Aulnay-sous-Bois : d’anciens écoliers exposés à l’amiante invités à consulter un médecin

L'Agence régionale de santé va contacter 13 000 anciens écoliers d'Aulany-sous-Bois, scolarisés entre 1938 et 1975 près d'une usine de broyage d'amiante.

salle de classe ancienne

© aloha2014 – Fotolia

L’Agence régionale de santé (ARS) d’Ile-de-France va contacter près de 13 000 anciens écoliers d’Aulnay-sous-Bois, scolarisés entre 1938 et 1975 près d’une usine de broyage d’amiante, pour les informer sur les mesures à prendre.

Un unique courrier

Un courrier a déjà été adressé, selon le Parisien, à 3 500 destinataires. Les envois aux anciens élèves, identifiés grâce aux registres des écoles, vont se poursuivre jusqu’à la fin de l’année.

« Vous avez été scolarisé entre 1938 et 1975 dans un des trois groupes scolaires […] situés à proximité du Comptoir des minéraux et matières premières (CMMP) à Aulnay » : ainsi débute le texte envoyé par l’ARS, qui évoque ensuite les risques de maladies et affections pulmonaires engendrés par cette exposition. L’agence invite les destinataires à se tourner vers leur médecin pour « établir un diagnostic » ou à contacter une « cellule d’information dédiée« .

L’ARS ne prévoit toutefois pas de relancer les victimes potentielles. Les suites à donner à ce courrier d’information sont laissées à l’appréciation du destinataire, qui peut choisir de pratiquer ou non les examens recommandés.

Un dispositif insuffisant pour les associations

Pour le Collectif des riverains et victimes du CMMP, qui réclame depuis des années une opération de recherche des personnes potentiellement contaminées, le dispositif  est insuffisant. « Il fallait prévoir des relances. On attend de nouveaux cas jusqu’en 2025 ! », déplore son porte-parole, Gérard Voide.

Annie Thébaud-Mony, porte-parole de l’association Ban Asbestos, réseau de lutte contre l’usage de l’amiante, dénonce également la faiblesse de l’opération. « On a l’impression qu’on craint de retrouver trop de victimes pouvant prétendre à une indemnisation », souligne-t-elle.

L’usine exploitée par le CMMP a broyé de l’amiante de 1938 à 1975, avant de fermer définitivement ses portes en 1991. Et « si les travailleurs du CMMP ont été largement exposés à l’amiante au cours de leur activité professionnelle, les riverains de l’usine l’ont également été du fait des poussières d’amiante émises par le CMMP dans l’atmosphère », indique l’ARS.

Source(s) :
  • avec AFP

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Captcha *

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.

Recherche dans les archives

Vous