25.03.2013
Aucune réaction

Congrès scientifique des enfants à Toulouse : donner le goût des sciences très tôt

La qua­trième édition du Congrès scien­ti­fique des enfants aura lieu le 31 mai pro­chain à Toulouse. Unique en son genre, cet événé­ment est à l'intiative de la Cité de l'Espace, de l'inspection aca­dé­mique et du PRES Toulouse. Rencontre avec ses responsables.

Claudie Haigneré

Le Congrès scien­ti­fique des enfants, qui s'adresse aux classes de CM1 et CM2 tou­lou­saines, a pour thème cette année "Femmes et Hommes dans l'Espace". Le Congrès en lui-même se déroule le 31 mai, mais depuis jan­vier, 6 classes de cinq écoles planchent déjà sur le sujet, accom­pa­gnées par six binômes de doc­to­rants des uni­ver­si­tés toulousaines.

Christophe Chaffardon, res­pon­sable éduca­tion à la Cité de l'Espace, et Clément Varenne, doc­to­rant à l'université du Mirail, res­pon­sable du ser­vice de l'orientation et de l'insertion pro­fes­sion­nelle du col­lège doc­to­ral du PRES Toulouse, sont avec Stéphane Respaud, IEN chargé des sciences, les pilotes du Congrès. Christophe Chaffardon et Clément Varenne nous pré­sentent ce pro­jet pas comme les autres.

Un pro­jet for­ma­teur pour les doctorants

Clément Varenne a sou­haité recon­duire le par­te­na­riat qui exis­tait déjà avec la Cité de l'Espace depuis quatre ans. "Cette année, nous sou­hai­tons don­ner à ce par­te­na­riat une nou­velle dimen­sion : nous met­tons en place au col­lège doc­to­ral des ate­liers pro­jets pour les doc­to­rants. Des mis­sions d'enseignement leur sont pro­po­sées, en lien avec la dif­fu­sion du savoir et de la culture scien­ti­fique, auprès du grand public et des sco­laires. Dans ce cadre, nous avons mené cette année deux grandes actions avec la Cité de l'Espace : le congrès TPE espace et le Congrès scien­ti­fique des enfants. Le but est que nos doc­to­rants puissent dif­fu­ser la recherche, et les ate­liers leur per­mettent de béné­fi­cier dans le cadre de leur contrat doc­to­ral d'une mis­sion d'enseignement qui pourra être prise en compte pour accé­der au CNU et aider à la qua­li­fi­ca­tion. L'objectif est égale­ment par rap­port aux enfants, de leur pré­sen­ter les métiers de la recherche, de mieux faire connaître le doctorat.

Donner le goût des sciences aux enfants

Christophe Chaffardon explique que sa "mis­sion est de faire décou­vrir aux élèves de la mater­nelle à la ter­mi­nale, la science, ses métiers, et de don­ner le goût de la science dès le plus jeune âge" Il ajoute que "la Cité de l'Espace se veut un lieu de ren­contres entre sco­laires et uni­ver­si­taires, pour qu'un échange entre les deux milieux soit pos­sible". Dans cette optique commente-t-il, "nous avons ini­tié le pro­jet du Congrès scien­ti­fique des enfants. Plutôt que de leur pré­sen­ter le métier de cher­cheur par le biais du labo­ra­toire, des tubes à essai, de la paillasse, nous avons choisi l'angle du congrès scien­ti­fique, pas­sage obligé pour tout cher­cheur scien­ti­fique. Le congrès a un aspect ludique, un aspect jeu de rôles en quelque sorte, qui convient pour les enfants. Nous avons donc mis en place un vrai congrès avec le déco­rum, les com­mu­ni­ca­tions orales, les badges, les mal­lettes, les cadeaux...

Des doc­to­rants dans les classes

Le pre­mier congrès des enfants a eu lieu en 2009, sur le thème de la lune (les thèmes sui­vants furent "Vie ter­restre, vie extra­ter­restre", puis "Explorer Mars") six classes par­ti­ci­paient et devaient pro­duire cha­cune deux pos­ters et deux com­mu­ni­ca­tions scien­ti­fiques. Pour aider les enfants qui tra­vaillent avec leurs ensei­gnants sur le pro­jet, nous fai­sons par­ti­ci­per des doc­to­rants. Pourquoi un doc­to­rant ? Parce que c'est fina­le­ment encore un élève et en même temps presqu'un cher­cheur, et de plus le côté grand frère fonc­tionne très bien avec les écoliers. Les doc­to­rants accom­pagnent les classes durant trois, quatre mois, avant le congrès. Ils vont dans les classes, aident les élèves à cher­cher l'information, à la trier et à la syn­thé­ti­ser, et à la mettre en forme pour une présentation.

Des binômes pluridisciplinaires

Clément pré­cise que les doc­to­rants tra­vaillent en binômes, issus de dis­ci­plines diverses, sciences appli­quées et droit par exemple. Les binômes se rendent dans les classes cinq, six fois entre jan­vier et mai. "Nous sommes là pour lan­cer le pro­jet et le suivre lors de points régu­liers" précise-t-il. Christophe indique que "pour cette année sur le thème 'Femmes et Hommes dans l'Espace', nous avons pro­posé une liste de ques­tions aux écoles, par exemple com­ment se nour­rir dans l'espace, le jour­nal de bord d'un spa­tio­naute ou encore com­ment dort-on dans l'espace... Ce sont les élèves et les ensei­gnants qui choi­sissent ensuite les thèmes sur les­quels ils sou­haitent tra­vailler. Les doc­to­rants vont aider les élèves, sous le contrôle de leur ensei­gnant, à réa­li­ser une com­mu­ni­ca­tion ou un pos­ter sur le sujet choisi, pour le Congrès. A noter, les doc­to­rants sont aidés par des maîtres-ressources sciences de l'académie qui leur donnent conseils et docu­men­ta­tion pour tra­vailler avec les élèves. Enfin, le CNES met à dis­po­si­tion des doc­to­rants des clas­seurs de res­sources péda­go­giques sur l'espace spé­cia­le­ment conçus pour ces niveaux de classe.

L'estime de soi

Chaque édition est par­rai­née par un scien­ti­fique pres­ti­gieux indique Christophe. Cette année, 2013 mar­quant les 50 ans de la pre­mière femme dans l'espace, Claudie Haigneré sera la mar­raine de l'événement.

"Ce tra­vail s'avère très posi­tif au niveau péda­go­gique : les élèves se prennent au jeu, gagnent en estime de soi, tra­vaillent des com­pé­tences métho­do­lo­giques. Les effets sont très béné­fiques pour tous les élèves, en par­ti­cu­lier pour les élèves en dif­fi­culté. Il faut noter aussi que pour beau­coup d'élèves, c'est la pre­mière fois qu'ils entendent par­ler de l'université, qu'ils découvrent ce qu'est un doc­to­rat, leur envi­ron­ne­ment ne leur don­nant pas cette pos­si­bi­lité. Et ils pour­ront le jourJ prendre la parole devant les autres lors d'un congrès intro­duit et conclu par des scien­ti­fiques pres­ti­gieux : les enfants reviennent chez eux avec un sou­ve­nir fort et le sen­ti­ment d'avoir été fina­le­ment eux aussi de vrais scien­ti­fiques !" conclut Christophe.

Sandra Ktourza


Vous souhaitez réagir sur cet article : Open-close

Modération par la rédaction de VousNousIls.

Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.

Vos réactions :

Open-close
Aucune réaction