Une rentrée scolaire 2012 pleine de promesses

En pratique

En guise de circulaire de rentrée, les ministres Vincent Peillon et George Pau-Langevin ont adressé fin juin une lettre à tous les personnels de l’Education nationale. Décryptage.

Stylos

Beau Maes/Flickr

Le rétablissement de l’enseignement facultatif d’histoire-géographie en terminale S, le retour de la semaine de 4,5 jours à l’école, la création d’un millier de postes de professeurs des écoles et de 1500 auxiliaires de vie scolaire afin d’améliorer la scolarisation des élèves en situation de handicap… Autant d’annonces qui figurent dans la lettre ministérielle  adressée, fin juin, à tous les personnels de l’éducation.

-L’école primaire reste la « première priorité ». Hormis les 1000 nouveaux emplois d’enseignants créés, en priorité pour les écoles les plus en difficulté, les ministres demandent que le CP ne soit confié qu’à des professeurs expérimentés. La réforme des rythmes scolaires se traduira par le rétablissement de la semaine de 4,5 jours dans le premier degré, avec une pause le midi d’au moins 1h30. Autre changement attendu : les résultats des évaluations en CE1 et CM2 ne seront pas centralisés au niveau national.

-Le collège unique, incluant un enseignement identique pour tous les élèves de la 6e à la 3e, demeure une ambition. Toutefois, selon les ministres, « maintenir l’obligation d’un tronc commun pour tous n’interdit pas de proposer aux élèves des approches pédagogiques différenciées ». La loi Cherpion, favorisant l’apprentissage précoce, est abrogée. De même, le dispositif d’initiation aux métiers en alternance (Dima) pour les moins de 15 ans est suspendu.

-La réforme du lycée se poursuit, avec une nouveauté : le retour de l’histoire-géographie, en option, en terminale S.

-L’évaluation des personnels est supprimée bien qu’« un retour à la situation antérieure n’est pas non plus souhaitable », nuancent les ministres.

-La formation des maîtres sera revue afin de « répondre au manque de formation pratique des jeunes enseignants ». Dans cette attente, « des mesures d’aménagement de service et des formations spécifiques pour les stagiaires nouvellement recrutés en septembre 2012 seront mises en place ».

« Une rentrée à deux visages »

Comment les syndicats d’enseignants ont accueilli cette lettre ? Positivement, tout en restant prudents.

« La rentrée sera difficile car elle a été préparée par l’ancien gouvernement », estime Frédérique Rolet, co-secrétaire générale du SNES, principal syndicat d’enseignants au collège et lycée. « La lettre ouvre des portes et présente un projet d’école ambitieuse mais je ne vois pas énormément de mesures concrètes », résume-t-elle, « il n’y a pas un mot par exemple sur les pré-recrutements que nous préconisons pour pallier les 15% de postes non pourvus au CAPES. » Pour Sébastien Sihr, secrétaire général du SNUipp-FSU, il s’agit « d’un texte de politique générale qui témoigne d’une volonté de rupture, de respect et de confiance ». Selon lui, la rentrée aura deux visages. « Les 1000 postes vont apporter une bouffée d’oxygène mais il y aura moins d’enseignants qu’à la précédente rentrée : en comptant les suppressions de postes décidées par l’ancien gouvernement, il y aura 4700 postes en moins pour 5300 élèves en plus dans le primaire. La rentrée est pleine de promesses qui devront se décliner, après la concertation (qui a repris le 20 août), par des actes dès la rentrée 2013 ».

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .


neuf − = 5

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.