Enfants SDF: écoles occupées et en grève à Lyon

logo AFP

Le collectif « Jamais sans toit », mobilisé depuis le 20 novembre pour donner un hébergement aux enfants scolarisés mais sans domicile fixe dans l’agglomération lyonnaise, devait poursuivre l’occupation d’au moins cinq écoles dans la nuit de lundi à mardi, tandis que d’autres seront en grève mardi.

Deux écoles de Vaulx-en-Velin (est lyonnais) seront fermées et les enseignants de deux autres écoles et d’un collège seront en grève mardi pour apporter leur soutien au père Gérard Riffard. Ce curé retraité est jugé en appel à Lyon pour avoir enfreint un arrêté municipal en hébergeant des sans-abri dans une église de Saint-Etienne.

Le 27 novembre, une délégation du collectif « Jamais sans toit » a été reçue à la préfecture pendant deux heures par le directeur départemental de la cohésion sociale, Gilles May-Carles. Elle lui a remis, comme le demandait le préfet, « la liste des 194 enfants et de leurs familles, soit 500 personnes » à la rue.

Selon M. May-Carles, « une quarantaine » de ces enfants ont été intégrés « très naturellement » depuis début novembre dans des classes ouvertes progressivement par la préfecture pour la période hivernale.

« J’ai confié cette liste à une équipe de quatre travailleurs sociaux ayant pour consigne de rééxaminer leur situation », a précisé à l’AFP M. May-Carles. Celui-ci a dit au collectif qu’il « n’était pas question de passe-droit, mais d’un rééxamen de la liste pour vérifier que rien ne leur a échappé ».

« Il y a des critères de priorité selon l’état de santé, les handicaps, les enfants ou les personnes âgées », a-t-il rappelé, ajoutant: « Je ne dérogerai pas à ces principes (…) il faut garder la main sur la gestion des priorités pour protéger les plus vulnérables qui ne sont pas accompagnés, car on ne peut pas faire face à toute la misère du monde. »

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous