Budget 2015: le Sénat rejette les crédits Recherche et enseignement supérieur

logo AFP

Le Sénat revenu à droite a rejeté mercredi les crédits Recherche et enseignement supérieur à l’occasion de l’examen du projet de loi de finances (PLF) 2015, refusant, selon Philippe Dallier (UMP), « de signer un chèque en blanc » au gouvernement.

Les sénateurs ont dans un premier temps adopté un amendement de Dominique Gillot (PS) et de Jacques Grosperrin (UMP) rétablissant 135,5 millions d’euros retirés à la mission à l’Assemblée nationale.

« Leur sanctuarisation permettra de redonner confiance à la communauté scientifique, lui garantissant les engagements pris », a déclaré Mme Gillot.

Mais par la suite les sénateurs de droite ont rejeté l’ensemble des crédits de la mission en estimant que « le rétablissement des 136 millions d’euros prélevés de façon scandaleuse par le gouvernement à l’Assemblée à seule fin d’équilibrer les comptes de l’Etat, ne suffisait pas à justifier leur adoption ».

« Le président de la République a pris l’engagement de remettre l’éducation et la jeunesse au coeur de l’action publique. Ce budget n’est pas à la hauteur de ces ambitions », a critiqué Françoise Férat (UDI-UC). « Les enseignants-chercheurs s’interrogent sur la sincérité des déclarations d’amour du président de la République », a affirmé de son côté Jacques Grosperrin.

En rejetant l’intégralité du budget Recherche et Enseignement Supérieur, « la droite sénatoriale a claqué la porte au nez de la communauté scientifique », s’est insurgé David Assouline (PS), accusant la majorité sénatoriale de poursuivre « son travail de déconstruction systématique sans présenter aucune autre alternative ».

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous