Le doctorat, un diplôme qui freine les entreprises

Pourquoi les entreprises sont-elles si réticentes à embaucher des docteurs ? Marie-Christine Corbier, journaliste, signe une analyse sur le sujet dans Les Echos.

© Andrey Burmakin - Fotolia

© Andrey Burmakin – Fotolia

« Le doctorat peine à trouver sa place dans les entreprises », estime la journaliste Marie-Christine Corbier dans un article publié dans Les Échos ce mercredi 12 novembre.

« L’Etat doit donner l’exemple »

En France, parmi les 12 000 docteurs formés chaque année, 1,7 % font partie de la population active contre 2,7 % en Allemagne et 2,4 % au Royaume-Uni. « Le gouvernement mise sur les entreprises privées pour embaucher les docteurs que la recherche publique ne parvient plus à absorber en nombre suffisant », écrit la journaliste dans son article. La secrétaire d’Etat chargée de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Geneviève Fioraso, a toutefois fait voter une loi en juillet 2013 visant à une reconnaissance du doctorat dans les conventions collectives. Elle aimerait ainsi que l’Etat « donne l’exemple », à travers la haute fonction publique en embauchant plus de docteurs.

« Notre entreprise s’intéresse aux gens, pas aux titres »

Marie-Christine Corbier évoque les difficultés qu’auraient les docteurs à s’intégrer dans une entreprise. Dans le secteur privé, « les docteurs se voient reprocher de ne pas savoir parler le langage de l’entreprise, voire pour certains de l’ignorer délibérément », écrit-elle. « Notre entreprise s’intéresse aux gens, pas aux titres », explique Jean-Pascal Tricoire, le PDG de Schneider Electric. La Conférence des jeunes chercheurs (CJC) met, quant à elle, en avant un « problème de communication entre le milieu académique et les entreprises« .

Ainsi, « le Medef, la Conférence des présidents d’université (CPU), et l’Association Bernard Gregory (ABG) vont lancer en fin d’année une plate-forme numérique pour amener les doctorants à mieux faire valoir leurs compétences dans les entreprises », souligne la journaliste.

Toutefois, un an et demi après le vote de la loi Fioraso, « il n’est pas normal que les décrets d’application ne soient pas sortis », affirme le député PS, Jean-Yves Le Déaut, dénonçant des « manœuvres de retardement ».

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Captcha *

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.

Recherche dans les archives

Vous