20.06.2012
1 réaction

Métier enseignant : le Sénat rend aujourd'hui sa copie

C'est aujourd'hui que le Sénat publie le rap­port de sa mis­sion d'information sur le métier ensei­gnant, qui avait été lan­cée en jan­vier der­nier. Colette Mélot (UMP, Seine-et-Marne) en est la pré­si­dente, et Brigitte Gonthier-Maurin (CRC, Hauts-de-Seine) la rap­por­teure. Propos.

"Nous sommes confron­tés à un constat, celui d'une crise du métier ensei­gnant. Beaucoup de nos inter­lo­cu­teurs ont avancé l'idée d'une souf­france ordi­naire des ensei­gnants. Il ne s'agit pas d'un pic mais d'une souf­france qui concerne tout le monde" indique aujourd'hui à AEF la séna­trice Brigitte Gonthier-Maurin, rap­por­teure de la mis­sion d'information du Sénat sur le métier enseignant.

"Nous n'avons pas perçu de bon­heur chez les enseignants"

Ce constat est celui que les membres de la mis­sion, issus de la com­mis­sion de la culture, de l'éducation et de la com­mu­ni­ca­tion du Sénat, ont pu faire au cours de leurs ren­contres sur le ter­rain depuis le mois de janvier. Le séna­teur Maurice Antiste (PS) a déclaré lors de la pré­sen­ta­tion du rap­port au Sénat le mer­credi 30 mai : " Nous avons beau­coup écouté [les ensei­gnants]. Or nous n'avons perçu de bon­heur ni chez eux, ni chez les étudiants, ni chez les inspecteurs..."

Dans son entre­tien à AEF, Brigitte Gonthier-Maurin évoque aussi le sen­ti­ment de soli­tude des ensei­gnants et la néces­sité de consti­tuer des "col­lec­tifs" pour l'enrayer. "Le rap­port pré­co­nise l'émergence de col­lec­tifs ensei­gnants notam­ment en réponse aux inquié­tudes des jeunes ensei­gnants. Il s'agit de répondre à leur soli­tude" explique-t-elle ainsi.

L'IUFM "rénové"

La néces­sité d'"arrêter la RGPP" est par ailleurs une mesure d'urgence à prendre, ainsi que "la remise à plat de la for­ma­tion des ensei­gnants". La séna­trice indique ainsi que la mis­sion a envi­sagé la mise en place d'"IUFM rénové", en appuyant sur le terme "rénové". Dans la suite de son entretien, Brigitte Gonthier-Maurin affirme en effet que pour ce qui est des IUFM, "l'idée n'est pas non plus de reve­nir à la situa­tion précédente".

Enfin, elle indique être "favo­rable à un pré-recrutement [des ensei­gnants] au niveau licence avec l'organisation d'un concours natio­nal en fin d'année de L3". Elle déclare dans son inter­ven­tion lors de la pré­sen­ta­tion du rap­port de la mis­sion au Sénat : "Le pré-recrutement confè­re­rait un sta­tut par­ti­cu­lier d'élèves-enseignants ouvrant droit à une rému­né­ra­tion suf­fi­sante pour ne pas avoir à cumu­ler études et emploi".

Ce pré-recrutement impli­que­rait que " les élèves-enseignants s'enga[gent] à suivre les deux années de mas­ter, à se pré­sen­ter aux concours de l'enseignement et à ser­vir comme fonc­tion­naires de l'État pour un nombre mini­mum d'années en cas de réussite".

Un "for­fait cultu­rel" pour les enseignants

En der­nier lieu, une piste ori­gi­nale à rete­nir : prendre en compte "le tra­vail invi­sible des ensei­gnants". Dans son inter­ven­tion lors de la pré­sen­ta­tion du rap­port au Sénat, Brigitte Gonthier-Maurin note qu'il serait "oppor­tun de pré­voir un for­fait d'heures pour tous les ensei­gnants, afin de leur per­mettre de mener des pro­jets cultu­rels avec leurs élèves [...]." Il s'agirait en quelque sorte d'un "for­fait cultu­rel" inté­gré au ser­vice normal.

A côté des grandes pré­oc­cu­pa­tions de la com­mu­nauté éduca­tive — effec­tifs ensei­gnants, for­ma­tion ini­tiale et mas­te­ri­sa­tion — le rap­port offre des pistes d'analyse ori­gi­nales sur des sujets d'habitude peu évoqués. L'idée des col­lec­tifs d'enseignants par exemple pour lut­ter contre la soli­tude, en par­ti­cu­lier des jeunes ensei­gnants, est à rete­nir, ainsi que celle d'un "for­fait cultu­rel" pour per­mettre aux ensei­gnants de pra­ti­quer, dans le cadre de leur ser­vice, une péda­go­gie plus souple, mais non moins efficace.

Sandra Ktourza


Vous souhaitez réagir sur cet article : Open-close

Modération par la rédaction de VousNousIls.

Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.

Vos réactions :

Open-close
Moi
le 20 juin 2012

RIEN du tout sur le salaire ?! Encore un rap­port qui ne sert A RIEN ! On se moque de nous !!

Signaler

1 réaction