Fabius prône un « assouplissement » des horaires et l’ouverture des commerces le dimanche

logo AFP

Le ministre des affaires étrangères en charge du Tourisme Laurent Fabius a prôné mardi à Nancy devant restaurateurs et hôteliers réunis au congrès du principal syndicat du secteur, l’Umih, une « plus grande souplesse des horaires d’ouverture des commerces », rappelant qu’un touriste qui trouve « porte close le dimanche ne revient pas le mardi ».

La question de l’ouverture des magasins le dimanche en France sera abordée dans le projet de loi croissance d’Emmanuel Macron, présenté le 10 décembre prochain en conseil des ministres. En octobre dernier, le ministre de l’Economie avait annoncé que les magasins non alimentaires pourront ouvrir cinq dimanches par an sur simple demande (et non sur autorisation préalable) et jusqu’à 12 dimanches par an au total.

Pour Laurent Fabius, « c’est un sujet délicat mais dans certaines zones très touristiques, il faut une plus grande souplesse des horaires d’ouverture des commerces. Il y aura au début de l’année prochaine, et cela sera présenté en conseil des Ministres dans quelques jours un projet de loi qui comportera des dispositions pour faire avancer ce sujet. Ce sera sur la base du volontariat, avec des compensations mais je pense que c’est absolument indispensable si l’on veut augmenter les recettes liées au tourisme », a-t-il assuré.

« Il y a quelques années, les choses étaient différentes, mais aujourd’hui si un touriste étranger sait qu’il va trouver porte close le dimanche, il ne va pas revenir le mardi. Si l’on veut attirer davantage de touristes, et faire fonctionner plus efficacement l’ensemble de vos professions, le bon sens indique qu’il faut nous adapter à leur demande, plutôt que d’exiger que la demande s’adapte à nous », a poursuivi le ministre devant 600 professionnels du secteur.

Dans le secteur des cafés, de l’hôtellerie et la restauration et les discothèques (CHRD), les salariés ne touchent pas de compensations financières lorsqu’ils travaillent le dimanche.

« Nous resterons très attentifs car si le gouvernement décidait d’appliquer une compensation financière dans notre secteur, cela constituerait de trop lourdes charges supplémentaires dans le contexte économique actuel », a expliqué à l’AFP le président de l’Union des Métiers et

des Industries de l’Hôtellerie(Umih), Roland Héguy.

Laurent Fabius, a par ailleurs annoncé que « l’entreprise Orange France vient de négocier avec le principal opérateur téléphonique chinois China Mobile, 700 millions d’abonnés: Au 1er janvier 2015, tous les touristes chinois arrivant chez nous recevront un SMS d’accueil leur souhaitant en chinois la bienvenue et les invitant à consulter le site officiel du tourisme +Rendez-vous en France+, traduit en chinois », a-t-il développé.

La France accueille 1,5 million de touristes chinois par an et s’est fixé comme objectif d’en recevoir 5 millions à horizon 2019.

Côté transports, M. Fabius a assuré travailler « à améliorer la signalétique dans les transports, en harmonisant les panneaux pour les aéroports, les gares et les stations de métro, en traduisant la signalétique des aéroports dans un nombre de langues plus important ».

Laurent Fabius a également rappelé la nécessité de « faciliter l’entrée des touristes étrangers sur notre territoire » et la « mise en place depuis janvier dernier pour la Chine, réservoir massif de touristes, d’un dispositif +visas en 48 heures+, qui fonctionne bien. A partir du 1er janvier prochain, il sera étendu à l’Inde, à l’Afrique du Sud et aux pays du Golfe persique », a-t-il promis.

« Chaque jour, dans vos restaurants, dans vos hôtels et dans vos cafés, vous contribuez à l’image de notre pays, en France et à l’étranger (…). Avec vous, je suis convaincu que nous pouvons réussir à faire de la France le plus grand pays touristique du monde, vous avez les atouts pour cela, à nous de vous aider », a-t-il insisté.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous