Suppression de l’histoire en terminale S : « la volonté de limiter la casse »

L’invité

Les enseignants d’histoire-géographie n’acceptent pas la suppression de leur matière, facultative depuis la rentrée dernière, en terminale S. Au lendemain de ses Etats généraux, samedi 28 janvier à Paris, l’association des professeurs d’histoire géographie (APHG) s’insurge dans un manifeste et rencontre les principaux candidats à l’élection présidentielle. Entretien avec Hubert Tison, secrétaire général de l’APHG.

Quelles sont les conséquences concrètes de la réforme du lycée sur l’enseignement de l’histoire-géo ?

La première chose c’est l’instauration d’un tronc commun, incluant l’histoire-géo, pour les élèves de S, ES et L en classe de première. Ils ont 4 heures par semaine d’histoire-géo mais ceux de la série S passent désormais l’épreuve du bac à la fin de l’année. En clair, cela revient à traiter un programme, qui va de 1850 à nos jours, en un an au lieu de deux.

La seconde conséquence, la plus nocive, c’est la suppression en terminale S de l’histoire-géo obligatoire. La moitié des élèves de terminale en série générale n’ont plus cet enseignement au programme, ce qui les prive d’une culture historique et géographique pourtant utile dans leur futur métier, notamment s’ils optent pour des filières commerciales, Sciences Po ou d’autres disciplines comme le droit.

Les défenseurs de la réforme estiment qu’il ne s’agit que d’un juste rééquilibrage entre les filières et Luc Chatel affirme que l’histoire n’est pas devenue « anecdotique »…

Dans l’esprit du ministère, on manque de scientifiques et ils ont déjà un programme très lourd en sciences. Mettre l’histoire en option en terminale S participe aussi à revaloriser la filière littéraire. Problème : seuls 7 à 8% des élèves passent le bac L. Et le ministère nous dit, triomphalement, qu’il y a eu un redressement d’1% en filière L cette année ! Nous ne sommes pas contre un rééquilibrage à condition que l’histoire figure aussi en S et qu’en L il y ait un peu plus de sciences. Aucun gouvernement n’avait jusque-là touché à l’histoire géo en terminale ! Son apprentissage participe à doter les citoyens d’un esprit critique et donne des clés pour pouvoir analyser les événements.

Pourquoi critiquez-vous les nouveaux programmes scolaires ?

Le choix a été fait en histoire de faire des blocs thématiques plutôt que chronologiques, autour de cinq thèmes généraux. Cela rend les profs mal à l’aise, tout comme les élèves, et provoque de l’inquiétude voire de la colère. Nous sommes très attachés à la cohérence chronologique. Or, aujourd’hui, on nous demande d’enseigner les guerres puis, seulement après, les totalitarismes en mixant le fascisme, le nazisme et le stalinisme. De la même façon, on doit aborder la Première Guerre mondiale, sans parler du Traité de Versailles ! Dans un thème, on arrive à traiter la France de 1958 à 1962 mais si les élèves de série S ne prennent pas l’option histoire en terminale, alors ils n’étudient pas la Ve république de 1962 à nos jours. Il n’y a pas de cohérence et cela rend le programme douloureux à enseigner, même pour les collègues qui ont 20 ans d’expérience. Il n’est pas anodin non plus d’enseigner sur un an ce qu’on enseignait avant sur deux années. Résultat : tous les profs sont en retard. Nous réclamons des programmes réalisables. Mieux vaut des programmes un peu plus ternes, mais accessibles aux élèves d’aujourd’hui.

Craignez-vous des difficultés à l’épreuve du bac ?

Nous avons rencontré l’inspection générale de l’Education nationale pour lui faire part de nos craintes. Des mesures ont été prises pour rassurer les élèves. Par exemple, l’exercice de composition ne nécessitera pas un plan très structuré dans la mesure où les élèves ont moins de temps pour se préparer. Des consignes ont aussi été données pour valoriser les copies. Il y a une volonté évidente de limiter la casse.

Etes-vous favorable à la suppression de l’épreuve de culture générale à Sciences Po Paris ? Vous associez-vous à la motion déposée par l’association des professeurs de lettres ?

Je suis scandalisé ! C’est une erreur de vouloir supprimer cette épreuve. Je suis pour l’égalité de l’accès à l’école et aux concours mais cette mesure est démagogique car cela veut dire qu’il y a ceux qui ont accès à la culture et les autres. La direction de Sciences Po Paris a conservé l’histoire dans son concours, je ne peux qu’en être satisfait mais il faut penser plus largement et ne pas amputer l’ouverture à la culture.

L’APHG a annoncé avoir des rendez-vous avec les six principaux candidats à la présidentielle ? Qu’en est-il ? Que vous ont-ils dit ?

Nous souhaitons rencontrer les principaux candidats, sauf Marine Le Pen car nous refusons son discours raciste. Pour l’instant, nous avons échangé avec deux. Un représentant du Front de Gauche de Jean-Luc Mélenchon est venu lors des Etats Généraux et il s’est prononcé pour le rétablissement de l’histoire-géo en terminale S. François Bayrou a également participé au débat à la Sorbonne. Il est du même avis, estimant que c’est « une barbarie » de l’avoir supprimée. Il a aussi pris position contre le projet d’évaluation des enseignants. Nous avons aussi écrit aux sénateurs et députés. Ce qui est étonnant c’est que plusieurs d’entre eux, membres de la majorité actuelle, regrettent que notre discipline soit devenue optionnelle en terminale S. Comme les parents d’élèves, qui avait voté pour la suppression (avec les syndicats SGEN, UNSA et les organisations lycéennes), ils se réveillent maintenant, alors que le contenu des programmes est affecté.

Charles Centofanti

3 commentaires sur "Suppression de l’histoire en terminale S : « la volonté de limiter la casse »"

  1. chaconne  3 février 2012 à 15 h 44 min

    on a laissé tomber les langues anciennes, on supprime l’histoire, le français, il y a longtemps que l’on a abandonné, la musique on commence, sans doute que les arts plastiques suivront. Autrefois on appelait tout cela « faire ses humanités » Que reste-t-il d’humaniste dans un tel enseignement ?

    Répondre
  2. lucien  4 février 2012 à 16 h 51 min

    Culture : une nécessité

    Répondre
  3. mbourlier  5 février 2012 à 8 h 45 min

    Le seul objectif recherché est de supprimer des postes d’enseignant ! Il ne faut rien y voir d’autre ! Les programmes vont devenir minima, voire même insuffisant, ne « favorisant » que les bons élèves. Les autres resteront sur le carreau !

    Répondre

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .


6 + = onze

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.