Journée contre les violences à l’égard des femmes: réactions de la classe politique

logo AFP

Voici des prises de position dans la classe politique à l’occasion mardi de la journée de lutte contre les violences faites aux femmes:

– Marie-Christine Arnautu, vice-présidente du Front national chargée des affaires sociales: « Le Front National et Marine Le Pen sont les seuls, au-delà des rodomontades et des effets d’annonce, à défendre la famille et à vouloir lutter avec détermination contre l’immigration et contre le laxisme pénal engendrant une insécurité croissante. Bien plus que la mise en place d’un +téléphone grand danger+, ce sont ces mesures claires et fortes qui rétabliront la sécurité des Français, et notamment des femmes. (…) Spécialiste des observatoires et des +grands plans+, les socialistes ont mis en place un quatrième plan interministériel de lutte contre les violences faites aux femmes. Les mesures qui y figurent vont du gadget, comme la généralisation du téléphone +grand danger+, à l’aveu du lien entre l’échec de notre politique d’immigration avec la préconisation de réserver +un meilleur accueil aux femmes étrangères fuyant des violences conjugales+. Les gouvernements de François Hollande, comme ceux de Nicolas Sarkozy précédemment, n’ont pourtant eu de cesse de disloquer toujours plus la cellule familiale, alors que la crise des familles est la première cause de ces violences », assure-t-elle, pointant comme autres causes « l’arrivée massive et continue d’étrangers extra-européens » et « les réformes laxistes de Mme Taubira ».(communiqué).

– Claude Roiron, secrétaire nationale du Parti socialiste à la Parité et aux Droits des femmes: « La violence envers les femmes concerne tous les milieux sociaux. (…) Pour qu’aucune violence ne reste sans réponse, il faut nous mobiliser. Trop peu de femmes dénoncent les violences dont elles sont victimes. Le Parti socialiste est aux côtés du gouvernement pour que celles-ci ne soient plus ni une fatalité ni un tabou. Depuis l’arrivée de la gauche aux responsabilités, le plan de lutte contre les violences a permis la création de places d’hébergement supplémentaires pour les victimes et leur accompagnement par des intervenants sociaux. Nous saluons la création d’une convention interministérielle pour encourager systématiquement les femmes à déposer plainte et à améliorer l’accueil des victimes ». (communiqué)

– Guillaume Lacroix, secrétaire général du PRG: « Les radicaux de gauche souhaitent créer 30.000 appartements relais pour les femmes victimes de violences mais aussi lutter contre la pratique du mariage forcé et de l’excision. Il nous parait également important de développer l’éducation sexuelle et l’usage de la contraception et d’inciter publicitaires et médias à changer l’image des femmes qu’ils véhiculent. Concernant l’égalité des chances, il faut favoriser l’orientation des bachelières vers des filières universitaires scientifiques et dans les filières de lycées professionnels dont beaucoup sont fortement +sexuées+. Au plan politique, il est urgent de rendre obligatoire la parité aux différentes élections avec des sanctions plus fortes pour les partis ne respectant pas cette règle et une meilleure promotion de la présence de femmes à la tête des exécutifs locaux ». (communiqué)

– Julien Bayou et Sandrine Rousseau, porte-parole d’EELV: « EELV affirme l’importance de l’éducation des jeunes filles et des jeunes garçons, en France et partout dans le monde. Savoir lire et écrire, décrypter l’information surabondante, apprendre l’égalité, être éduqué à la sexualité, composante de la construction de la personne, etc. contribue à lutter contre les violences sexistes et sexuelles. Rappelons que si les cas à l’étranger de violences envers les femmes émeuvent beaucoup l’opinion française, celle-ci est moins sensible à ces femmes qui meurent sous les coups de leurs conjoints: une tous les trois jours. EELV apporte tout son soutien à toutes les associations (…) qui interviennent chaque année auprès du public jeunes (…) EELV apporte aussi son soutien à toutes les mesures allant vers une meilleure prise en compte des violences faites aux femmes en France (…) et enjoint les femmes qui souffrent de ces violences à porter plainte et les pouvoirs publics à faciliter ces dépôts de plainte ». (Communiqué)

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous