Les Dérives de l’imaginaire ouvrent la saison au Palais de Tokyo aujourd’hui

L’exposition "Imaginez L’Imaginaire partie 1", qui démarre aujourd’hui (jusqu’au 2 février), lance la saison 2012-2013 du Palais de Tokyo à Paris. Le musée, qui a réouvert ses portes en avril dernier après une longue rénovation, offre dans un décor ultra-moderne, une exposition stimulante.

Seth Price, New way of Life, 2011, Acrylique sur plaque de polystyrène thermoformée, corde, 115,6 x 233,7 cm, Collection privée, Courtesy de l'artiste et Galerie Chantal Crousel.

Ryan Gander, Ftt, Ft, Ftt, Ftt, Ffttt, Ftt, or somewhere between a modern representation of how a contemporary

Dove Allouche, Déversoirs d'orage I, 2009. Héliogravure, 50 x 40 cm (64 x 54 cm encadré). Courtesy de l’artiste

Pierre Vadi, Une histoire ultra-condensée de l'ère postindustrielle, 2012. Résine, fibre de verre, colorants,

Précédent Suivant

De grands noms de l’art contemporain s’emparent de l’imaginaire. Pour cette première partie, intitulée « Les Dérives de l’imaginaire« –la partie 2 étant programmée à partir du 17 octobre- les œuvres de deux artistes retiennent particulièrement l’attention.

C’est le cas par exemple de l’œuvre de Seth Price, jeune artiste new-yorkais. Il est présent dans cette exposition au travers de deux imposants tableaux blancs, réalisés en jetant des cordes sur la toile, laissant le hasard les disposer à sa guise, et le visiteur rêver à leur signification.

On est également fasciné par l' »Esperluette » de Ryan Gander, qui présente ici sa « bibliothèque d’artiste« . Face à une vitrine, le visiteur voit défiler sur un tapis roulant toutes sortes d’objets, baguette sur nappe à carreaux, fauteuil défoncé, bouteilles thermos, clavier d’ordinateur, carabine, tasse sur soucoupe ou encore aspirateur rieur…

D’autres œuvres de Ryan Gander retiennent vivement l’attention dans l’exposition : il s’agit de la série « Associative Ghost Template« . Elle consiste en grands panneaux de plexiglas découpés au laser, qui contiennent des descriptions d’objets manquants gravés au laser. Les panneaux sont à la fois majestueux et suffocants et l’impression que l’on a en les voyant est vraiment déroutante.

Parmi les oeuvres très intéressantes à découvrir également : « Les déversoirs d’orage » de Dove Allouche et les très surprenantes sculptures « Stoned Text » de Pierre Vadi.

Au final, une exposition vivement recommandable et qui tient ses promesses : l’imaginaire y est sollicité à chaque instant, et de façon plus qu’inaccoutumée.

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Captcha *

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.

Recherche dans les archives

Vous