26.08.2013
2 réactions

Statut des enseignants : Chatel regrette de n'avoir pas aménagé les décrets de 1950

Interrogé ce matin sur France-Info à pro­pos des mesures qu'il regrette de ne pas avoir por­tées plus loin, l'ancien ministre de l'Education Luc Chatel a cité la réforme du sta­tut des enseignants.

L'ancien ministre de l'Education natio­nale Luc Chatel a exprimé ce matin sur France-Info le regret de n'avoir pas réamé­nagé les décrets de 1950 sur le sta­tut des enseignants.

Les mis­sions des ensei­gnants ont "consi­dé­ra­ble­ment évolué"

Luc Chatel était inter­rogé sur les mesures qu'il aurait sou­haité pou­voir por­ter plus loin. "Je vais vous dire très clai­re­ment, a répondu l'ancien ministre de l'Education. Nous avons pro­posé dans le pro­jet de Nicolas Sarkozy en 2012, par exemple, d'aménager le décret qui date, je le rap­pelle, de 1950, sur l'exercice, la fonc­tion des ensei­gnants qui aujourd'hui, ont vu leurs mis­sions consi­dé­ra­ble­ment évoluer alors qu'ils sont encore enca­drés par un texte qui a plus de 60 ans."

Luc Chatel consi­dère qu'il faut "aller plus loin dans l'auto­no­mie des établis­se­ments sco­laires". "J'avais com­mencé, a-t-il rap­pelé, j'avais donné une auto­no­mie aux chefs d'établissement de 300 col­lèges pour faire en sorte que sur le ter­rain, on adapte la poli­tique éduca­tive aux pro­blé­ma­tiques locales. Il fau­dra aller plus loin, et encore une fois, l'avenir du sys­tème éduca­tif, de meilleures per­for­mances, c'est plus de confiance don­née aux acteurs locaux".

La charte de laï­cité dans les établis­se­ments, une "bonne idée"

L'ancien ministre s'est égale­ment exprimé sur l'affichage, dès la ren­trée 2013, d'une charte de laï­cité dans les établis­se­ments sco­laires, annon­cée par son suc­ces­seur Vincent Peillon.

"Je pense que c'est une bonne idée, a indi­qué Luc Chatel. J'avais fait ins­tal­ler dans tous les établis­se­ments sco­laires la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen. Je pense qu'à chaque fois qu'on peut don­ner aux enfants des repères sur ce que sont nos valeurs, sur ce qu'est la République, c'est une bonne chose. Si ça peut per­mettre effec­ti­ve­ment aux ensei­gnants d'évoquer ces ques­tions de laï­cité davan­tage qu'ils ne font aujourd'hui, ça va dans la bonne direc­tion", a-t-il expli­qué, esti­mant être "suf­fi­sam­ment cri­tique vis-à-vis du gou­ver­ne­ment, notam­ment sur les ques­tions d'éducation, pour ne pas saluer des ini­tia­tives lorsqu'elles vont dans la bonne direction".


Vous souhaitez réagir sur cet article : Open-close

Modération par la rédaction de VousNousIls.

Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.

Vos réactions :

Open-close
Loys
le 26 août 2013

C'est vrai qu'en trois ans seule­ment, de 2009 à 2012, il était dif­fi­cile d'appliquer une quel­conque réforme. La volonté de bien faire de Luc Chatel était pour­tant si grande qu'il a publié son décret réfor­mant l'évaluation des ensei­gnants au len­de­main de l'élection de François Hollande.

Signaler

zou
le 4 septembre 2013

L. Chatel n'a pas "fait ins­tal­ler" la décla­ra­tion des droits de l'homme dans les écoles dont l'obligation remonte à 1946. Aucune cir­cu­laire, décret ou arrêté n'a été pris en ce sens par L. Chatel ou l'administration pen­dant l'exercice de ses fonc­tions.
http://www.senat.fr/questions/base/1987/qSEQ870606722.html

Signaler

2 réactions