14.05.2012
1 réaction

Vincent Peillon veut "redéfinir le métier" d'enseignant et "remettre en place une formation"

Vincent Peillon a pro­mis hier une "refon­da­tion de l'école de la République", une remise en place de la for­ma­tion et le retour du res­pect dû aux enseignants.

« C'est pas une réforme qu'on veut faire, c'est une refon­da­tion de l'école de la République », a assuré Vincent Peillon dimanche sur Canal+. « Ça sup­pose d'impliquer tout le monde », parents d'élèves, élèves et pro­fes­seurs, a-t-il précisé.

Vincent Peillon, dont le nom est cité comme pos­sible ministre de l'Education natio­nale, a évoqué comme pistes de tra­vail le retour du res­pect dû aux ensei­gnants, une éven­tuelle reva­lo­ri­sa­tion de leur salaire, une redé­fi­ni­tion de leurs tâches en concer­ta­tion avec eux, la remise en place d'une réelle for­ma­tion et l'instauration de pré-recrutements au cours des études.

Il estime que l'on peut mettre fin à la crise des voca­tions « en ne mépri­sant pas les pro­fes­seurs, en disant à l'ensemble de la nation le res­pect qu'on doit appor­ter à ceux qui sont là pour élever nos enfants, trans­mettre le savoir, éclai­rer la connais­sance ». Il sou­haite égale­ment redé­fi­nir « leurs tâches, mais pas contre eux, pas sans eux, pas sans l'ensemble de la nation ».

Au sujet de la rému­né­ra­tion, Vincent Peillon a rap­pelé que les pro­fes­seurs fran­çais « sont payés en moyenne 20 % de moins que dans les autres pays com­pa­rables, donc cette ques­tion se pose » — mais il affirme que « les condi­tions maté­rielles et morales pour faire réus­sir leurs élèves » pré­oc­cupent davan­tage les ensei­gnants que leur salaire, par­lant d'une « France du dévoue­ment ». Pour affron­ter finan­ciè­re­ment les cinq années d'études néces­saires pour deve­nir pro­fes­seur, il pro­pose par ailleurs d'« ouvrir des pré-recrutements » à bac +3.

« Nous allons remettre en place une for­ma­tion », a-t-il pro­mis. Il a annoncé qu'il y aurait « une pre­mière for­ma­tion, dès la ren­trée pour les pre­miers nom­més », qui s'appuiera sur les IUFM et « les pro­fes­seurs plus expé­ri­men­tés dans une forme de contrat de géné­ra­tion ». « Nous pou­vons et nous devons faire un effort pour la ren­trée, sinon elle va mal se pas­ser », a-t-il souligné.

Mardi, lors de sa jour­née d'investiture, François Hollande ren­dra hom­mage à Jules Ferry, le célèbre ministre de l'Education de la IIIème République. Jules Ferry est à l'origine « des grandes lois sco­laires, de la lettre aux ins­ti­tu­teurs, de la sco­la­rité obli­ga­toire, de la laï­cité, de la gra­tuité de l'école », a rap­pelé Vincent Peillon dimanche sur Radio J. Avec cet hom­mage, le nou­veau pré­sident de la République veut rap­pe­ler les « prio­ri­tés de son quin­quen­nat » : « la jeu­nesse », « l'éducation » et le res­pect de la « laïcité ».

Source(s) :
  • AFP, canalplus.fr
Vous souhaitez réagir sur cet article : Open-close

Modération par la rédaction de VousNousIls.

Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.

Vos réactions :

Open-close
julien
le 17 mai 2012

Ne vous y trom­pez pas les salaires sont aussi un gros pb.

Signaler

1 réaction