Photos Voici/Elysée: Valls refuse tout commentaire « par respect » des Français

logo AFP

Le Premier ministre Manuel Valls s’est refusé vendredi à Lens (Pas-de-Calais) à commenter la parution des photos du magazine Voici sur le président François Hollande et Julie Gayet « par respect (…) vis-à-vis de nos concitoyens ».

« Nous sommes dans un lycée qui prépare l’avenir et qui se consacre à l’essentiel c’est à dire former notre jeunesse. Dans une société en crise, crise économique, crise sociale, crise de valeurs, crise de confiance, c’est important qu’on se consacre à l’essentiel », a dit M. Valls. Il prenait la parole lors d’un point de presse à l’issue de la visite d’un lycée professionnel lensois, à l’occasion du lancement d’un plan contre le décrochage scolaire.

« Dans la crise de confiance, la presse a aussi un rôle à jouer, notamment celui de respecter profondément une institution comme l’école. Donc je ne vous répondrai pas sur cette question-là par respect pour l’institution scolaire et je crois tout simplement vis à vis de nos concitoyens », a-t-il ajouté.

Le Premier ministre, qui avait à ses côtés la ministre de l’Education nationale Najat Vallaud-Belkacem et le secrétaire d’Etat à la Réforme de l’Etat Thierry Mandon, a ajouté: « Ma tâche est de gouverner ce pays avec des ministres particulièrement impliqués, d’aller à la rencontre de ceux qui manifestent de l’enthousiasme et de l’optimisme ».

Interrogé sur le degré réel d’implication d’un jeune Français, Mickaël Dos Santos, qui pourrait figurer parmi les bourreaux d’otages du groupe Etat islamique, il a répliqué : »même réponse ».

M. Valls avait de même refusé de s’exprimer à propos des rumeurs faisant état de la démission imminente du secrétaire d’Etat aux Anciens combattants Kader Arif, avant que celle-ci soit annoncée par l’Elysée.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous