Peut-on encore sauver l’orthographe à l’école ?

En pratique

Le niveau en orthographe des élèves est régulièrement pointé du doigt. Qu’en est-il vraiment ? L’école a-t-elle renoncé à en faire son cheval de bataille ? Faut-il s’en inquiéter et comment enseigner l’orthographe aujourd’hui ? Éléments de réponses avec deux spécialistes.

Photo©Thinkstock

Des copies bourrées de fautes et des enseignants qui s’arrachent les cheveux… La plupart des études indiquent une baisse du niveau général en orthographe des élèves au cours des dernières décennies. Pourtant, l’an dernier, le ministère de l’Education nationale se félicitait de l’amélioration des évaluations en CE1 et CM2. Qu’en est-il réellement ? Selon Danièle Manesse, professeure de sciences du langage à la Sorbonne-Nouvelle, la dégradation est incontestable. Elle cite deux études pour appuyer son propos : « En 1987, André Chervel (historien) et moi-même avons réalisé une étude sur un échantillon représentatif d’élèves du CM2 à la fin de la 3e. Puis j’ai mené une autre étude, cette fois-ci avec Danièle Cogis, avec les mêmes critères, en 2006. Résultat : 50% d’erreurs supplémentaires ». Surtout, à écouter Danièle Manesse qui date le début de cette décroissance en 1945, l’écart se creuse entre les bons et les mauvais : « En moyenne, les élèves de fin de 3e en ZEP en 2007 ont le niveau des CM2 en 1987. »

L’école a-t-elle relégué l’orthographe au second plan ? Les élèves sont-ils tout simplement moins bons ? Pour Danièle Cogis(1), maître de conférences en sciences du langage à l’IUFM de Paris, l’origine du déclin est multifactorielle. D’une part, explique-t-elle, « ce n’est plus la priorité de l’école. C’en est une parmi beaucoup d’autres, comme l’informatique, la sécurité routière, l’environnement, l’anglais… Tout a changé et on ne reviendra pas en arrière ». D’autre part, le temps d’étude de la langue français a été réduit de moitié, en CE2, entre 1923 et 2007. Et en 2012, un élève de 6e étudie le français 4h par semaine, contre 7h dans les années 1980.

« L’orthographe porte le sens de la langue »

Mais le tableau n’est pas si noir : « les enfants ont changé, ils sont très malins et ont une capacité de réflexion que nous n’avions pas à leur âge », insiste l’enseignante-chercheuse. Et contrairement à une idée reçue, le langage « SMS » n’a pas envahi les copies : « les élèves font la part des choses entre le langage oral et le langage écrit de l’école », assure Danièle Cogis, « avec les sites internet et l’essor du courrier électronique, on lit simplement plus souvent l’écriture de tout le monde et ses erreurs d’orthographe ». Danièle Manesse est du même avis : « cette écriture texto est réservée à certains usages et il ne faut pas oublier que nous avions déjà recours à des codes lors de nos prises de notes. Je n’arrive plus à déchiffrer les abréviations de mes cours de khâgne ! Il est même probable que les élèves d’aujourd’hui parlent mieux la langue, au détriment de son aspect mécanique. L’orthographe porte le sens de la langue ! La marginaliser condamne ceux qui n’ont que l’école pour l’acquérir. Je donne toujours cet exemple : ‘les petites brisent la glace’ ne veut pas dire la même chose si l’on écrit ‘les petites brises la glacent’. »

L’enseignement de l’orthographe à l’école soulève toutefois des questions. « Les enseignants français sont extrêmement peu formés à l’enseignement de la langue », indique Danièle Cogis. « Au Québec, les enseignants y sont nettement mieux formés. »

« Amener les élèves à verbaliser »

Faut-il, pour remonter le niveau, revenir à des dictées quotidiennes et aux poèmes appris par cœur comme le préconisait François Fillon, alors ministre de l’Education en 2004 ? Les deux enseignantes n’y croient pas. « La dictée dite traditionnelle n’est pas un exercice d’apprentissage mais d’évaluation. Tout dépend de la manière dont on la pratique et dont on l’exploite en classe », souligne Danièle Manesse, qui soutient l’importance de la maîtrise de l’orthographe dans le socle commun de connaissances. « Une phrase dictée par jour c’est plus intelligent », affirme de son côté Danièle Cogis. Selon elle, cela ne suffit plus de sanctionner et de répéter les règles, l’apprentissage doit davantage passer par le dialogue. « Il faut amener les élèves à verbaliser et à confronter leurs idées pour s’attaquer aux causes de leurs erreurs. Quand un élève met un ‘s’ à ‘équipe’ en disant qu’il y a plusieurs personnes dans une équipe, c’est la trace d’une conception qui doit évoluer mais une partie du savoir est acquise. »

Danièle Manesse conseille aux jeunes enseignants, spécialement à ceux qui enseignent en ZEP, de hiérarchiser et de fixer des objectifs : « Dire, par exemple, à un élève de se concentrer sur le pluriel. » L’important, selon Danièle Cogis, « c’est de donner aux élèves du temps pour comprendre et apprendre, de leur faire manipuler la langue et d’avoir une attitude bienveillante envers eux pour cet apprentissage d’une orthographe très difficile ». Sans perdre de vue que l’orthographe évolue naturellement, sous l’effet des fautes qui se généralisent.

Note(s) :
  • (1) Co-auteure, avec Catherine Brissaud, de Comment enseigner l’orthographe aujourd’hui ?, paru en novembre 2011 aux éditions Hatier.

9 commentaires sur "Peut-on encore sauver l’orthographe à l’école ?"

  1. le gotico  6 février 2012 à 14 h 37 min

    inventons des dictées interactives !

    Répondre
  2. mbourlier  7 février 2012 à 7 h 55 min

    Perdre l’orthographe, c’est perdre l’étymologie et c’est donc perdre le sens des mots !
    Quand va-t-on enfin revenir aux fondamentaux ?

    Répondre
  3. chris  10 février 2012 à 13 h 34 min

    excellent article avec lequel je suis entièrement d’accord… parler de l’orthographe avec les élèves, faire des cours de grammaire et d’orthographe plus que des dictées… amener à comprendre pourquoi cela s’écrit ainsi est le plus important…. j’espère que les réformes de l’orthographe ne vont va trop se multiplier…

    Répondre
  4. Eveline  10 février 2012 à 13 h 48 min

    Je ne suis pas d’accord avec Danièle ici : personne ne s’est jamais demandé comment on fait quand on est au pluriel ! Ce n’est pas ainsi que se posent les questions d’orthographe. Si au lieu de rattacher l’orthographe à la prononciation, ce qui est faux historiquement et linguistiquement, mais au sens, si on l’aborde comme une science d’observation — et non d’application de règles (du reste fausses !), elle devient ni difficile ni rebutante. Je le sais : c’est ainsi que j’ai travaillé avec mes élèves. Et je peux affirmer que ça marche !
    Eveline Charmeux : auteur d’ouvrages et d’articles nombreux sur la question

    Répondre
  5. Repierre  10 février 2012 à 14 h 38 min

    Ce n’est pas vrai que le français est mieux enseigné au Québec qu’en France. Ça fait 40 ans qu’au Québec, on n’enseigne plus l’orthographe et on a exclu l’enseignement du décodage des méthodes de lecture. Résultat, 80% des jeunes qui s’inscrivent dans les facultés d’éducation échouent au test d’orthographe. Attention à ce que vous pouvez lire venant du Québec. Plus souvent qu’autrement ce sont des représentants ou des porte-voix du Ministère de l’éducation qui impose ce modèle depuis 40 ans. Ce serait dommage que vous adoptiez le modèle québécois. Sachez que les jeunes Québécois se classent dans les derniers en ce qui concerne le niveau de littératie à l’échelle du Canada. En ce qui me concerne, je présente les méthodes de lecture françaises publiées depuis 2008, dans le cours de didactique de la lecture que je donne à l’Université de Montréal. Régine Pierre, professeure titulaire.

    Répondre
  6. Menou  13 février 2012 à 16 h 06 min

    Passer de 7 heures hebdomadaires à 4, n’est-ce pas la clé du problème ? en finir avec les cours expéditifs où tout est survolé, rétablir des temps d’enseignement à effectif réduit, c’est la clé de la maîtrise de la langue, au-delà de la maîtrise de l’orthographe.

    Répondre
  7. Fpils77  14 février 2012 à 11 h 22 min

     » j’espère que les réformes de l’orthographe ne vont va trop se multiplier… » a écrit Chris le 10/12… et je ne suis pas d’accord avec lui, la seule réforme proposée (celle de 1990, avec la « Nouvelle Orthographe ») ayant été abandonnée, bien qu’elle soit appliquée et par nos amis du Québec, et par d’autres francophones… les correcteurs orthographiques prenant en compte ses tolérances de double graphie…Alors messieurs les professeurs, mettez-vous à jour ! Un enseignant retraité qui enseigne la NO en Université Inter-Ages.

    Répondre
  8. lolocamping  15 février 2012 à 11 h 21 min

    il n’est pas question dans cet article de la réforme de l’orthographe ! pourquoi cette réforme si personne n’en tient compte et elle n’est ni dans la formation initiale ni dans la formation continue ?

    Répondre
  9. Repierre  2 mars 2012 à 16 h 18 min

    Ce n’est pas vrai que les élèves québécois sont mieux formés en orthographe que les élèves français. Bien au contraire. On a cessé d’enseigner l’orthographe pendant 40 ans, au Québec, et il est très difficile de réparer cette erreur historique. 80% des étudiants qui s’inscrivent dans les facultés des Sciences de l’éducation échouent les tests d’admission en orthographe. On commence seulement à prendre le problème au sérieux. Conséquence, même parmi la nouvelle génération d’enseignants en exercice nombreux sont ceux qui éprouvent de très sérieux problèmes. Les facultés des Sciences de l’éducation ont commencé à introduire des cours de récupération en orthographe mais cela se fait au détriment d’autres cours de didactique, surtout de didactique de la lecture. En matière d’enseignement du français, le Québec est loin d’être un modèle.

    Répondre

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .


deux − 1 =

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.