Sylvie Tordjman : « réduire les enfants à une identité de surdoué génère des effets catastrophiques »

L’école accueille chaque année des enfants doués d’un haut potentiel intellectuel. Comment les repérer et les accompagner ? Entretien avec Sylvie Tordjman, professeur de pédopsychiatrie à l’université de Rennes 1, chef du pôle hospitalo-universitaire de psychiatrie de l'enfant et de l'adolescent, responsable du Centre National d’Aide aux enfants et adolescents à Haut Potentiel (CNAHP).

Sylvie TordjmanQuel est le vocabulaire adéquat pour qualifier les élèves « surdoués » ?

La terminologie est essentielle. Actuellement, l’Education nationale parle de « précocité intellectuelle », ce qui est en train d’être remis en question car cela peut laisser penser qu’il suffit d’un saut de classe pour traiter le problème. Or ce n’est qu’une des solutions. Au CNAHP de Rennes, ouvert depuis 2005, nous parlions « d’enfants surdoués en difficulté ». Très vite, la notion s’est réduite à un substantif : « le surdoué ». Le risque principal, tant pour l’enfant que pour son environnement familial, scolaire ou social, est que l’enfant n’existe et ne soit défini qu’au travers de sa surdouance. Réduire les enfants à une identité de surdoué génère souvent des effets catastrophiques, pouvant aboutir à un effondrement dépressif lorsque, avec le temps, le haut potentiel intellectuel fluctuant, l’enfant ne répond plus aux critères de surdouance. Ainsi, nous avons choisi d’utiliser dorénavant le terme de « haut potentiel » qui rend compte que ce potentiel peut s’exprimer ou être inhibé par des difficultés.

Comment reconnaître un élève à haut potentiel ?

Les enseignants sont en difficulté pour repérer ces élèves. Mais on ne peut pas le leur reprocher ! Il est humain de passer à côté car la plupart des gens continuent à associer le haut potentiel intellectuel à la réussite scolaire. C’est un mythe ! Selon le rapport Delaubier de 2002, 2,3% des enfants scolarisés de 6 à 16 ans sont à haut potentiel (c’est-à-dire avec un QI supérieur à 130, selon les critères de l’OMS) et parmi eux un tiers est en grande difficulté scolaire. Des éléments repérables existent. On retrouve notamment souvent un apprentissage spontané de la lecture vers l’âge de 4 ans ou même avant. Cela pourrait s’expliquer par un investissement affectif pour les livres grâce à des parents qui, très tôt, leur ont lu des histoires. Une réactivité rapide avec la capacité de faire plusieurs choses en même temps est un autre indice. Par exemple, lorsqu’un enfant a besoin d’écouter de la musique à fond ou de manipuler des objets avec ses mains pour se concentrer sur ses devoirs. Les élèves à haut potentiel ont besoin d’être confrontés à des stimuli. De ce point de vue, isoler un élève « surdoué » peut être contreproductif.

Les enfants précoces sont-ils issus essentiellement des milieux favorisés ?

Absolument pas ! C’est une idée reçue. Au CNAHP qui a été créé en décembre 2005, nous recevons environ 100 enfants par an et en avons vu d’ores et déjà plus de 650. Tous les tests sont gratuits pour les enfants de la région Bretagne. Le coût n’étant pas un obstacle, nous voyons donc des enfants de tous les milieux sociaux. Avec une nuance : quelle que soit la catégorie socioprofessionnelle, on retrouve très souvent une valorisation de l’investissement intellectuel. Très jeune, l’enfant à haut potentiel baigne dans une représentation valorisante des capacités cognitives et de l’école. Aujourd’hui, la plupart des études sont biaisées car elles sont basées sur des tests d’intelligence onéreux, accessibles à une partie de la population. De plus, le test de QI n’évalue qu’une intelligence académique. De notre côté, nous faisons aussi passer un test de créativité car elle n’est pas corrélée au QI. Il faut s’y intéresser, y compris avec des perspectives pédagogiques, ce qui n’est pas le cas actuellement.

Avoir un « haut potentiel » est-il une garantie de réussite ?

Non, car un tiers des enfants ne vont pas bien. Ils sont en difficulté voire en échec scolaire. Depuis quelques années, nous essayons de comprendre ce paradoxe. L’idée principale c’est qu’il faut plusieurs facteurs pour qu’un potentiel puisse s’exprimer et devienne un talent. Au rang desquels : la motivation, la valorisation de l’effort… J’écris en ce moment un article intitulé « De Mozart à Michael Jackson ». J’essaie de montrer que, dans les deux cas, le travail a été énorme pour devenir un « génie » de la musique. Le deuxième facteur essentiel, c’est l’environnement familial ou élargi, qui offre la possibilité de bénéficier d’un enrichissement. Mozart et Michael Jackson ont bénéficié de cet environnement familial et professionnel. Ils ont eu aussi des mentors qui ont joué un rôle essentiel.

Quelle pédagogie mettre en œuvre quand un élève brillant s’ennuie en classe ? Faut-il lui faire sauter une classe ?

Il faut soumettre l’enfant à un challenge pour qu’il développe un effort. Beaucoup d’élèves à haut potentiel intellectuel réussissent sans travailler à l’école primaire et au collège, mais ils échouent au lycée. Et ils ne vont pas supporter l’échec scolaire. Dans les programmes éducatifs, il est nécessaire de maintenir un challenge. En pratique, cela se traduit par un éventail de possibilités. Le saut de classe en fait partie mais avec des indications au cas par cas, en tenant compte des critères affectifs et physiques. Si par exemple un enfant pense qu’il va perdre ses amis ou qu’il est trop petit, ce n’est pas simple de lui faire sauter une classe… Et puis souvent, ces élèves sont très bons dans un domaine mais pas dans tous. Ceci dit, il faut penser plus souvent au saut de classe, beaucoup plus fréquent dans les années 60, en instaurant une grille de lecture nationale. Cette dernière restera, dans tous les cas, à interpréter par un inspecteur académique, en concertation avec les enseignants et les parents et les professionnels impliqués dans la prise en charge de l’enfant. Les classes à plusieurs niveaux ou les décloisonnements sont une autre solution. Ce sont ces stratégies qui, dans le cadre d’études internationales, produisent les meilleurs résultats pour les élèves à haut potentiel car l’enfant peut s’appuyer sur des savoirs réservés aux plus âgés.

Que pensez-vous des écoles pour enfants précoces ?

Pourquoi pas, mais quand l’enfant va bien. En revanche, pour les autres, ce type d’école n’est pas l’idéal. Dans ces classes, on renvoie les enfants à leur image de « surdoués » et on en arrive à une représentation pouvant les stigmatiser. Car en réalité, toutes les études montrent que le plus important pour aider ces élèves repose sur la relation individuelle avec les enseignants.

16 commentaires sur "Sylvie Tordjman : « réduire les enfants à une identité de surdoué génère des effets catastrophiques »"

  1. brigitte  17 mars 2012 à 0 h 34 min

    Article intéressant ! Mais que faire quand l’enfant développe une phobie scolaire ?Signaler un abus

    Répondre
  2. Mathilde  5 avril 2012 à 14 h 17 min

    Bonjour, j’aimerais savoir si vous vous êtes penchée sur le syndrome d’Asperger lorsque vous avez fait ce travail. J’ai remarqué que la littérature sur les enfants à haut potentiel évoquait en général tous les traits de cette forme d’autisme, mais de façon disparate et sans vraiment savoir comment établir une corrélation entre eux. Il me semble que ce serait une des clefs qui permettrait une compréhension de l’échec scolaire de ces personnes qui, quoique souvent brillantes dans un ou plusieurs domaines, se situent au niveau cognitif dans le spectre autistique, avec les difficultés sociales, sensorielles, de gestion du temps aussi, qui vont avec.Signaler un abus

    Répondre
    • sarah  27 février 2016 à 7 h 39 min

      cette article date mais …je serais intéressée par la réponse au SA. (mon fils est aspi).Signaler un abus

      Répondre
  3. minilie  15 avril 2012 à 1 h 22 min

    Mon enfant a 5 ans et a été classée à 147 de QI à 4 ans. Pour la créativité, elle est au top, elle fait tout d’un rien, trouve toujours une solution. Elle chante divinement bien, sort une mélodie de n’importe quel instrument. Son frère de 2 ans et demi, c’est pareil. Elle réagit très bien émotionellement, relativise, etc, accepte les méthodes de reconnaissance des émotions et de passage de celles-ci. Elle est très chouette. Elle est très rêveuse et déteste ranger.
    Et surtout, elle ne sait pas lire, pas compter. Ca ne l’intéresse pas. Je ne veux pas l’y forcer, l’y contraindre, lui mettre la pression. Je lui lis tout de même les lettres, les mots les phrases à de nombreuses occasions, je compte aussi dès que je peux, etc… La géométrie et le partage des heures en minutes l’intéresse, mais les bases, niet !! alors mademoiselle ne compte que jusqu’à 14 et trouve ça incroyable. Elle dit ne pas savoir lire mais en vrai, si elle prend le temps elle le sait, mais ça la gave. Ou alors elle sait un jour et l’autre non…
    Son enseignante c’est moi alors pas de pression avec la norme… mais tout de même !! On aura l »inspecteur à la rentrée !! J’ai un peu peur de lui présenter cette enfant capable de vous faire un exposé sur les planètes, la préhistoire, l’origine des mots ou des mathématiques – mais qui ni ne lit, ni n’écrit, ni ne compte…
    Des réflexions? Des conseils? Merci.Signaler un abus

    Répondre
    • Papillon  26 février 2016 à 11 h 27 min

      Elle ne lit ni ne compte … À 5 ans ? Et tu veux que l’inspecteur trouve à redire !? C’est un troll, non ? :)))
      Peut être qu’il faut juste la laisser tranquille. Mes filles sont musiciennes et on été testées à 148 et 149 ( ce n’est pas un score fiable, surtout à ces âges, c’est plus un ordre idée ) pour autant la grande n’a lu qu’à 6 ans, en classe. La petite à peine plus tôt. La posture de tout enseignant est d’accompagner l’apprentissage, pas de le pousser.
      ( après, compter peut se faire avec un jeu de partage de jolies objets ( billes, coquillages, il y en a cinquante on se les partage autant pour moi que pour toi, on compte ensemble ?) ou pour se représenter le nombre d’étoiles dans le ciel, … )Signaler un abus

      Répondre
  4. pédopsy  15 avril 2012 à 11 h 14 min

    @minilie : Des conseils ?
    1) Arrêtez de considérer votre fille comme étant le centre du monde, ça vous aidera à ne pas lui mettre autant la pression sur ses capacités de lecture, de calcul… quoi que vous en disiez. Visiblement ça vous angoisse, et elle doit aussi le ressentir !
    2) Mettez-la à l’école. C’est le boulot des enseignants d’apprendre à compter et lire aux enfants, si vous n’y arrivez pas c’est peut-être parce que vous n’avez pas été formée à le faire et n’avez pas l’expérience d’une multitude d’autres élèves, certains avec des blocages passagers comme ceux de votre fille. Au contact d’autres enfants de son âge, elle sera plus motivée pour se mettre au niveau si elle voit qu’elle a une longueur de retard sur les autres dans certains domaines. Si elle est aussi douée que vous le dites (mais quelle est la fiabilité d’une évaluation de QI pour un gamin de cinq ans ?) elle ne devrait pas avoir de problèmes pour rattraper son retard.Signaler un abus

    Répondre
  5. Chrichri  25 avril 2012 à 14 h 32 min

    Que de réconfort dans cet article… mille merci Mme Tordjman…
    Maman de trois jeunes filles à haut potentiel, dont une a été phobique scolaire avec tendances suicidaires et dépression durant deux ans… Ex-professeur des écoles depuis deux ans : j’ai volontairement quitté l’éducation nationale car je refusais de cautionner l’évolution malsaine et élitiste de ce système qui devient du grand n’importe quoi…
    Merci de parler de ces enfants différents mais oh combien fabuleux dans leurs potentiels…Signaler un abus

    Répondre

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .


Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.

Recherche dans les archives

Vous