22.11.2012
2 réactions

Philosopher à l'école primaire : la méthode Tozzi

Le pro­fes­seur émérite et spé­cia­liste de la phi­lo­so­phie avec les enfants Michel Tozzi a orga­nisé ce 14 novembre, au siège de l'Unesco à Paris, une démons­tra­tion de sa méthode de "Discussion à Visée Démocratique et Philosophique". Reportage vidéo.

A l'occasion des Journées phi­lo­so­phiques de l'Unesco (14–15 novembre 2012), Michel Tozzi, pro­fes­seur émérite des uni­ver­si­tés en sciences de l'éducation à l'université Montpellier 3, a pro­cédé à une démons­tra­tion de la méthode Connac-Delsol-Tozzi de phi­lo­so­phie avec les enfants — aussi appe­lée "Discussion à Visée Démocratique et Philosophique" (DVDP) — avec une classe de CM2 de l'école La Source de Meudon. Le thème de cet ate­lier phi­lo­so­phique était la violence.

La méthode Tozzi néces­site d'attribuer des rôles aux élèves par­ti­ci­pants : un pré­sident de séance qui dis­tri­bue la parole, un secré­taire qui prend en note les argu­ments du débat, un refor­mu­la­teur, des phi­lo­sophes, et deux obser­va­teurs char­gés de véri­fier que cha­cun rem­plit son rôle de la manière atten­due. Ces rôles peuvent chan­ger au cours de l'atelier, pour per­mettre à cha­cun de prendre la parole.

"Un enfant peut com­men­cer à réflé­chir quand il com­mence à parler"

"Nous avons mis au point une méthode où l'enseignant n'intervient pas sur le fond mais inter­vient sur les exi­gences phi­lo­so­phiques, explique Michel Tozzi. L'originalité, c'est d'avoir deux visées : une visée démo­cra­tique qui s'inspire de la péda­go­gie ins­ti­tu­tion­nelle, et qui va don­ner aux élèves un cer­tain nombre de fonc­tions pour orga­ni­ser le débat; et une visée phi­lo­so­phique, qui va consis­ter à mettre en oeuvre un cer­tain nombre de pro­ces­sus de pen­sée, qui sont autant d'exigences intel­lec­tuelles. Apprendre à poser des ques­tions, apprendre à défi­nir des notions, à faire des dis­tinc­tions concep­tuelles... et puis argu­men­ter ce que l'on dit."

Si pour cette fois la dis­cus­sion a eu lieu avec des élèves de CM2, il est pos­sible, selon Michel Tozzi, de com­men­cer cet appren­tis­sage de la pen­sée auto­nome beau­coup plus tôt : "il n'y a pas de préa­lable pour com­men­cer à réflé­chir, affirme-t-il. Un enfant peut com­men­cer à réflé­chir quand il com­mence à par­ler, puisque par­ler, c'est déjà don­ner forme au monde."

Ces ses­sions de dis­cus­sion phi­lo­so­phiques ont de nom­breux avan­tages pour les enfants, à com­men­cer par l'acquisition d'une plus grande estime de soi, dans la mesure où on le consi­dère moins comme un enfant que comme un indi­vidu à part entière, en lui don­nant l'occasion d'exprimer ses idées et ses pensées.

Pour aller plus loin :

 

Quentin Duverger


Vous souhaitez réagir sur cet article : Open-close

Modération par la rédaction de VousNousIls.

Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.

Vos réactions :

Open-close
Fpils77
le 24 novembre 2012

"Pour aller plus loin" a oublié cet excellent film dif­fusé il y a peu à la télé, " ce n'est qu'un début..." qui fait inter­ve­nir dans des débats à visée phi­lo­so­phiques, des enfants de Moyenne et GS de mater­nelle, dans un quar­tier modeste du Mée dur Seine, à côté de Melun (77) et qui s'est pro­longé deux ans avec une ren­contre de classes "art et philo" à Vaux le Vicomte, sous la hou­lette d'un Piufm de l'U-Pec de Melun : Jean-Charles Pettier, de l'actrice prin­ci­pale du film, Pascaline Dogliani et de son ex-directrice Isabelle Dufloch.

Signaler

L'équipe VousNousIls
le 26 novembre 2012

@Fpils77:
Cet oubli a été réparé. Nous avions inter­viewé Pascaline Dogliani et Isabelle Dufloch à l'occasion de la sor­tie de ce documentaire.

Signaler

2 réactions