Encyclopaedia Universalis en redressement judiciaire

logo AFP

La société Encyclopædia Universalis, qui édite la célèbre encyclopédie, a été placée en redressement judiciaire, incapable de tenir la distance notamment face à Wikipédia, a-t-on appris samedi auprès du tribunal de commerce de Nanterre.

L’entreprise, qui emploie 45 salariés, a été placée « en redressement judiciaire le 30 octobre jusqu’au 24 mars », selon le greffe du tribunal, confirmant une information du Monde. Elle a donc six mois pour tenter de redresser la barre en opérant une restructuration ou en attirant de nouveaux actionnaires.

Pour l’administratrice judiciaire, Isabelle Didier, citée dans Le Monde: « Il n’est pas question de liquider la société ». Universalis a « une marque forte, une base documentaire de qualité, des clients. Cette procédure peut constituer un bon outil pour réussir la transformation nécessaire », explique-t-elle.

Mais les perspectives restent sombres pour la maison d’édition. L’entreprise française, dont la maison mère est l’éditeur Britannica, pâtit de la concurrence toujours plus forte de Wikipédia. L’encyclopédie collaborative en ligne et gratuite, actualisée en permanence et de plus en plus fiable. Elle espère atteindre un milliard d’utilisateurs d’ici 2015.

Encyclopædia Universalis a pourtant revu complètement sa stratégie ces dernières années. Elle a pris le virage du tout numérique en 2012, tournant définitivement la page du papier après 46 ans de publication et plus de 700.000 collections vendues. On peut désormais l’acheter en ligne sur abonnement, en DVD ou sur CD-ROM.

Sollicitée, la société n’était pas joignable dans l’immédiat pour commenter ces informations.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous