Ecole numérique : « le rôle des enseignants est majeur »

Le Conseil national du numérique (CNNum) a publié, le 3 octobre, 40 recommandations pour bâtir une école numérique. Explications avec Christine Balagué, vice-présidente du CNNum.

Christine Balagué

Christine Balagué

Le CNNum a rendu un rapport avec 40 recommandations pour « bâtir une école créative et juste dans un monde numérique ». En est-on très éloigné aujourd’hui ?

On en est encore loin mais de nombreuses initiatives sont déjà développées au sein de l’école et beaucoup de professeurs ont envie d’aller vers l’école numérique et se montrant particulièrement innovants. Nous bénéficions en France d’une extraordinaire communauté éducative, savante, imaginative. Il existe également tout un écosystème d’acteurs innovants autour de l’e-éducation. Il faut donc capitaliser sur toutes ces forces vives, pour donner une nouvelle dimension à l’école numérique.

Parmi les 8 propositions phares du CNNum figure la création d’un bac « humanités numériques » pour « revitaliser les études secondaires ». De quoi s’agit-il ?

Toutes les propositions de notre rapport sont liées. Ce nouveau bac s’inscrirait dans son époque et revitaliserait les études secondaires avec la création numérique, le design mais aussi la découverte des big data, de la data visualisation, des métiers informatiques et créatifs. Sa mise en œuvre pourrait être expérimentée rapidement, en classe Terminale par un « double bac » (S, L ou ES, plus Humanités Numériques). L’objectif est de revisiter les humanités dans toutes leur richesse et leur modernité, en s’appuyant sur les sciences, les techniques et les pratiques du numérique. Il ne peut se comprendre qu’en lien avec les deux premières recommandations du rapport, l’apprentissage de l’informatique et la littératie numérique (la capacité à utiliser, comprendre et créer avec les technologies de l’information et de la communication). Il serait destiné aux scientifiques comme aux littéraires, car le numérique intéresse tout le monde.

Qu’entendez-vous pas la création de cours d’informatique, de l’école primaire au lycée ?

En 2013, j’ai participé au rapport de l’académie des sciences sur la nécessité de mettre en place un enseignement de l’informatique depuis le primaire jusqu’au lycée. Dans le rapport du CNNum, nous défendons la même idée, en développant le contenu de cet enseignement et les moyens de le mettre en place. Pourquoi enseigner la pensée informatique ? Pour mieux comprendre le monde numérique qui nous entoure et être un citoyen actif dans la société du XXIe siècle. L’informatique est aussi une opportunité pour introduire de nouveaux modes d’apprentissage à travers des expériences, en mode projet, par essai-erreur. En primaire, nous proposons l’apprentissage des rudiments de la pensée informatique en mode connecté ou pas. Cet enseignement permettrait aussi d’assoir les autres acquis traditionnels, et s’appuierait sur les professeurs des écoles et sur le temps périscolaire. Au collège, nous proposons d’introduire dans une première phase une année centrée autour de l’apprentissage de la programmation, sur le temps alloué à la technologie. Enfin, nous proposons d’enseigner l’informatique à tous les élèves de toutes les filières du lycée, en commençant par généraliser rapidement l’option ISN (Informatique et Sciences du Numérique) à tous les lycées et toutes les filières.

Le numérique est-il la solution « miracle » pour améliorer les résultats du système scolaire français ?

Le fruit de notre rapport est issu de rencontres avec plus d’une centaine d’acteurs. Un premier constat est que la promesse de l’égalité n’est plus tenue. Cela se traduit par un décrochage scolaire trop important, l’absentéisme, un certain ennui dans les classes, et des inégalités croissantes mesurées par les tests PISA. Dans notre rapport, nous avons voulu répondre à cette problématique du décrochage scolaire et rendre à l’école cette promesse d’égalité. Notre proposition repose sur deux axes principaux : des enseignements numériques et un tissu éducatif élargi aux collectivités locales, aux entrepreneurs de l’e-éducation, aux associations éducatives, à l’écosystème. L’école ne peut assurer cette transition seule, elle doit s’ouvrir et faire face à de nouveaux acteurs du monde digital qui développent des modèles alternatifs. Le numérique est une opportunité, nous pouvons bâtir une école plus juste et créative. En France, nous disposons d’une école formidable, mais il faut l’adapter au 21e siècle !

Pourquoi demandez-vous la création d’un CAPES et d’une agrégation d’informatique, une demande déjà formulée par la SIF ? Ne vaudrait-il pas mieux former tous les enseignants  en ESPE ?

Le rôle des enseignants est majeur dans la transformation numérique de l’école. Ce sont eux qui vont faire changer l’école. L’école Jules Ferry 3.0 leur ouvre de nouveaux horizons. Notre rapport leur permet d’avancer. Nous avons réfléchi d’une part aux enseignements du numérique, et proposons d’autre part d’ouvrir l’école pour aider les enseignants à construire cette école numérique et expérimenter régulièrement des innovations (nouveaux modes d’apprentissage, nouvelles technologies, etc…) avec l’Ed-tech française (start-ups, entreprises, laboratoires de recherche dynamiques dans ce domaine). En ce qui concerne l’enseignement de l’informatique, l’un des piliers des enseignements du numérique, il s’agit bien de pensée informatique. La condition est donc la formation d’un corps d’enseignants en informatique par la création d’un Capes et d’une Agrégation d’informatique.

 

7 commentaires sur "Ecole numérique : « le rôle des enseignants est majeur »"

  1. Loys Bonod  15 octobre 2014 à 11 h 59 min

    Le « numérique » et « l’informatique », bouées de secours du constructivisme et du socio-constructivisme… Merci à tous ces experts qui proposent de réformer l’école sans avoir jamais enseigné !Signaler un abus

    Répondre
  2. Prof de math  15 octobre 2014 à 21 h 22 min

    Oui ces pseudos experts continuent à faire du tort : ludique, numérique, classe sans notes, moins de fondamentaux, surcharge de missions données à l’école… Et personne ne les arrête ou ne veut les arrêter !Signaler un abus

    Répondre
  3. Prof de math  16 octobre 2014 à 16 h 13 min

    Libre à vous les fantaisies mais ne les imposez pas aux autres !Signaler un abus

    Répondre
  4. prof  16 octobre 2014 à 23 h 04 min

    Le numérique est un argument avancé pour siphonner les horaires des disciplines classiques. Travailler le « numérique » se fait déjà dans ces disciplines.
    Il ne faut pas confondre le fond et la forme : ras-le-bol de faire des diaporamas, et autres clics clics au fil de l’info mais oui pour utiliser des logiciels dédiés apportant une réelle valeur ajoutée au travail (du plus simple Tableur au plus complexe.scilab…) et une réelle analyse des données.
    Pour les humanités, une discipline qui fait du lobbying, toujours la même.Signaler un abus

    Répondre
  5. Bernard D.  19 octobre 2014 à 20 h 18 min

    « L’informatique est aussi une oppor­tu­nité pour intro­duire de nou­veaux modes d’apprentissage à tra­vers des expé­riences, par essai-erreur »

    C’est pas vraiment ce que j’avais appris quand j’étais étudiant.

    Mais plutôt qu’on était censé « réfléchir avant d’agir » et d’une certaine façon (se) prouver que sa solution est correcte, pour tous les cas envisageables, avant de tenter de la mettre en œuvre et non se jeter tête baissée dans le bidouillage de lignes de code.

    L’évolution des méthodes est étonnante.Signaler un abus

    Répondre

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Captcha *

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.

Recherche dans les archives

Vous