2019 : Mascot se posera sur son astéroïde

Le Japon a lancé sa sonde Hayabusa-2, qui doit rejoindre en 2018 l'astéroïde 1999 JU3. Son robot atterrisseur, Mascot, aura pour mission de prélever des échantillons de poussières.

EQM de Mascot monté sur le Modèle de Vol de la sonde Hayabusa à la Jaxa - Cnes

EQM de Mascot monté sur le Modèle de Vol de la sonde Hayabusa à la Jaxa – Cnes

Le robot Philae n’est pas la seule sonde à œuvrer dans l’espace… Mercredi 3 décembre, l’agence spatiale japonaise (JAXA) a envoyé dans l’espace, la sonde Hayabusa-2. Son objectif : rejoindre un astéroïde primitif d’un kilomètre de diamètre, 1999 JU3.

Un robot franco-allemand

Principalement composé de carbone, il devrait, tout comme la comète Churyumov-Gerasimenko à travers la mission Philae/Rosetta, permettre d’en savoir un peu plus sur l’histoire du système solaire. En effet, cet astéroïde a très peu évolué, depuis sa formation, il y a 4,5 milliards d’années.

La sonde devrait entrer en orbite autour de 1999 JU3, d’ici à l’été 2018. Conçu par le Centre national d’études spatiales (Cnes) français et son homologue allemand, le DLR (Centre allemand pour l’aéronautique et l’aérospatiale), le robot atterrisseur de Hayabusa-2, baptisé “Mascot” (Mobile Asteroid Surface Scout), se posera ensuite sur l’astéroïde, en 2019.

A la collecte des poussières d’astéroïde

Comme Philae, Mascot n’aura qu’une faible autonomie – sa durée de vie est limitée par ses batteries primaires, unique source d’énergie pour 12 heures d’action. La mission du “petit frère” de Philae : collecter des poussières du sous-sol, pour permettre aux scientifiques d’analyser les matières organiques et aqueuses présentes aux débuts du système solaire. Mascot permettra ainsi, peut-être, aux chercheurs de mieux comprendre les conditions de formation des planètes.

Afin de pouvoir recueillir des poussières, Mascot devra patienter avant d’être envoyé sur l’astéroïde : auparavant, la sonde Hayabusa-2 enverra sur le corps astral un “impacteur”, une sorte de “canon spatial” permettant de larguer un projectile, afin de “creuser un cratère artificiel sur la surface”, peut-on lire sur le site du Cnes. Ensuite, Mascot pourra se poser et effectuer ses prélèvements, avant un retour sur Terre prévu pour 2020.

D’ores et déjà, le robot a son compte Twitter, qui permettra aux internautes de suivre ses aventures.

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Captcha *

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.

Recherche dans les archives

Vous