Film « Les Héritiers » : une expérience pédagogique va changer leur vie

Le film "Les Héritiers" (en salles le 3 décembre) retrace l'histoire vraie d'une classe difficile, premier prix en 2008 du Concours de la Résistance. Interview de la réalisatrice.

Affiche Les HeritiersSynopsis :

Lycée Léon Blum, Créteil. Mme Guéguen, incarnée par Ariane Ascaride, une professeure d’histoire, décide de faire passer le Concours national de la résistance et de la déportation à sa classe de seconde la plus faible. L’expérience va tous les transformer.

Entretien avec Marie-Castille Mention-Shaar, réalisatrice du film « Les Héritiers »

Comment avez-vous découvert l’histoire de la classe de Mme Gueguen (Mme Anglès dans la réalité) ?

Par hasard. Je ne connaissais pas le Concours, et Ahmed Dramé (un des élèves de Mme Anglès) m’a envoyé un jour un mail pour me dire qu’il aimerait bien me rencontrer, qu’il avait vu mes films et qu’il avait écrit un début d’histoire. Il m’a demandé si je voulais bien le lire. Au départ, son histoire ne parlait pas du Concours national de la résistance et de la déportation, mais d’une classe passant un concours de lettres. Il y avait quelque chose de très positif dans ce début d’histoire d’Ahmed, et j’ai apprécié sa démarche culottée et intéressante. J’ai donc accepté de le rencontrer, et là il m’a raconté sa véritable histoire –celle du film. Je l’ai trouvée absolument passionnante, et je lui ai donc proposé que nous l’écrivions ensemble.

Témoignage : Léon Zyguel

Dans le cadre du travail pour le concours, les élèves de Mme Anglès ont rencontré Léon Zyguel, ancien déporté, qui est venu témoigner dans leur classe. Léon est présent dans le film.
A l’occasion de la sortie du film, il nous a raconté sa terrible histoire. Voir son témoignage

Vous avez écrit avec Ahmed le scénario du film, cela signifie donc que tout est rigoureusement vrai dans le film ?

Oui, ce qui m’intéressait le plus était de partir du document réalisé par la classe de seconde de Mme Anglès, pour le Concours, qui leur a permis de remporter le Premier Prix. Il était important de partir de ce document pour retrouver tout le cheminement du travail effectué par la classe et aussi la parole de tous les élèves. Le fil rouge c’était bien sûr Ahmed, et son expérience propre par rapport à ce concours et l’effet que cela avait eu sur sa vie. Je ne voulais pas rencontrer tous les élèves, je voulais juste partir de leur réflexion pour reconstruire l’évolution de la classe. J’ai aussi rencontré Mme Anglès, pour avoir son retour sur cette expérience. Mais pour construire les séquences du film, j’ai pris appui sur le document pédagogique, afin d’imaginer ensuite le cheminement de la classe.

Les séquences, les dialogues ne sont pas la réalité, tout est reconstruit, en lien étroit avec Ahmed et également Mme Anglès. L’objectif est de comprendre par quel chemin les élèves sont passés pour arriver à ce document.

Qui sont les acteurs du film, et parmi eux, à part Ahmed, est-ce que d’autres réels élèves de Mme Anglès jouent leur propre rôle ?

Non, les élèves ne sont pas les élèves de Mme Anglès. Je ne les ai d’ailleurs pas rencontrés, à part l’un d’entre eux, que j’ai rencontré un jour avec Ahmed. D’ailleurs même Ahmed ne joue pas absolument son propre rôle : une distance est créée dans le film entre lui et son personnage. J’ai souhaité que Malik, le personnage qu’il joue dans le film, soit un peu plus dur, soit un peu différent de lui pour qu’il ait quelque chose à incarner. Le casting a été assez long, et il est composé à parts égales de professionnels et de non professionnels.

La classe de votre film ne ressemble-t-elle tout de même pas fortement à celle de Mme Anglès ?

Je ne sais pas. On retrouve certainement dans le film les diverses personnalités que l’on peut trouver dans une classe. Pendant que j’écrivais le scénario, j’ai rencontré beaucoup de classes de seconde et assisté à des cours, y compris dans la classe de Mme Anglès. J’ai pu voir ainsi quels étaient les types d’élèves que l’on rencontre aujourd’hui dans toutes les classes de seconde.

Est-ce votre premier film sur l’école, et avez-vous envie de continuer sur ce sujet ?

C’est mon troisième long-métrage et mon premier film sur l’école. Je sais que j’aurais aimé poser une caméra pendant un an dans un lycée. On apprendrait ainsi tous énormément de choses par rapport à la difficulté d’enseigner, de gérer un établissement, mais aussi par rapport aux dysfonctionnements et aux frustrations des élèves.

Auriez-vous un petit mot à adresser aux enseignants et aux élèves d’aujourd’hui ?

Mon ressenti est celui d’Ariane Ascaride quand elle a fini d’interpréter son rôle. Aujourd’hui, la tâche est extrêmement difficile, on ne mesure jamais assez l’ampleur et la complexité du métier de prof. C’est un métier qui pour moi n’est jamais assez valorisé. Quand je vois l’énergie que Mme Anglès met chaque jour pour enseigner, comme elle se bat pour emmener ses élèves vers autre chose, cela me donne du courage. J’espère que ce film en donnera à d’autres. Et pour les élèves, j’espère qu’ils auront tous un jour la chance de rencontrer un prof qui leur donnera confiance..

 

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Captcha *

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.

Recherche dans les archives

Vous