Vincent Peillon : « une grande réforme pour refonder l’école »

L’invité

Vincent Peillon, député européen (PS), est chargé de l’éducation dans l’équipe de campagne de François Hollande, candidat socialiste à la présidentielle. Il entame, ce lundi 5 décembre, une série de rencontres avec le monde enseignant. Entretien.

Vincent Peillon, chargé de l'éducation auprès de François Hollande (©José Lavezzi)

Vincent Peillon (photo ©José Lavezzi)

Si le PS revient au pouvoir en 2012, quelles seront les mesures d’urgence pour l’école ?

Il faut d’abord partir d’un diagnostic. Le système scolaire est confronté à des problèmes structurels : des temps scolaires inadaptés, qui ne favorisent pas les apprentissages, un échec scolaire qui croît, de nombreux élèves qui sortent du système sans qualification, des performances déclinantes, des inégalités de réussite croissante. Or les choix qui ont été faits ces dernières années, au lieu de résoudre ces problèmes, les ont accrus : on a divisé par trois l’accueil des jeunes enfants à la maternelle, on n’a pas fait les efforts nécessaires sur le taux d’encadrement au CP et en primaire, on a supprimé la formation des enseignants, on a fragilisé les zones où se cumulent les plus grandes difficultés… La conséquence logique de cette œuvre de destruction, justifiée par une approche comptable mais surtout idéologique, c’est une dégradation de la qualité pédagogique.

Face à cette situation, nous avons un double objectif : casser le noyau dur de l’échec scolaire et mettre en place une réforme incluant la formation des enseignants, une remise à plat du temps scolaire et des progrès concertés sur les méthodes et le métier. Les élections ont lieu en mai, tout ne se fera pas immédiatement. François Hollande l’a dit : les dés pipés de la rentrée 2012 auront déjà été jetés par la droite. Il y aura quelques mesures d’urgence pour pallier le plus difficile et rétablir une confiance nécessaire. En revanche, nous préparerons dès l’été, en concertation avec tous les acteurs de l’éducation, une loi de programmation qui devra être votée à l’automne.

François Hollande a annoncé, dimanche 27 novembre au Salon de l’éducation, vouloir passer « un nouveau contrat avec l’école » en échange de « contreparties ». C’est-à-dire ?

François Hollande estime que la nation tout entière doit être impliquée dans le projet de refondation de l’école, car l’école c’est la société de demain. La droite veut faire croire que l’école est un coût, alors qu’elle est un investissement. Elle veut aussi faire croire qu’elle est un système clos sur lui-même, une corporation, alors qu’elle est la France de demain. Cette idée est fondamentale et doit guider notre approche. Quant aux contreparties, cela veut dire que si nous considérons que la France n’a pas suffisamment investi dans son avenir, les moyens que nous allons mettre, surtout dans la période très difficile que nous connaissons et l’état calamiteux des finances publiques que nous laisse la droite, doivent être utiles et donc s’accompagner d’une réforme du système. La réflexion est ouverte. Pour le dire autrement : les moyens n’ont de sens qu’au service de finalités débattues, clarifiées, assumées. Une grande réforme est nécessaire pour refonder l’école et permettre à la nation de retrouver le chemin du progrès.

La proportion d’élèves en difficulté face à l’écrit est en augmentation(1) : près d’un élève sur cinq est concerné en début de 6e. Que proposez-vous pour lutter contre l’échec scolaire ?

Les chiffres sont très durs mais c’est une réalité qu’il faut regarder en face : en 6e, 15% du public est en grande difficulté, 40% en difficulté. Ils signent l’échec d’un grand nombre d’élèves, ce qui est insupportable, mais aussi l’échec d’une politique qui n’a cessé de justifier ses réformes de régression au nom de la lutte contre l’échec scolaire. Le Ministre veut évaluer tout le monde tout le temps : il n’a que ce mot à la bouche. Mais les évaluations de sa politique sont toutes très sévères : régressions sur tous les plans. Pour inverser la tendance, nous avons trois leviers pour agir : donner la priorité à la maternelle et à l’enseignement dès l’école primaire, avec une insistance sur le CP, et mener des actions spécifiques à destination des élèves situés dans les zones en difficultés. Cela prendra du temps et des moyens mais c’est fondamental, tout comme un retour, et c’est le troisième levier, à la formation initiale et continue des enseignants pour leur donner les moyens pédagogiques d’agir le plus efficacement possible.

Comment comptez-vous revaloriser le métier d’enseignant et enrayer la crise des vocations actuelles ?

Tout a été fait pour dévaloriser ce métier. Il y a eu des attaques sans précédent des plus hautes autorités de l’Etat : moquerie sur l’enseignement de La Princesse de Clèves, affirmation que l’instituteur est inférieur au curé ou au pasteur pour enseigner le sens de la vie… A travers la moquerie du savoir ou les attaques contre la laïcité, c’est l’école de la République qui est atteinte. Pour nous, l’éducation nationale est une grande ambition. Vouloir le bien de l’école, c’est vouloir le bien de la France. Les enseignants préparent la France de demain. Ce rôle doit leur être reconnu. Il justifie d’être valorisé, soutenu, respecté.

Dès lundi (5 décembre), à la demande de François Hollande et en lien étroit avec lui, nous commençons une concertation avec tous les acteurs de l’école. Il faut ouvrir la discussion sur tous les aspects du métier : formation initiale et continue, recrutement et prérecrutement, méthodes et conditions de travail, missions du métier, déroulement de carrière… Il n’y aura pas de réforme contre les enseignants mais chacun sait, les enseignants les premiers, qu’on ne peut pas en rester là. Il n’y a pas de sujet tabou dès lors que nous sommes conduits par une unique ambition : la réussite de tous les élèves, et donc de notre pays. François Hollande m’a demandé d’aller au bout de la concertation. L’enjeu est trop important pour en rester à des postures et ne pas trouver en nous les ressources pour inventer du neuf. C’est la feuille de route qu’il m’a donnée et, avec l’équipe qui m’entoure, nous allons l’appliquer.

Que préconisez-vous en termes de rythmes scolaires ?

Nous avons un problème spécifique en France : si l’on compare aux autres pays de l’OCDE, les élèves travaillent moins de jours par an, notablement, mais ils ont plus d’heures dans l’année. La conséquence est immédiate : en amplitude horaire, les journées sont surchargées. Tous les spécialistes estiment que c’est nuisible aux apprentissages des élèves et à la bonne santé des enfants. Je suis donc en faveur d’un allègement de la journée de classe – ce qui ne doit pas vouloir dire moins de temps passé chaque jour à l’école – compensé par un allongement de la semaine là où elle a été amputée et, pourquoi pas, de l’année scolaire. Nous proposons de faire cette réforme qui n’a jamais été faite, sans doute à cause de préjugés tenaces et d’intérêts puissants. Mais aussi parce que jusqu’ici les réformes ont trop souvent servi à habiller les régressions. Dans tous les cas, nous prendrons nos responsabilités. L’école de la République est fortement attaquée; nous devons la refonder. Mais nous n’avancerons pas masqués, c’est pourquoi je parle d’une grande réforme.

François Hollande s’est engagé à recréer 60 000 postes en cinq ans. Est-ce bien raisonnable en période d’austérité budgétaire ?

Il s’agit de 60 000 postes en tout, incluant des postes d’enseignants mais aussi d’encadrement, de santé scolaire, de prévention de la violence, d’accueil et d’accompagnement des publics en difficulté… C’est un très curieux débat qui traduit un désamour de la France pour l’école. On ne pourrait pas faire pour l’école ce que l’on s’apprête à faire pour les prisons, ou ce que l’on a fait beaucoup plus fortement pour la restauration. C’est un choix de valeurs et de société. Est-il le bon, y compris pour la compétitivité de notre pays ? Je ne le crois pas.

Nous devrions prendre le problème à l’inverse. Si l’on veut rétablir la formation, oui ça coûtera des postes. Peut-on ne pas le faire ? Et l’accueil des petits à la maternelle ? Et les remplacements ? Et l’accompagnement des handicapés ? Il faut savoir ce qu’on veut ! Il s’agit d’un investissement qui coûtera 2,5 milliards d’euros en 2012, 1,9 milliards selon l’Institut de l’entreprise, alors que la suppression de la TVA dans la restauration coûte chaque année 3 milliards d’euros et que 75 milliards ont été dépensés en cadeaux fiscaux ces cinq dernières années. Au-delà des chiffres, il s’agira surtout de bien utiliser ces postes. On ne peut pas ne pas le faire si l’on veut améliorer nos performances globales. Il faut bien comprendre aussi qu’il s’agit en réalité d’économies, car l’échec scolaire coûte très cher à la société, et d’un investissement, indispensable pour préparer l’avenir de notre pays, car les niveaux de croissance sont étroitement liés aux niveaux d’instruction, d’éducation et de qualification.

L’annonce de Luc Chatel, ministre de l’Education nationale, d’une revalorisation du salaire des enseignants débutants à partir de février 2012, ne va-t-elle pas dans le bon sens ?

C’est tardif et un peu électoraliste, très parcellaire puisque cela ne concerne qu’une petite minorité des enseignants, et c’est assez faible, au moins au-delà du troisième échelon. Nous sommes très éloignés en tout cas de ce qui est nécessaire pour régler la crise des recrutements. Je vous rappelle que l’année de stage était rémunérée. Mais c’est toujours un pas de fait et cela ne mérite pas de polémiques inutiles.

En tant qu’ancien enseignant, agrégé en philosophie, pensez-vous qu’il faille anticiper son enseignement ?

Je respecte profondément les disciplines. Et donc je n’en privilégie aucune. Car je crois que nous aurons à réfléchir sur les horaires du lycée. Ce débat doit être ouvert avec tous dans une logique d’intérêt général. Il n’est jamais l’accumulation d’intérêts particuliers.

Vous êtes aussi en charge de l’université. Or plusieurs sont en déficit et ne parviennent pas à boucler leur budget pour 2012. Faut-il abroger la loi LRU ?

Il faut la réformer et nous le ferons. Il y a un paradoxe : le passage aux responsabilités et compétences élargies a conduit à une mise sous tutelle de plusieurs universités ! Il y a de vrais problèmes de gouvernance, mais aussi de moyens, puisque l’Etat ne respecte pas ses engagements. Les universités sont en déficit, les moyens ne sont pas au rendez-vous, il va y avoir des suppressions d’offres pédagogiques et sans doute de postes. L’autonomie est un bon principe mais aujourd’hui, la réalité c’est qu’il conduit à moins d’autonomie. Il faut remettre l’ouvrage sur le métier.

Mais notre souci majeur, c’est celui des premiers cycles universitaires. Il y a une concentration insupportable de l’échec. Des cohortes d’étudiants sont dirigées vers des impasses. La question de l’orientation est centrale. Il est essentiel de réunir, plutôt que d’opposer, les universités, les classes prépas et les IUT. Nécessaire aussi de mieux harmoniser les transitions entre secondaire et supérieur. Nous n’avons pas d’a priori mais nous avons des objectifs et une volonté, et nous sommes prêts à explorer tous les possibles pour avancer, parce que c’est l’intérêt du pays. A la demande de François Hollande, nous allons aussi commencer les concertations avec les différents acteurs de l’enseignement supérieur et de la recherche.


Propos recueillis par Charles Centofanti

Note(s) :
  • (1) Selon le portrait social 2011 de la France, publié le 16 novembre dernier par l’INSEE : http://www.insee.fr/fr/themes/document.asp?reg_id=0&ref_id=FPORSOC11l_D1_Eleves .

8 commentaires sur "Vincent Peillon : « une grande réforme pour refonder l’école »"

  1. jazal  2 décembre 2011 à 19 h 32 min

    j’ai bien relevé que la réforme ne se fera pas contre les enseignants. Je pense que les enseignants sont très différents et qu’ils peuvent individuellement être contre toute modification de leur statut actuel et en conséquence s’opposer à la future réforme. Cela a déjà été le cas il est, hélas, possible que ça se reproduise.

    Répondre
  2. republicain  7 décembre 2011 à 23 h 20 min

    Les analyses des derniers scrutins le démontrent, les enseignants ne sont plus un marché électoral captif au service du Parti socialiste. Lors des dernières présidentielles, de nombreux professeurs votèrent pour François Bayrou et même pour Nicolas Sarkozy.
    La montée en puissance de F Bayrou s’explique en grande partie par le soutien que lui apportèrent de nombreux enseignants après l’annonce faite par Ségolène Royal de 35 heures de présence pour les enseignants dans le secondaire.
    Les deux candidats avaient su répondre aux attentes d’une profession désorientée. Depuis, le départ de Xavier Darcos et l’arrivée de Luc Chatel ont désespéré ceux qui avaient voté Sarkozy .
    François Hollande a profité de l’« anti-sarkosysme » des professeurs lors des primaires. Tous les espoirs du monde éducatif reposaient sur lui.
    Aujourd’hui le pacte éducatif du PS se dessine et avec lui un arrière-goût de Claude ALLEGRE. Entre Hollande et les profs c’est le temps de la gueule de bois.
    En donnant à Vincent Peillon la responsabilité de définir son « pacte éducatif », F Hollande prend le risque de se « ségoléniser »…

    Répondre
  3. lnkg  13 décembre 2011 à 15 h 47 min

    J’attire votre attention sur le fait que l’une des réformes prioritaire dans l’éducation nationale serait certainement de permettre aux personnels d’éducation (assistants d’éducation et assistants pédagogiques) qui assurent à la fois la sécurité, l’encadrement et la réussite de tous les élèves, d’avoir, comme le stipule la loi , un droit à une validation d’acquis et d’expérience à la fin de leur contrat. Actuellement, aux termes des nos 6 ans de fonction, nous n’avons plus qu’à pointer au chômage et à postuler dans des domaines autres que ceux correspondant à nos expériences professionnelles. Alors que nous avons des fonctions et des missions de plus en plus variées et étendues , nous ne sommes pas considérés comme un métier et n’existons pas.
    J’encourage donc Mr Peillon dans sa démarche et l’invite à prendre en considération les personnels qui permettent le bon fonctionnement des établissements scolaires de France

    Répondre
  4. Laure  22 décembre 2011 à 19 h 55 min

    Quelle est votre position concernant les perspectives de carrière des pegc ? Perspectives qui auraient dû être les mêmes que pour les certifiés,ce qui est très loin de la réalité.
    Merci

    Répondre
  5. MOI  30 décembre 2011 à 19 h 05 min

    Je ne vois rien dans ce énième projet d’intéressant. Le PS ne fait que réagir à l’UMP … A quand une réelle ambition ? A quand des profs qui ne seraient plus écrasés par la bêtise ministérielle ? A quand des professeurs, personnels éducatifs et autres qui ne seraient plus pauvres ?! Voilà ce qui est attendu ! Le reste se ferait si facilement …

    Répondre
  6. laïk  23 janvier 2012 à 21 h 48 min

    N’oubliez pas qu’il n’y a pas que le rythme de l’élève a prendre en considération, n’oubliez pas les enseignants, les uns ne vont pas sans les autres et vous avez tendance à ne parler que du rythme de l’élève et absolument pas du rythme des enseignants.
    Les profs ont besoin de faire un vrai break avec le rythme de l’école. Les huit semaines d’été sont plus que nécessaire psychologiquement pour se recharger et ne sont pas de trop, surtout lorsque l’on travaille en moyenne 50 heures par semaine en primaire. Ne nous prenez pas le peu qu’il nous reste ! car en plus nos salaires sont plus que démotivants à l’heure actuelle, nous sommes parmi les plus mal payés d’Europe ! Merci.

    Répondre
  7. mestrodine  10 février 2012 à 18 h 50 min

    Monsieur Peillon,

    Comme vous le savez, si les professeurs sont dévoués, comme vous l’affirmez, ils ont aussi besoin de vivre correctement.
    La faiblesse des salaires est un sujet récurent en salle des profs.
    Le PS ne devrait pas faire mine de ne pas s’occuper de ce problème de rémunération. L’attractivité du métier passe aussi par là.

    Répondre
  8. L.  4 mai 2012 à 10 h 57 min

    Mes deux garçons ont été diagnostiqués précoces cette année : un en élémentaire CE1 et un au collège 6ème.
    Le proviseur nous explique qu’il y aurait 1 à 2 élèves précoces en moyenne par classes. (8 classes de 6ème)
    Les enseignants sont démunis face à leurs capacités et complexités.
    Pourquoi ne pas faire une classe au collège avec une majorité de ces enfants qui entre eux se comprennent et s’acceptent pour vivre mieux l’école.
    Pourquoi cela n’intéresse personne ? Pourquoi les familles sont laissées seules ? et leurs enfants en échec ? Pourquoi il faut absolument les mettre dans des écoles spécialisées soient loin car rares soient coûteuses ?
    Alors que ces enfants de la République sont nombreux, sensibles et ils pourraient en les regroupant avec des enfants scolairement fort , libérer des classes où les professeurs auraient plus de temps pour les enfants moyens ou avec des difficultés.
    Merci à vous de me lire et bonne journée.

    Répondre

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .


six × = 48

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.