Profs payés 10 mois sur 12 : un mythe qui a la peau dure

Libération revient ce jeudi sur une idée reçue qui circule depuis des années dans le monde enseignant : les profs ne seraient pas payés pendant les vacances. Une contre-vérité, selon un responsable syndical.

Salaire

© Dooder – Fotolia.com

C’est l’une des idées reçues les plus répandues dans l’Education nationale : les professeurs seraient payés sur 10 mois et non sur 12. Libération revient ce jeudi sur ce mythe qui perdure depuis des années.

Une rumeur démentie

Selon Joël Péhau, de l’Unsa, cette croyance remonterait à une « ordonnance prise avant que la fonction publique n’existe », quand l’on « rapportait les dix mois de paye sur douze mois, mais c’est tombé », souligne-t-il, différents décrets statutaires ayant été publiés depuis.

Déjà en 1986, la rumeur avait été démentie par le Ministre délégué auprès du Premier ministre chargé de la Fonction publique et du Plan, Hervé de Charette, dans une réponse au député Robert-André Vivien. Ce dernier soutenait que les traitements des enseignants avaient été fixés aux 10/12 de ceux des fonctionnaires de grade équivalent, et réclamait l’abrogation de cette particularité. En réponse, le Ministre délégué l’avait renvoyé au décret du 10 juillet 1948, précisant qu’il n’existait pas « de règle juridique ni de clause implicite établissant un rapport entre les rémunérations appartenant à des corps classés dans les mêmes catégories ».

Les profs payés en moyenne 2 470 € nets mensuels sur 12 mois

En outre, une étude publiée en début d’année par le ministère de l’Education nationale, s’intéressant aux rémunérations des personnels titulaires du secteur public, mentionne un salaire net annuel de 29 640 € pour les enseignants, soit 2 470 € mensuels. Lorsqu’on fait le calcul, on retrouve bien un salaire versé sur 12 mois et non 10.

Libération souligne que l’argument est souvent brandi par les enseignants lorsqu’on leur reproche leurs longs congés. Ils devront désormais user d’autres raisons, et plutôt mettre en avant le fait que les profs en congés ne font pas que se reposer.

12 commentaires sur "Profs payés 10 mois sur 12 : un mythe qui a la peau dure"

  1. Hébotte  10 mai 2016 à 22 h 52 min

    Mais comment peut-on Rose avoir encore de telles réflexions… Tellement facile de taper sur les profs, LE métier où, tout le monde le sait, il n’y que des avantages !!!

    Pour ton information, je suis instit depuis 8 ans, je gagne 1600 euros. Depuis 8 ans je fais 220km par jour pour travailler (les mutations sont tellements simples à obtenir dans le public …) je me lève à 5h30 pour rentrer à 18h15 dans le meilleur des cas (quand la SNCF est clémente et qu’il n’y a pas de réunion avec les parents, avec l’inspection, avec la mairie, avec les services sociaux ou autres…). Dois-je préciser que lorsque je rentre chez moi, j’ai encore du travail? Donc les horaires, le rythme intense, les trajets domicile-travail, je connais.

    Ah bien sur, il y a les vacances…. Des vacances où on dort 3 jours pour récupérer de tout ce manque de sommeil, et où on passe le reste de la semaine à préparer sa classe.Alors oui, j’avoue il reste 4 jours quand même de vraies vacances…

    Heureusement chère Rose, malgré toutes ces médisances, cela n’entache pas la passion et l’amour que je mets chaque jour dans mon travail. Heureusement, il nous reste ça ….Signaler un abus

    Répondre
  2. Emma  20 décembre 2016 à 15 h 13 min

    Chère Rose,
    Pour votre information personnelle je suis contractuelle 1ere catégorie, ce qui signifie que j’ai un master enseignement (bac+5) pour cela j’ai repris mes études il y a 6 ans. De plus aujourd’hui il faut également détenir le CLES 2 en anglais et le C2i2e un certificat d’informatique pour faire cours aux élèves que j’ai passés. Je n’ai pas eu le concours d’enseignement, c’est la raison pour laquelle je suis contractuelle. Je fais en moyenne sur les 3 dernières années d’enseignement entre 1h 30 et 2h15 de route pour me rendre de mon domicile à l’établissement où j’enseigne. Cette situation est qui plus est très courante quand je discute avec mes collègues, nous sommes dans ma matière 2 remplaçantes et toutes deux avons 2h de route pour nous rendre à notre établissement.
    De ce fait, il va de soi que nous ne pouvons physiquement tenir en prenant notre poste à 8h et en le quittant à 18h. C’est la raison pour laquelle, nous sommes souvent contraint de trouver un logement sur place, soit une location pour le temps du remplacement soit prendre une chambre à l’internat avec les élèves que nous payons! Nos frais de transport ne sont pas remboursés et nous n’avons pas non plus de 13e mois.
    A l’heure actuelle je fais 5h supplémentaires par semaine, devant 5 classes, dont 4 ont entre 36 et 37 élèves. Officiellement je devrais toucher une indemnité pour cela. Sauf que la réalité est la suivante : quand nous attaquons l’année scolaire, nous ne percevons qu’une avance sur salaire à la fin du mois de septembre. Normalement il y a donc un rattrapage sur le mois d’octobre. De plus les heures supplémentaires ne sont payées qu’à partir de la paye de décembre.
    Enfin, il faut que les mises en paiement aient lieu en temps et en heures, pour ma part, nous sommes au 20 décembre et je n’ai perçu au total que 2050 € pour une prise de poste effective au 15 septembre et sans compter l’autoroute chaque semaine le gasoil à mettre dans ma voiture ou mes 2 loyers pour me loger.
    Sur ce, je vous souhaite une bonne réflexion car je suis en vacances, et comme il me tient à cœur de faire un travail convenable pour mes élèves et j’ai en effet encore 2 tas de copies à corriger ce qui équivaut à 40 heures de travail en considérant simplement que je vais passer 10 minutes par copies de terminales et premières. Enfin j’ai fait le choix de reprendre mes études et de devenir professeure afin d’avoir une vie plus convenable que celle offerte par mon ancien travail et il se trouve que généralement je récupère tous mes neveux nièces et autres filleuls durant les vacances car leurs parents travaillent, mais c’est un choix, que pouvez faire si vous voulez une autre vie.Signaler un abus

    Répondre
  3. Toods  17 mars 2017 à 23 h 03 min

    Bonjour … il y a beaucoup à dire sur les non avantages des professeurs … Ma femme est professeur depuis peu d’année en lycée .. et, étant dans le privé (en informatique) … je découvre tous les jours des non avantages … des heures en plus non payées pour préparer (pas de la surveillance .. la surveillance est payée ..) des épreuves de bacs ..
    Une chose qu’on oublie aussi … vacances imposées donc tarifs exorbitants … et pas de CE pour compenser cela .. moi, dans le privé, on a des belles subventions pour les vacances .. et encore plus en dehors de vacances scolaires … avec son conjoint dans la fonction publique sans CE … ben .. c’est hors de prix pour des voyages …Signaler un abus

    Répondre
  4. B.A.Jazet  20 mars 2017 à 13 h 35 min

    Oui, oui, on sait que ce truc est une vieille légende urbaine ! Non, nous sommes pas payés 10 mois sur 12, mais en fait, c’est beaucoup plus sournois que ça ! Il faut savoir que, dans l’Intendance, dans les bureaux, dans les emplois des Finances (Trésor, Impôts, Bercy, Insee, etc.), dans les emplois de la FP régionale, eh bien les primes & indemnités sont extrêmement généreuses, j’ai bien dit extrêmement généreuses. Ainsi, un Inspecteur des impôts, ou un statisticien de Bercy, en gros bac+3 ou +5, gagne environ 2,5 fois plus qu’un agrégé, minimum bac+5, souvent docteur ; une sous-fifre de la banque de France, engagée avec un mini-mini-bac G ou STMG, termine systématiquement en catégorie A sans grand effort, payée nettement plus qu’un prof de fac, avec 8 semaines de vacances, 28h de présence par semaine, aucun travail à la maison, aucune compétition intellectuelle et aucune obligation ni de publication ni d’auto-formation, vive le méga-bronzage au bord de sa piscine dès le vendredi à 15h45.
    Bien entendu, TOUTE la fonction publique bénéficie des subventions d’un CE pour ses vacances, SAUF LES ENSEIGNANTS ET LES CHERCHEURS !!!
    En gros, c’est très simple, les « vrais profs », ceux qui sont soumis aux copies, aux lourdes préparations, au stress de la classe devant de vrais élèves de plus en plus azimutés, à la pression parfois violente des parents d’élèves, à l’obligation d’innovation et de remise à niveau auto-financée et surtout, surtout, à l’arrogance des bureaucrates, eh bien ces « vrais profs » sont, en gros, payés 50% de moins de ce qu’il faudrait ; il suffit de comparer avec les montants dans les pays comparables, Allemagne, Suisse, Angleterre.
    Vous allez me dire : « ha ha, vous ne parlez pas des heures supps !!! » Mais ces heures, elles sont sous-payées et il faut les faire EFFECTIVEMENT ! Une heure sup amène facilement une classe de plus, des copies en rabe, un conseil de classe de plus, etc. La plupart des profs de lycée les évitent, mais l’administration les impose souvent par des procédés parfaitement pervers ; ce sont souvent les profs de Maths, d’Anglais, d’Espagnol, de Français et de PC qui sont victimes de ces pressions à l’imposition d’heures supp.Signaler un abus

    Répondre
  5. Bob  6 septembre 2017 à 23 h 04 min

    places proposées au concourt de Maths 2017 : 1400, nombres de prof recrutés: 700 .
    Si le job était si merveilleux il y aurai plus de candidat.
    Les civiles sont souvent rapides à dire que nous sommes des privilégiés mais ils ne se risqueront jamais à venir faire notre travail.
    Je suis certifié hors classe avec 3700 euro par mois, 6 ans d’étude après le bac, un diplôme d’ingénieur et 20 ans d’ancienneté, pour 45~50 heures par semaine car je suis en charge de nombreuses autres fonctions dans l’établissent. Dans le privé pour comparer avec un ami d’enfance de ma promo je gagnerai 7500 euros. J’aime mon travail mais ça fait quand même mal aux fesses.Signaler un abus

    Répondre

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Captcha *

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.

Recherche dans les archives

Vous