Londres : les étudiants manifestent contre les frais d’inscription à l’université

Mercredi 19 novembre, des milliers d’étudiants britanniques ont manifesté à Londres pour dénoncer le montant excessif des frais d’inscription à l’université.

© iMAGINE - Fotolia

© iMAGINE – Fotolia

« Droits d’inscription ? Pas question ! Taxez les riches et faites-les payer », ont scandé plusieurs milliers d’étudiants venus manifester à Londres, ce mercredi 19 novembre, contre le montant excessif des frais d’inscription à l’université et les coupes budgétaires dans l’éducation.

Les manifestants sont partis du quartier du British Museum, avant de rejoindre Trafalgar Square, muni de pancartes. Parmi ces derniers, une jeune fille brandissait un panneau : « je voudrais être Ecossais », une région où le parlement régional a mis en place la gratuité des frais universitaires. Dans les rues londoniennes, on pouvait également entendre scander : « L’éducation est un droit, pas un luxe », « Des livres, pas des bombes ».

9.000 livres pour certaines universités

Les organisateurs espéraient la plus importante manifestation étudiante depuis celles de novembre et décembre 2010. Ces dernières avaient rassemblé jusqu’à 50.000 personnes, au moment du vote de la loi sur l’augmentation des droits universitaires. Avant cette réforme, les frais d’inscriptions s’élevaient à 3.300 livres, soit près de 4.000 euros. A partir de 2012, les frais universitaires ont encore augmenté dans les deux-tiers des établissements anglais, pouvant même atteindre 9.000 livres par an.

« Nous manifestons pour demander une alternative aux frais d’inscription de 9.000 livres, à la dette étudiante colossale et aux coupes budgétaires sauvages qui ont touché l’éducation», a enfin déclaré Aaron Kiely du syndicat national étudiant (NUS).

« Les droits d’entrée sont très faibles en France »

Ce même jour, de l’autre côté de la manche, Geneviève Fioraso s’est exprimée à nouveau, lors d’un déjeuner au ministère, sur les droits d’inscription des étudiants étrangers : faut-il faire payer davantage les étudiants étrangers lorsqu’ils viennent faire leurs études dans les universités françaises ? A cette question la secrétaire d’Etat chargée de l’Enseignement supérieur et de la Recherche a répondu que « les droits d’inscription en France sont quasiment gratuits. Les augmenter de 10 à 15 % ne servirait à rien. […] Les Asiatiques qui viennent chez nous, et qu’on veut accueillir de plus en plus nombreux, ainsi que tous les jeunes des pays émergents, pourraient payer des droits différenciés, parce que leurs familles n’ont pas contribué à l’effort collectif. »
Toutefois, le prix Nobel d’économie, Jean Tirole, a estimé que « les droits d’entrée sont très faibles en France, ce qui pose un problème budgétaire ». Pour le directeur de Toulouse School of Economics, Christian Gollier, les droits d’inscription sont aussi « un signal de mauvaise qualité  » pour des étudiants étrangers. « Les étudiants chinois pensent qu’à ce prix-là, ils n’auront pas les bons professeurs et ils préfèrent payer pour aller à Londres, destination pour laquelle ils ont de toute façon une bourse  », a enfin renchérit le président de l’université Toulouse-I, Bruno Sire.

Source(s) :
  • AFP

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Captcha *

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.

Recherche dans les archives

Vous