Education prioritaire : Marseille concentrera la majorité des REP dans son académie

62 collèges de l'académie Aix-Marseille devraient bénéficier du dispositif éducation prioritaire. La cité phocéenne concentrera l’essentiel de ces établissements.

 © bourbon numérik / Fotolia.

© bourbon numérik / Fotolia.

L’académie Aix-Marseille a dévoilé, mardi 25 novembre, aux organisations syndicales et aux représentants des parents d’élèves, sa nouvelle carte de l’éducation prioritaire. Officialisée en janvier, après une période de concertations, elle sera mise en oeuvre à la rentrée 2015.

D’après le projet de l’académie, qui concerne 62 établissements, 7 nouveaux collèges devraient intégrer le dispositif : 5 REP (réseaux d’éducation prioritaire), essentiellement situés dans les Bouches-du-Rhône, et 2 REP + dans le Vaucluse. 10 collèges en sortiraient : 4 dans le Vaucluse, 2 dans les Bouches-du-Rhône, 1 dans les Alpes-de-Hautes-Provence et 3 dans les Hautes-Alpes.

Les Bouches-du-Rhône, et en particulier la ville de Marseille, devraient concentrer l’essentiel des établissements de l’éducation prioritaire. Avec 23 REP + et 5 REP, « la cité phocéenne est la grande gagnante de ce redéploiement et, plus généralement, ses quartiers Nord », notait La Provence, ce jeudi.

Des avis mitigés

Le quotidien régional relève pourtant des « avis mitigés ». Stéphane Rio, secrétaire général du SNES-FSU, salue « un progrès incontestable », notamment grâce aux REP +, puisque « ces réseaux ne visent pas à exclure les collèges en difficulté de l’exigence générale, en renforçant le seul péri-éducatif au détriment du socle, mais au contraire, à mettre sur la table d’importants moyens pour améliorer l’apprentissage chez des gamins fragiles ». Mais « pour la CGT, le compte n’y est pas », note La Provence.

« Au final, nous avons 7 collèges de l’académie qui rentrent contre 10 qui sortent, dont Château Robin, à Marseille (11e). Concrètement, cela signifie que ceux qui n’auront pas été retenus vont perdre le peu de moyens qui leur restait », affirme le syndicat au quotidien. La CGT déplore également l’absence de lycées généralistes et professionnels, notamment trois établissements Marseillais actuellement en ZEP (Zone d’Éducation Prioritaire). « S’ils n’étaient pas inclus, ce serait une catastrophe. Pour l’heure, on mobilise et on attend de voir », explique Stéphane Rio à La Provence.

Selon un communiqué du rectorat, un « groupe de travail départemental » devrait être prochainement mis en place, supervisé par les directeurs académiques des services de l’Education nationale – afin de « poursuivre le dialogue social et la concertation ».

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Captcha *

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.

Recherche dans les archives

Vous