Indemnités: Vallaud-Belkacem veut plus d’équité entre profs du primaire et du secondaire

logo AFP

La ministre de l’Education nationale, Najat Vallaud-Belkacem, s’est déclarée favorable jeudi à « davantage d’équité » entre les indemnités des professeurs du primaire et du secondaire, sans toutefois donner de calendrier pour augmenter celle des instituteurs.

Les professeurs des écoles perçoivent depuis 2013 une indemnité annuelle (ISAE) de 400 euros créée sous l’ancien ministre de l’Education nationale Vincent Peillon, quand les professeurs du secondaire ont une indemnité plus ancienne (ISOE) dont le montant varie entre 1.200 et 2.600.

Les enseignants étant soumis au gel du point d’indice des fonctionnaires depuis 2010, la seule façon d’augmenter leur rémunération passe par des indemnités.

« L’effort » de 400 euros « est un premier pas et nous souhaitons continuer à revaloriser cette indemnité », a expliqué Mme Vallaud-Belkacem. « Dans quelques mois, nous aborderons la question du montant pour l’année prochaine et l’année qui vient », a-t-elle ajouté.

Cette déclaration intervient dans le cadre de discussions lancées il y a un an avec les syndicats pour mieux définir les missions des différents personnels de l’Education nationale, soit un million de personnes.

De premières annonces avaient déjà été faites en décembre 2013 et en février 2014, notamment sur les directeurs d’école, les personnels de l’éducation prioritaire, la relance des Rased (Réseaux d’aide spécialisés aux élèves en difficulté) ou les missions des professeurs du second degré, jusque-là régies par un décret de 1950 qui ne reconnaissait que le temps passé devant les élèves alors que le métier a évolué. Certaines de leurs missions donneront droit à indemnité à partir de la rentrée 2015.

Pour les contractuels, l’ancienneté dans l’Education nationale sera prise en compte lors de la titularisation.

Les travaux se poursuivent pour les personnels sociaux et de santé ainsi que pour les personnels d’orientation et psychologues de l’Education nationale, a indiqué Bernard Lejeune, directeur adjoint de cabinet chargé de ces discussions.

Les discussions sur les professeurs des classes préparatoires aux grandes écoles, qui avaient provoqué un conflit social, n’ont « pas abouti à un résultat qui aurait été accepté par le plus grand nombre », a indiqué la ministre. « Ce point devra être travaillé dans les prochains mois ».

Une autre discussion est prévue sur les personnels de la formation continue.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous