Jack Lang, peu convaincu par le gouvernement, rêve d’une « révolution éducative »

logo AFP

L’ancien ministre de l’Éducation nationale Jack Lang a plaidé vendredi pour une « révolution éducative », une meilleure formation des professeurs et une modification radicale des programmes, s’avouant peu convaincu par l’action du gouvernement.

« Notre système d’éducation mériterait d’être profondément transformé, je rêve d’une révolution éducative », a déclaré Jack Lang sur Sud Radio.

« Pour 70% des élèves, le système est un bon système, et même excellent. Malheureusement il est incapable de traiter les 25 ou 30% qui décrochent et qui perdent pied », a-t-il déploré.

Selon l’ex-ministre, « les solutions sont connues ». Jack Lang a préconisé « une meilleure formation des maîtres », et un changement de « l’esprit du système, en accordant à la créativité, à l’esprit d’initiative et à l’esprit d’équipe une plus grande place ». Enfin, il a plaidé pour une modification des programmes « qui sont lourds, souvent incohérents, et qui n’ont fait que s’aggraver au cours des années ».

« Je n’ai pas l’impression qu’on prenne ça à bras-le-corps », a-t-il dénoncé.

Pour M. Lang, le mode de recrutement des enseignants est « anormal ». « Je regrette que la mesure que nous avions introduite dans le programme présidentiel de François Hollande, la création d’écoles supérieures professionnelles de formation des maîtres, n’ait pas été réalisée concrètement », a-t-il dit, ajoutant : « C’est la clé de tout, la formation des maîtres ».

« Ce ne sont pas les universités qui peuvent former à l’exercice pratique du métier », a-t-il argumenté, imaginant des « écoles spécialisées (…) qui s’inspirent des meilleures méthodes pédagogiques ». « Malheureusement, on ne le fait pas », a-t-il affirmé.

La ministre de l’Education nationale Najat Vallaud-Belkacem avait annoncé un peu plus tôt vendredi un budget de cinquante millions d’euros par an, pour lutter contre le décrochage scolaire.

« Je ne connais pas ce plan », a dit Jack Lang, espérant « qu’il « rectifiera un peu le tir ».

L’ex-ministre a également critiqué la réforme des rythmes scolaires. « Pourquoi a-t-on introduit toutes ces histoires de périscolaire, qui sont source d’inégalités entre communes ? », a-t-il demandé.

« Pour moi l’art, les sports, qui développent l’épanouissement de l’enfant, doivent s’organiser à l’intérieur de l’école dans le temps scolaire, et pas à l’extérieur », a-t-il poursuivi.

Selon M. Lang, la situation sur le terrain « n’est pas très brillante », et même « désastreuse » dans certaines villes, comme dans les quartiers nord de Marseille ou de nombreux établissements peinent à s’adapter aux nouveaux rythmes.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous