AERES : « seuls les chercheurs des organismes y sont hostiles » (D. Gillot)

Selon la sénatrice PS Dominique Gillot, co-auteure d'un rapport sur l'autonomie des universités depuis la loi LRU, seuls les organismes de recherche sont favorables à la suppression de l'AERES.

Selon la sénatrice PS Dominique Gillot, « les évaluations menées par l’AERES ont été un levier utile d’amélioration des pratiques dans les universités ». « Nous n’avons pas entendu de demande de suppression de cette évaluation au sein de la communauté universitaire« , a-t-elle souligné lors de la présentation d’un rapport sur l’autonomie des universités depuis la loi LRU écrit avec le sénateur UMP Ambroise Dupont.

« Ne pas jeter le bébé avec l’eau du bain »

« Seuls les chercheurs des organismes sont hostiles à l’AERES« , a indiqué la sénatrice, qui sera rapporteur de la loi ESR au Sénat. Pour elle, il y aura « un sujet de débat sur » la suppression de l’agence. Ambroise Dupont, quant à lui, estime qu' »il faut la garder ».

Dans la section de leur rapport consacrée à l’AERES, les deux sénateurs invitent à « ne pas jeter le bébé avec l’eau du bain ». Toutes les équipes dirigeantes des universités rencontrées « ont jugé indispensable [une] évaluation objective et les appréciations sur l’AERES, ses pratiques et ses méthodes, améliorées au fil du temps, ont été positives », écrivent-ils. « Un constat en contradiction avec les prises de position tranchées lors des assises et des appels violents à la disparition de l’AERES« .

L’AERES critiquée dans le secteur de la recherche

« Dans le secteur de la recherche, l’AERES a été perçue comme un élément de remise en cause d’un système traditionnel d’évaluation par les pairs qui avait été internalisé de longue date », estiment les auteurs. Ils pointent du doigt la « série d’impairs commis par l’agence aux tout débuts de son activité : les masses de questions adressées dans des dossiers d’évaluation très insuffisamment ciblées ; des visites jugées mal préparées lors des premières évaluations […] ; des experts jugés peu légitimes »… « Dans ces conditions, il n’est pas surprenant que, dans sa première phase d’existence, l’AERES ait été vivement critiquée », soulignent-ils.

Source(s) :
  • AEF

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Captcha *

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.

Recherche dans les archives

Vous