. Beaucoup de téléspectateurs m’écrivent, me disent qu’ils avaient décroché, mais qu’ils s’y remettent.

Je ne suis pas du tout défaitiste. Je crois que nous avons, journalistes, libraires et enseignants, un point commun: nous sommes des passeurs. Nous ne devons jamais désarmer, et garder intacte l’envie de faire lire.

2 commentaires sur "François Busnel : « plus vous lirez, mieux vous serez armé pour affronter la vie »"

  1. Fulconis André Pierre  21 août 2015 à 19 h 32 min

    Dans cet excellent article que l’on ne peut qu’approuver quant au fond, une seule petite erreur par inadvertance : « Cyrano de Bergerac » d’Edmond Rostand est une pièce de théâtre et non un roman.
    Cordialement à toutes et tousSignaler un abus

    Répondre
    • Chol  19 avril 2016 à 0 h 11 min

      Encore un qui a vu le film et qui en parle comme s’il l’avait lu non ? 😉Signaler un abus

      Répondre

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Captcha *

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.

Recherche dans les archives

Vous