610 millions pour redorer le blason des collèges de Seine-Saint-Denis

logo AFP

Locaux vétustes, gymnases inexistants, acoustique inadaptée au passage de centaines d’élèves, insécurité: 610 millions d’euros d’argent public vont être investis sur 5 ans pour rénover une majorité de collèges en Seine-Saint-Denis, département parmi les plus défavorisés, en vue de « favoriser la réussite scolaire »

Après le lancement d’un plan inédit de 700 millions d’euros en 2010, qui a notamment permis la construction de douze nouveaux collèges pour la rentrée 2014, le Conseil général de Seine-Saint-Denis a adopté jeudi le second volet de son « choc éducatif »: un plan d’investissement exceptionnel de 610 millions d’euros sur cinq ans.

Se voulant la continuité du premier, ce plan prévoit notamment la rénovation et la modernisation de 80 collèges, sur les 125 que compte le département, pour « améliorer les conditions de vie et d’étude » et favoriser, « par le bâti », « la réussite des élèves », a expliqué à l’AFP le président PS du Conseil général, Stéphane Troussel.

En Seine-Saint-Denis, 40% des collèges ont été construits entre 1960 et 1989 et nombre d’entre eux souffrent aujourd’hui de dysfonctionnements: bâti vétuste, problèmes d’accessibilité pour les handicapés, perte de chaleur, manque d’espaces partagés – équipements sportifs, salles des profs, foyers pour les élèves – et d’outils numériques.

En raison du baby boom des années 2000, ce département parmi les plus jeunes de France scolarise environ 1.000 collégiens de plus chaque année. Une gageure pour ce territoire surendetté, confronté à des difficultés sociales et qui peine à attirer les enseignants.

« On ne voulait pas que faire un coup, une belle vitrine avec des nouvelles réalisations. Là, il s’agit de poursuivre nos efforts pour entretenir ce qu’il y a déjà et l’améliorer », a poursuivi M. Troussel en visite dans un collège de Sevran devenu grisâtre avec les années.

Montreuil, Saint-Denis, La Courneuve… Six nouveaux établissements vont en outre sortir de terre pour faire face à la démographie galopante aux portes de la capitale.

Sur les 610 millions d’euros, « argent 100% public » selon le Conseil général qui a obtenu des prêts de la Banque de développement du conseil de l’Europe (BDCE), la Caisse des dépôts et la Banque européenne d’investissement (BEI), plus de 70 millions seront investis dans des outils numériques (tablettes, ordinateurs, vidéoprojecteurs et imprimantes 3D), et la construction d’équipements sportifs.

Actuellement, le 93 est le troisième département le moins bien doté en équipements sportifs par habitant.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous