Education : en Seine-Saint-Denis, « un plan d’action ambitieux a été mis en place » (ministère)

Dans un communiqué publié la semaine dernière, la ministre de l'Education Najat Vallaud Belkacem a rappelé son "plan ambitieux" pour répondre aux difficultés de l'école dans le 93.

tableau

Oko_SwanOmurphy – iStockPhoto

En Seine-Saint-Denis, « un plan d’action ambitieux a été mis en place » pour répondre aux difficultés de recrutement et de remplacement d’enseignants. La ministre de l’Education Najat Vallaud-Belkacem l’a rappelé dans un communiqué publié jeudi.

147 postes de profs des écoles créés en 2014

La ministre a souligné l’« effort important », en terme de moyens, réalisé à l’échelle de l’académie de Créteil, où 380 emplois d’enseignants ont été créés dans le premier degré en 2014 (dont 147 pour le seul département de Seine-Saint-Denis). Elle s’est également félicitée de l’augmentation du nombre de postes offerts au CRPE dans l’académie (1 090 en 2014 contre 840 en 2012) et de la baisse du nombre de postes non pourvus (53 en 2014 contre 97 au concours exceptionnel et 166 au concours 2013).

Une formation renforcée pour les contractuels

Si, pour la ministre, « la situation est donc en amélioration », elle a reconnu que cette amélioration n’était « pas encore suffisante pour pourvoir tous les postes aux concours, ce qui explique le recours à des enseignants contractuels ». A compter du 19 novembre, ces enseignants contractuels bénéficieront d’un accueil et d’une formation renforcés, avec « 6 sessions de formation dédiée », les mercredis après-midi, et l’accompagnement tout au long de l’année par « un tuteur expérimenté ». En outre, « depuis le 6 novembre, un espace pédagogique sur Internet leur est consacré, mettant à leur disposition tous les documents pédagogiques et administratifs utiles », a précisé Najat Vallaud-Belkacem.

Fin septembre 2014, les difficultés de recrutement d’enseignants du primaire en Seine-Saint-Denis restant criantes, le rectorat avait fait appel à des enseignants contractuels, recrutés via démarchage téléphonique par Pôle Emploi. Ce mode de recrutement avait été vivement critiqué, en particulier parce que certains candidats engagés ne présentaient pas les compétences nécessaires pour enseigner.

Remplacement : seul 1 % des enseignements non assurés

Concernant les remplacements, d’après Najat Vallaud Belkacem, à Saint-Denis, « seul 1% des enseignements n’a pas pu être assuré, ce qui correspond à l’un des meilleurs taux de France ».

Pour le syndicat Unsa 93, ces mesures ne vont « pas assez loin ». La secrétaire départementale du SE-Unsa Isabelle Guigon a réclamé vendredi lors d’une conférence de presse « un audit de la Cour des comptes pour rendre compte de toutes les difficultés du département ».

Source(s) :
  • AEF

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Captcha *

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.

Recherche dans les archives

Vous