13.03.2012
1 réaction

Luc Chatel propose une réforme en profondeur du baccalauréat

Luc Chatel a annoncé hier la mise en place de sanc­tions plus dures en cas de fraude au bac, et pro­posé de dimi­nuer l'importance des options et de ren­for­cer la place du contrôle continu.

A 3 mois de l'édition 2012 du bac­ca­lau­réat, le ministre de l'éducation, Luc Chatel, a pré­senté hier lundi des mesures pour éviter les inci­dents de l'an der­nier, en par­ti­cu­lier une fraude lors d'une épreuve de mathé­ma­tiques de la série scientifique.

Le 22 mars, Luc Chatel pré­sen­tera au Conseil supé­rieur de l'éducation (CSE) un décret pour que des sanc­tions « plus effi­caces et plus dis­sua­sives » soient prises par un conseil de dis­ci­pline piloté par le rec­teur, qui se réuni­rait « dès la fin des épreuves du bac, avant le 15 juillet ». Actuellement, les com­mis­sions se réunissent au sein des uni­ver­si­tés en septembre.

Cette pro­po­si­tion a été dénon­cée par la quasi-totalité des syn­di­cats d'enseignants ainsi que par la fédé­ra­tion de parents d'élèves FCPE, les étudiants de l'Unef et les lycéens de l'UNL, qui y voient « un tri­bu­nal d'exception », dans lequel ne seraient pas repré­sen­tés les étudiants ni les élus des personnels.

Le ministre a aussi évoqué « la mise en place d'une charte de déon­to­lo­gie », qui serait signée par tous ceux char­gés de la pré­pa­ra­tion de l'examen, ainsi qu'une amé­lio­ra­tion de la « sûreté des locaux ».

Notes élimi­na­toires et moins d'options

Les ins­pec­tions géné­rales ont par ailleurs remis hier au ministre de l'Education natio­nale un rap­port inti­tulé Propositions pour une évolu­tion du bac­ca­lau­réat. Les auteurs estiment qu'une réforme du bac­ca­lau­réat devrait pour­suivre trois objec­tifs : « sim­pli­fi­ca­tion de l'examen, amé­lio­ra­tion de sa qua­lité cer­ti­fi­ca­tive, cohé­rence avec l'enseignement supé­rieur. »

Ils pré­co­nisent en par­ti­cu­lier l'instauration de notes élimi­na­toires. Aujourd'hui, 5 % des bache­liers scien­ti­fiques et 22 % des lit­té­raires obtiennent moins de la moyenne à deux de leurs trois matières prin­ci­pales, et décrochent le bac grâce à leurs notes dans des dis­ci­plines non spé­ci­fiques à leur filière et des options. Des notes élimi­na­toires dans les matières prin­ci­pales per­met­traient de rééqui­li­brer les filières, notam­ment en dimi­nuant le nombre de « lit­té­raires contra­riés » en filière S, choi­sie avant tout pour son image élitiste.

Ils pro­posent égale­ment de rame­ner le coef­fi­cient des épreuves facul­ta­tives à 1 pour limi­ter leur influence dans l'obtention d'une men­tion, de rem­pla­cer les oraux de rat­tra­page par un simple exa­men du livret sco­laire, ou encore de ren­for­cer la place du contrôle continu dans l'évaluation.

Luc Chatel estime lui aussi qu'« il fau­dra à l'avenir un bac­ca­lau­réat qui soit recen­tré sur l'essentiel », « concen­tré sur moins d'épreuves, avec moins d'options facul­ta­tives, moins d'épreuves facul­ta­tives, sans doute un recours plus impor­tant à des contrôles conti­nus ».

Source(s) :
  • education.gouv.fr, LeFigaro.fr, EducPros.fr, LeParisien.fr, tf1.fr, fcpe.asso.fr,
Vous souhaitez réagir sur cet article : Open-close

Modération par la rédaction de VousNousIls.

Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.

Vos réactions :

Open-close
moi
le 14 mars 2012

Je pro­pose des sanc­tions en cas de fla­grant délit d'incompétence pour un ministre !

Signaler

1 réaction