L'éducation lente : et si on prenait le temps d'apprendre ?

15.09.2011 1
Au milieu de l'agitation et du fra­cas média­tique de cette ren­trée de sep­tembre, voilà un livre apai­sant et posi­tif. "Eloge de l'éducation lente" (co-édition Chronique Sociale-S!lence 2011) de Joan Domènech Francesch, un ins­ti­tu­teur cata­lan, pro­pose une façon dif­fé­rente d'enseigner. Déjà expé­ri­men­tée avec suc­cès par quelques écoles de Catalogne.

Dans notre civi­li­sa­tion, la "rapi­dité est syno­nyme d'excellence" explique Joan Domènech Francesch (Grandir autre­ment mai-juin 2011). Au contraire, la len­teur est per­çue comme un élément extrê­me­ment néga­tif, voire exaspérant.

Cependant, des voix s'élèvent pour dénon­cer le rythme fré­né­tique que nous impose la société de consom­ma­tion, rythme qui touche aussi les enfants, dont les acti­vi­tés se mul­ti­plient de façon insensée.

Jean-Louis Servan-Schreiber nous expli­quait ainsi, à l'occasion de la sor­tie de son livre "Trop vite", que le culte de la vitesse et du court-termisme avait envahi toute notre exis­tence. Mais que cette vitesse n'était pas la tem­po­ra­lité de l'acquisition du savoir et que la "prio­rité pour les ensei­gnants, c'était donc d'apprendre aux élèves la capa­cité d'attendre et de mûrir une ques­tion, quelle que soit la discipline".

Hartmut Rosa dénon­çait aussi dans son livre "Accélération" (éditions de la Découverte 2010) cette inva­sion de la vitesse dans les socié­tés modernes.

Rompre avec les pra­tiques actuelles

Dans "Eloge de l'éducation lente" , Joan Domènech Francesch pro­pose un appren­tis­sage fondé sur le rythme de cha­cun, des pro­grammes moins lourds, des temps de dis­cus­sion plus longs...

Il pro­pose dans son ouvrage 50 pistes concrètes, direc­te­ment appli­cables pour mettre en œuvre ces principes.

A noter, son ouvrage a été salué par Jean-Louis Servan-Schreiber, Edgar Morin, Philippe Meirieu...

Se hâter pour apprendre, savoir, mémo­ri­ser avec angoisse des mil­liers de connais­sances n'a plus lieu d'être. Ou alors, pour reprendre le très bel oxy­more de Boileau,  "il faut se hâter lentement"...


Sandra Ktourza

 
Vous souhaitez réagir sur cet article : Open-close

Modération par la rédaction de VousNousIls.

Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.

Vos réactions :

Open-close
Gib
le 17 septembre 2011

Entre le zap­ping qui est effec­ti­ve­ment à dénon­cer, et la len­teur reven­di­quée ici, il doit sans doute y avoir un moyen terme, une allure opti­male. Les com­pé­tences se déve­loppent aussi dans une tem­po­ra­lité qui pousse cha­cun à sor­tir de sa zone de confort, à mobi­li­ser des res­sources pares­seuses... Ce "bon rythme" adapté à la réa­lité des classes actuelles est assu­ré­ment encore à rechercher.

Signaler

1 réaction