IGEN au siège de Microsoft : les acteurs du logiciel libre dénoncent une « entorse à la neutralité scolaire »

La participation d'inspecteurs généraux à une table ronde organisée par Microsoft sur le numérique éducatif dérange les défenseurs du logiciel libre.

Deux ans après la convocation d’une centaine d’IEN-TICE au siège de Microsoft à Issy-les-Moulineaux, un nouvel évènement autour du numérique éducatif associe l’éditeur de logiciels et des responsables de l’Education nationale. L’April, Framasoft, le CNLL, SavoirsCom1 et l’Aful, qui oeuvrent pour la promotion des logiciels libres, « s’étonnent [de cette] nouvelle entorse à la neutralité scolaire et à l’intérêt du service public d’éducation ».

« Appropriation de l’Éducation nationale par une société privée »

Au cours d’une conférence organisée par Microsoft ce mardi 19 novembre, à la veille de l’ouverture du Salon Educatec-Educatice, une étude sur les « Investissement des collectivités en matière de numérique à l’école » sera dévoilée en présence notamment de Michel Pérez, Inspecteur général de l’Éducation nationale, et de Catherine Becchetti-Bizot, IGEN et directrice du Comité stratégique pour le numérique à l’école.

Les représentants du ministère présenteront en clôture de l’évènement les « grandes perspectives du Numérique pour le Ministère de l’Education Nationale », avant que les participants visitent la Classe Immersive Microsoft.

« Par leur présence à la table ronde organisée par Microsoft, les Inspecteurs généraux légitiment l’appropriation de l’Éducation nationale par une société privée« , dénoncent les défenseurs du logiciel libre. « L’école ne doit pas être un marché captif des éditeurs privateurs du numérique », estime Rémi Boulle, vice-président de l’April, pour qui « la place du logiciel libre dans le système éducatif français est un enjeu majeur pour la compétitivité de notre économie ».

Les efforts du ministère en faveur du libre

En août, le ministère de l’Education nationale avait détaillé en réponse à une question parlementaire ses efforts en faveur du logiciel libre, rappelant notamment que « plus de 4 000 serveurs » dans les rectorats académiques étaient sous système d’exploitation Linux, et que la moitié des académies utilisaient des solutions libres d’inventaire et de gestion de parc informatique. Les suites bureautiques OpenOffice et LibreOffice, principaux concurrents libres de Microsoft Office, étaient en outre présentées comme « largement utilisées par le corps enseignant comme un outil de travail partagé avec les élèves ».

La « circulaire Ayrault » encourage depuis septembre 2012 les administrations publiques à donner la préférence aux logiciels libres.

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Captcha *

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.

Recherche dans les archives

Vous