Sos Amitié ne peut répondre qu’à un appel sur quatre

logo AFP

SOS Amitié, qui lutte contre la solitude, le mal-être et prévient le suicide, ne peut répondre qu’à un appel sur quatre malgré ses 1.600 « écoutants », tous bénévoles, mobilisés 24/24H, sept jours sur sept.

« Nous avons pris 676.000 appels en 2013, malheureusement nous ne pouvons répondre qu’à un appel sur quatre » en France, a précisé devant la presse Maxime Bonin, président de SOS Amitié Paris Île-de-France. « C’est plus de 2,5 millions de personnes qui essayent de nous joindre chaque année, et imaginez la démarche de nous appeler, quand on va mal… »

Répartis dans 50 postes d’appels en France, les « écoutants », souvent des retraités, se relaient pour assurer chacun 46 tranches de quatre heures de permanence dans l’année, soit presque une par semaine, et bénéficient d’une formation initiale et continue, dispensée par des psychiatres et des psychothérapeutes.

SOS Amitié souhaite ouvrir en septembre 2015 un huitième centre en région parisienne, pour « répondre à 10.000 appels supplémentaires », selon Maxime Bonin.

Une centaine d’étudiants de l’ISCPA, une école de journalisme, communication et production audiovisuelle, vont tenter de lever 30.000 euros, une somme qui correspond au paiement du loyer sur un an, à l’abonnement téléphonique, au recrutement et à la formation des écoutants, entre autres coûts.

L’association, qui veut prévenir le suicide « à travers une écoute anonyme, bienveillante, et sans conseils », a rappelé que près de 10.500 personnes se suicident chaque année, « un chiffre malheureusement stable ».

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous