Cahiers de vacances : sont-ils vraiment utiles ?

Le succès des cahiers de vacances ne se dément pas, mais sont-ils réellement profitables aux élèves ? Trois enseignantes en primaire, collège et lycée livrent leur point de vue.

Cahier de vacances

Cahier de vacances © Andrey Kiselev – Fotolia.com

Les cours viennent juste de se terminer pour les quelque 12 millions d’écoliers, de collégiens et de lycéens français. Pour de nombreux parents, l’heure est à l’achat des cahiers de vacances. Selon l’institut d’études GfK, les cahiers de vacances ont connu une année record en 2013 avec 4,2 millions d’exemplaires écoulés dans l’Hexagone.

« Les cahiers de vacances sont utiles pour rester dans une dynamique de travail. Ils permettent de maintenir les apprentissages de l’élève jusqu’à la rentrée scolaire », estime Marie-Ange Meslin, professeur d’anglais au collège Ariane à Argenteuil (Val d’Oise). « Mais ce n’est pas un outil de rattrapage scolaire. Seul face à son cahier, l’élève ne pourra pas acquérir des notions qu’il n’a pas assimilées en classe accompagné d’un professeur. »

« Des cahiers souvent trop ludiques »

Au palmarès des ventes, on trouve les cahiers de vacances pour le cycle primaire qui représente 45% du chiffre d’affaires du marché. Justine Robert, professeur d’une classe de CP/CE1 à l’école Pauline Kergomard 2 à Sarcelles (Val d’Oise) commente : « À cet âge, les enfants oublient très vite leurs apprentissages. Ils ont besoin de travailler régulièrement, notamment pendant les vacances d’été. A la rentrée, on voit tout de suite les élèves qui ont révisé et ceux qui n’ont rien fait. Pour autant, je ne conseille pas forcément l’achat d’un cahier de vacances. Je ne les trouve pas toujours bien conçus : ils sont souvent trop ludiques ou trop scolaires. Lire tous les jours une histoire avec son enfant suffit pour maintenir l’apprentissage de la lecture ».

L’institut GfK indique que la plus forte croissance est enregistrée par les titres à destination du lycée. Pourtant, Estelle Soulignac, professeur de français au lycée Pablo Neruda à Dieppe (Seine-Maritime) ne les recommande pas : « En français, les exercices de composition durent deux heures. C’est long, surtout pour un ado qui n’a pas envie de travailler. Cela peut être vu comme une sanction. De plus, au lycée, peu de parents ont les compétences pour aider leurs enfants à faire leur cahier de vacances. » Mais les accompagner est indispensable, selon l’enseignante : « L’été c’est le moment de mettre en pratique des acquis vus en cours de façon concrète et ludique. Par exemple, les parents peuvent demander à leur ado de réaliser un carnet de voyage, de rédiger le synopsis d’un film vu au cinéma, de s’entraîner à l’oral en allant demander des renseignements dans un office de tourisme… »

Malgré leur succès, les cahiers de vacances sont rarement terminés. En 2001, une étude de l’IREDU signale que seuls environ 25% des cahiers de vacances achetés ont été terminés. « L’essentiel c’est d’être régulier, il faut en faire un peu chaque jour, une vingtaine de minutes suffisent pour les élèves en primaire », affirme Justine Robert. Professeur au collège, Marie-Ange Meslin a un autre avis : « s’il est important de revenir sur les acquis de l’année pendant cette longue période de congés, il est aussi essentiel que les élèves se reposent. Un cahier de vacances est conçu pour durer environ trois semaines, je conseille de le faire au mois d’août, après s’être reposé. »

Diane Dussud

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Captcha *

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.

Recherche dans les archives

Vous