Exposition pédagogique : Rodin, la chair, le marbre

Rendez-vous

Le musée Rodin de Paris accueille, jusqu’au 1er septembre 2013, une belle exposition consacrée au travail d’Auguste Rodin. Intitulée "Rodin, la chair, le marbre", elle offre aux enseignants une foule de pistes pédagogiques à développer avec leurs élèves, notamment dans le domaine de l’histoire de l’art.

Paolo et Francesca dans les nuages, © Musée Rodin - Photo : Christian Baraja

Le Baiser, © Musée Rodin - Photo : Christian Baraja

Aurore, © Musée Rodin - Photo : Christian Baraja

Petite fée des eaux, © Musée Rodin - Photo : Christian Baraja

La Danaïde, Grand modèle, © Musée Rodin - Photo : Christian Baraja

© Musée Rodin - Photo : Christian Baraja

Précédent Suivant

Jusqu’au 1er septembre 2013, le musée Rodin de Paris consacre une exposition au travail particulier d’Auguste Rodin sur la sculpture du marbre. A travers une cinquantaine d’œuvres et une dizaine de maquettes, mises en scène par l’architecte Didier Faustino, l’exposition Rodin, la chair, le marbre raconte la relation particulière entretenue par l’artiste avec le matériau.

Le non-finito, aspect fondamental de l’oeuvre de Rodin

Les trois parties de l’exposition retracent le cheminement de l’œuvre de Rodin à travers le temps, et l’évolution du traitement qu’il réserve au matériau : de « support », le marbre devient, au fil des années, le « sujet » de l’œuvre.

Dans ses premières œuvres, Rodin cherche à transformer le marbre de manière « illusionniste », à lui donner l’apparence du tissu ou de la chair. Le non-finito, ou « esthétique de l’inachèvement », fait très tôt son apparition dans l’oeuvre du sculpteur. L’artiste laisse souvent des plages de marbre non dégrossies, qui contrastent avec les corps sculptés, très travaillés. Mais la signification de ces blocs bruts reste concrète : ce sont des rochers, des supports… Puis, dans une deuxième période, le non-finito change de logique : il n’a plus d’interprétation. Les proportions du bloc brut vont en grandissant par rapport à celles de l’œuvre taillée. Enfin, vers la fin de sa vie, Rodin considère l’inachèvement comme un but artistique en soi.

Pour mieux comprendre comment s’est fait le travail de transposition des formes dans le matériau, le musée expose certaines maquettes d’œuvres, en plâtre, aux côtés des marbres correspondants. On y constate souvent une différence entre la maquette et la sculpture, Rodin stoppant la transcription lorsqu’il jugeait l’aspect de l’oeuvre satisfaisant. Il faut savoir qu’il n’a jamais réalisé entièrement un marbre lui-même : il faisait appel à des praticiens (1), ce qui, à l’époque, lui valut beaucoup de critiques.

Un dispositif pédagogique soigné

Le musée Rodin propose des supports pédagogiques très complets autour de l’exposition, notamment un dossier documentaire pour aider les enseignants à préparer la visite avec leurs classes. Il propose différents axes d’exploration de l’exposition : esthétique et plastique, technique ou encore historique.

Pendant la visite, les enseignants pourront s’appuyer sur le dépliant d’aide qui synthétise les informations essentielles du dossier documentaire et leur permettra de commenter l’exposition au fur et à mesure du parcours. A noter également : le parcours de visite peut-être personnalisé en fonction du niveau scolaire (écoles, collèges et lycées).

Exposition Rodin, la chair, le marbre
Musée Rodin de Paris
Jusqu’au 1er septembre 2013

Réservations : 01 44 18 61 24.

Note(s) :
  • (1) Exécutants

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .


cinq × 1 =

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.