Les conseils d’un instituteur pour bien gérer sa classe

Benjamin Chemouny, professeur des écoles depuis 15 ans, livre des conseils concrets pour aider les enseignants du primaire à mieux gérer leur classe.

Benjamin Chemouny©Marion Saint-Martin

Benjamin Chemouny©Marion Saint-Martin

Troubles de la concentration, bavardages, conflits… Pour pallier ces difficultés, auxquelles tous les enseignants sont confrontés, Benjamin Chemouny propose dans son livre « Agir et communiquer avec ses élèves » une trentaine d’actions : « il n’y a pas de recette toute faite, précise-t-il, mais de nombreuses astuces pour mieux communiquer avec ses élèves. »

Cela commence par la mise en rang avant d’entrer en classe : « je me mets toujours sur le seuil de la classe et je regarde les élèves un par un quand ils rentrent. Je les écoute. Il m’arrive de leur faire signe de ressortir, pour les faire rentrer à nouveau en silence. » Autre technique, si le chahut s’installe en classe : l’effet miroir. « Je m’interromps et je leur demande s’ils trouvent ça normal. En général, ils sont gênés et redeviennent attentifs. »

La méthode La Martinière pour créer une émulation

Lorsque c’est toute la classe qui se déconcentre, l’enseignant toulousain conseille la méthode La Martinière pour créer une émulation.

Il s’agit de solliciter l’intérêt immédiat des élèves en leur posant une question et en leur demandant d’écrire la réponse sur une ardoise: « Je leur demande, par exemple, d’écrire un mot. Je leur laisse 20 secondes et je frappe dans mes mains pour qu’ils lèvent leur ardoise. Ce procédé me permet de repérer ceux qui ont des problèmes d’orthographe et oblige à se concentrer sur un temps court. On peut poursuivre avec un jeu éducatif, en petits groupes, qui nécessitera moins de concentration. »

En revanche, si un seul élève est inattentif, il s’agira d’abord de vérifier qu’il a bien compris les consignes : « si un élève a la tête ailleurs c’est souvent qu’il n’a pas compris ce qui lui est demandé. »

Le risque : sanctionner l’enfant et non son comportement

Si le bavardage se prolonge, Benjamin Chemouny estime qu’un regard sévère vaut souvent mieux qu’un long discours : « on peut aussi se rapprocher ou se pencher sur le cahier : la proximité physique de l’enseignant responsabilise l’élève. Il est aussi possible d’indiquer à l’élève, calmement mais fermement, “Je veux que tu te taises !”. Mais dans ce cas, on interrompt le cours. » Et si ça ne suffit pas, d’autres solutions existent : « on peut demander à l’élève de croiser les bras et de s’accorder une pause. Ça peut sembler modeste mais c’est une manière efficace d’intervenir sans démobiliser le groupe. » D’autres enseignants ont recours à la chaise qui calme, placée un peu à l’écart : « l’important c’est de trouver une ruse pour faire passer le message. Le plus grand risque serait de sanctionner l’enfant et non son comportement. »

Faut-il avoir recours aux punitions ? « Cela dépend du contexte, du tempérament du maître et de l’objectif qu’il se fixe. La fermeté, la distance, parfois l’humour peuvent être la solution. Il faut mettre en place des règles pour la prise de parole et un système graduel de sanctions. » Même si, légalement, l’éventail de sanctions reste limité : « si l’on peut priver partiellement un élève de récréation, on ne doit pas le sortir du groupe en le laissant sans surveillance… Une autre possibilité est de lui donner un travail supplémentaire avec le risque qu’il ne soit pas fait. Il est donc préférable d’agir autant que possible en amont pour ne pas en arriver à la sanction. »

Ne pas trop écrire

Benjamin Chemouny insiste pour dire qu’il est toujours possible de rendre les élèves attentifs : « il faut juste avoir à l’esprit que certains élèves sont plus visuels que d’autres, sensibles aux sons ou davantage kinesthésiques. Par ailleurs, je crois beaucoup à la variation du degré d’attention qu’on leur demande. »

Selon l’instituteur, le principal défaut des enseignants débutants est de trop parler « et de trop écrire au tableau », ce qui offre un champ libre aux élèves pour se distraire. Benjamin Chemouny résume : « quand on commence à enseigner, on oublie trop souvent que notre objectif premier doit être de rendre les élèves attentifs, de les mettre au travail. L’inattention constatée des élèves est justement le défi à relever. »

5 commentaires sur "Les conseils d’un instituteur pour bien gérer sa classe"

  1. Koungou  25 janvier 2013 à 13 h 03 min

    Bravo on revient aux fondamentaux de ce qui était enseigné dans les écoles normales en 1960. Ancien conseiller pédagogique, je ne puis qu’approuver ces fondamentaux de bon sens !!!Signaler un abus

    Répondre
  2. bencouronne  28 janvier 2013 à 23 h 23 min

    J’ai surtout l’impression que le « statut » de l’instituteur est utilisé pour appuyer sur la faute et non pas, comme il devrait l’être, sur les compétences. Une faute est toujours partagée… Le manque d’attention est donc dû aux deux parties. Et l’utilisation de ce statut n’est-elle pas faite pour cacher une peur ? En tout cas, revenir aux « fondamentaux » comme on dit ne serait-ce pas se protéger derrière un mur et refuser de voir la nouvelle génération en tout point différente à celle des années 60 ?Signaler un abus

    Répondre
  3. prof du 93  10 février 2013 à 1 h 47 min

    Personnellement, si j’interromps le cours et demande aux élèves si c’est normal, ils me jettent un coup d’oeil et continuent leurs discussions comme si de rien n’était… Vous faites quoi dans ce cas-là ?Signaler un abus

    Répondre
  4. MAZOUNI  24 août 2015 à 22 h 54 min

    MERCISignaler un abus

    Répondre
  5. fariza  3 août 2016 à 11 h 18 min

    Quand je constate que la majorité des élèves sont inattentifs ,je change complètement d’activité pendant un très court moment en leur proposant autres choses comme réciter une chansonnette ou peut-être même un petit exercice physique pourquoi pasSignaler un abus

    Répondre

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Captcha *

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.

Recherche dans les archives

Vous