La compagnie de Pietragalla « surprise » par la polémique sur ses locaux à Bagnolet

logo AFP

La compagnie de la danseuse Marie-Claude Pietragalla, que la mairie de Bagnolet envisage de faire partir des locaux municipaux qu’elle occupe pour les réattribuer à une école voisine, s’est dite « surprise » de cette polémique, appelant les pouvoirs publics « à prendre leurs responsabilités ».

La compagnie de l’ancienne danseuse étoile et chorégraphe est installée dans des locaux attribués par la précédente municipalité PCF moyennant une contrepartie modique. Mais l’actuelle mairie socialiste, interpellée par des parents d’élèves d’un groupe scolaire voisin dont les locaux sont trop exigus, a indiqué jeudi envisager « de demander à Mme Pietragalla de partir » d’ici septembre 2015, pour réaffecter cet espace à l’école.

« La compagnie est surprise de la polémique concernant les conditions de l’occupation de ces locaux », indique un communiqué du Théâtre du Corps Pietragalla-Derouault, qui souligne que « les conditions de la venue de la compagnie ont été discutées à l’époque avec les services de la mairie de l’équipe précédente qui souhaitait développer une pratique culturelle d’excellence et de grande renommée sur son territoire ».

« Je demande aux pouvoirs publics de prendre leurs responsabilités et de permettre non seulement aux enfants de bénéficier d’une école digne de ce nom mais également à une entreprise culturelle de vivre à Bagnolet, en Seine Saint-Denis », a déclaré Marie-Claude Pietragalla citée dans ce texte.

Répondant aux critiques de parents lui reprochant de ne pas suffisamment ouvrir son centre aux enfants de ce quartier populaire, la compagnie dit discuter avec la municipalité « de nouveaux partenariats afin d’amplifier les échanges avec les associations de quartier » et « les actions de sensibilisation culturelle auprès de la population ».

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous