Monsieur le Prof : « Twitter, c’est ma vie professionnelle »

Le jeune prof d'anglais qui tweete sous l'alias "Monsieur le Prof" a rejoint Twitter il y a deux ans pour compenser les manques de sa formation. Le réseau est devenu sa véritable salle des profs, où il partage ses anecdotes les plus drôles.

Monsieur le Prof MsieurLeProf TwitterWilliam, alias « Monsieur le Prof » sur Twitter, est professeur d’anglais dans un collège de la banlieue parisienne. Il s’est inscrit sur Twitter il y a deux ans, pour sa première rentrée en tant qu’enseignant. « J’étais déjà blogueur sur Rue89 quand j’étais pion, mais j’ai eu besoin de communiquer plus. »

Sur la suggestion d’un ami, il rejoint le réseau social en quête de conseils pour pallier son manque de formation. « J’ai essuyé les plâtres des premiers masters MEEF« , explique le jeune prof de 25 ans. « J’avais un tuteur qui faisait ce qu’il pouvait, mais on hésite à confier ses problèmes à quelqu’un qui vous évalue pour passer ou non titulaire. »

Sur Twitter, @MsieurleProf aime…

– Le hashtag #BulletinsEnChanson.

– Le compte Twitter de @FibreTigre, « une personnalité du web », et ceux d’enseignants : @Ketamine1000, @__Beatrix__, @mllemadame, …

« Ce qui me plaît sur Twitter c’est l’interaction avec tout le monde, c’est dur de faire une liste de comptes préférés », précise Monsieur le Prof.

Ressources pédagogiques et blagues

Il découvre de nombreux enseignants expérimentés prêts à lui venir en aide sur Twitter. « Je courais après le temps, chaque jour je préparais le cours du lendemain, alors je demandais à d’autres profs ce que j’étais censé faire, comment préparer mes séquences. » Ces échanges lui ont permis de progresser sans peur d’être jugé, « c’était très satisfaisant ».

Aujourd’hui, Twitter est devenu sa salle des professeurs, et il y passe plus de temps qu’avec les collègues de son établissement, où son statut de TZR l’isole. Il se connecte rarement après les cours : « Twitter, c’est ma vie professionnelle, quand je rentre chez moi, c’est ma vie privée ».

Monsieur le Prof est aussi sur Twitter pour se distraire, il aime alterner partage de ressources pédagogiques et blagues au second degré. Maintenant qu’il sait monter ses séquences pédagogiques tout seul, il passe plus de temps à préparer des tweets « pour faire rire et dédramatiser » son quotidien. Mais son humour « pas toujours politiquement correct » n’est pas apprécié de tous, « d’où l’anonymat ».

Par exemple, certains professeurs ont trouvé choquant le « bingo du conseil de classe » qu’il a partagé sur le réseau. « Je ne l’ai pas utilisé », se défend William, « j’ai réalisé ce bingo après un conseil de classe particulièrement abominable, il fallait que je me défoule ».

« Il ne faut pas se prendre au sérieux »

En classe, il fait les mêmes blagues que sur Twitter, mais il doute d’être considéré comme un rigolo : « Les élèves voient que j’ai de l’humour mais je suis aussi le prof qui leur donne de mauvaises notes, qui met des mots dans leur carnet… ».

Il s’est aussi lancé dans le récit de mésaventures sentimentales sur le blog dessiné Partenaires particulières. « Il y a des amis qui me demandent : « Mais comment tu fais pour étaler ta vie ? » Je pense qu’il ne faut pas se prendre au sérieux et assumer ce qu’on a fait. »

Pas de tweets impulsifs

Grâce à ClockTweets, il peut programmer à l’avance des tweets qui seront publiés pendant ses heures de cours. Il tweete parfois en classe car « ça ne prend que deux secondes », mais il s’oblige toujours à réfléchir avant de publier une anecdote de vie de classe ou un extrait de copie.

« Ca m’ennuie quand un prof publie juste une perle d’élève », explique-t-il. « Je préfère prendre le temps de tourner ça d’une façon plus drôle, avec un décalage. » Cela lui permet aussi de ne pas réagir impulsivement, comme quand une élève lui a jeté un stylo à la tête : « J’y ai réfléchi un moment, et j’ai préféré insister sur le fait que ce n’était même pas son stylo ! ».

Les élèves qui sont sur les réseaux font souvent preuve de moins de retenue. Dans un article intitulé « Pourquoi les profs ne devraient pas s’inscrire sur Twitter« , William encourage ses collègues à faire cette expérience : « tapez Monsieur ou Madame puis un nom de famille au hasard, et vous aurez un tweet avec insulte envers un prof. Magique ! ». D’un autre côté, il reconnaît que ce que s’autorisent les profs en publiant des photos de copies ou des perles d’élèves est assez « limite », et il se demande quand l’Education nationale va se décider à encadrer tout ça. « Ce serait bien d’avoir une charte », estime-t-il.

Lui-même ne se permet pas tout sur le réseau social : « je n’ai jamais rien tweeté de vraiment choquant, j’assume totalement tout ce que je dis ». Il faut dire qu’il est surveillé de près : « Ma mère me suit sur Twitter, je sais qu’elle peut lire tout ce que je publie et ça me fait une forme de censure automatique ! ».

2 commentaires sur "Monsieur le Prof : « Twitter, c’est ma vie professionnelle »"

  1. ememde  27 octobre 2016 à 15 h 27 min

    j’apprécie ! ais pourquoi faut il absolument s’inscrire sur twitter pour lire toutes ces perles ?Signaler un abus

    Répondre

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.

Recherche dans les archives

Vous