Najat Vallaud-Belkacem, la bonne élève du gouvernement

Les remaniements lui réussissent. A 36 ans, Najat Vallaud-Belkacem devient la première femme à hériter du ministère de l’Education nationale. Et cela, à quelques jours de la rentrée des classes.

Najat Vallaud-Belkacem

Najat Vallaud-Belkacem (photo Antoine Taveneaux)

Première femme ministre de l’Education nationale, Najat Vallaud-Belkacem hérite d’un des portefeuilles les plus lourds de ce nouveau gouvernement. Une ascension fulgurante pour cette jeune maman âgée seulement de 36 ans.

Najat Vallaud-Belkacem, la studieuse

Diplômée de Sciences Po, elle adhère au Parti socialiste juste après la qualification de Jean-Marie Le Pen au second tour de la présidentielle de 2002. Elle sera d’abord repérée par le maire de Lyon Gérard Collomb, en 2003, puis par la candidate socialiste à la présidentielle de 2007, Ségolène Royal, qui en fera l’une de ses porte-paroles de campagne. Une fonction qu’elle réassumera cinq ans plus tard pour François Hollande.

De mieux en mieux

Au fil des remaniements, Najat Vallaud-Belkacem n’a cessé d’être promue. Ministre des Droits des femmes sous le gouvernement Ayrault, elle avait gagné en mars, un ministère élargi à la Ville, la Jeunesse et les Sports au sein de la première équipe de Manuel Valls. Mais cette accumulation lui avait valu quelques critiques, notamment celle d’être à la tête d’un portefeuille « fourre-tout ». Cette fois, elle devient le numéro 4 dans l’ordre protocolaire du gouvernement et la plus jeune locataire de la rue Grenelle à seulement quelques jours de la rentrée des classes.

Education prioritaire, rythmes scolaires, formation continue…

La tâche ne s’avère pas simple. Alors que 12 millions d’élèves et 800 000 professeurs s’apprêtent à reprendre le chemin de l’école, elle devra gérer les derniers épisodes de la réforme des rythmes scolaires. Autres dossiers à traiter, la nouvelle ministre devra également poursuivre la relance de l’éducation prioritaire ou la refonte des programmes. Certaines communes sont récalcitrantes et le SNUipp-FSU, principal syndicat du primaire, craint une situation « chaotique » les premières semaines. D’autres chantiers l’attendent encore, notamment la formation continue des enseignants. Mais pour l’ancien ministre de l’Economie, Arnaud Montebourg, Najat Vallaud-Belkacem « fait face aux épreuves avec intelligence et sang-froid ».

Réactions : le bonheur des uns, le malheur des autres

Arnaud Montebourg n’est pas le seul à croire en la troisième ministre de l’éducation en seulement trois ans. Najat Vallaud-Belkacem est en effet plutôt favorablement accueillie par les syndicats d’enseignants et les associations de parents d’élèves. « Bienvenue à la première femme ministre à l’Education nationale », a salué Frédéric Sève du Sgen-CFDT . Toutefois, les syndicats enseignants souhaitent des clarifications et que Najat Vallaud-Belkacem affirme rapidement sa détermination à « rénover l’école« . Elle « doit nous donner des garanties sur les orientations budgétaires, les chantiers en cours comme l’éducation prioritaire et les programmes, mais il faut surtout qu’on avance sur des dossiers en souffrance, c’est-à-dire la formation continue et les salaires », a affirmé Sébastien Sihr, du principal syndicat du primaire SNUipp-FSU. Pour Christian Chevalier, secrétaire général du SE-UNSA, la nouvelle ministre a selon lui « une grande mission : redonner espoir à des enseignants désabusés qui ne perçoivent plus le sens des réformes ».

Mais cette nomination n’a pas convaincu tout le monde. Dès l’annonce officielle de la nouvelle ministre de l’Education, défenseur de l’expérimentation des ABCD de l’égalité, la classe politique de droite a fait connaître son mécontentement. La nomination de l’ex-ministre des Droits des femmes est une « provocation« , voire une « bravade du président de la République », a par exemple affirmé Christine Boutin, présidente du Parti Chrétien Démocrate.

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Captcha *

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.

Recherche dans les archives

Vous