08.07.2011
8 réactions

Rythmes scolaires : un nouveau calendrier pour la rentrée 2013 ?

Au terme d'une année de débat, le comité de pilo­tage sur les rythmes sco­laires a remis son rap­port, ce lundi 4 juillet, au ministre de l'Education natio­nale, Luc Chatel. Des vacances d'été rac­cour­cies et des jour­nées de tra­vail allé­gées sont au centre des préconisations.

L'objectif fixé par le ministre était d'améliorer les condi­tions de vie et d'apprentissage des élèves dans le pre­mier et second degrés. La Conférence natio­nale sur les rythmes sco­laires, ins­tal­lée en juin 2010, rap­por­tait dans un pré-rapport remis en juin der­nier à Luc Chatel « une jour­née trop longue et fati­gante », « une semaine de quatre jours inadap­tée », et « une année sco­laire dés­équi­li­brée ». Selon l'OCDE, les élèves de l'école pri­maire en France ont un volume horaire quo­ti­dien parmi les plus élevés et le nombre de jours d'école le plus faible d'Europe, avec cent quarante-quatre jours de classe, contre par exemple cent quatre-vingt-dix au Royaume-Uni. Quant aux élèves du lycée et du col­lège, ils ne sont pas mieux lotis puisque leur volume horaire annuel d'enseignement se situe bien au-dessus de la moyenne des pays euro­péens. Une orga­ni­sa­tion de l'enseignement qui selon le rap­port « génère fatigue et stress et a des consé­quences sur les résul­tats des élèves et sur le cli­mat des établis­se­ments sco­laires ».

Un nou­vel emploi du temps

Dix pro­po­si­tions ont été rete­nues par le comité de pilo­tage. Parmi les pistes pro­po­sées pour remé­dier à ce dés­équi­libre : une année sco­laire réor­ga­ni­sée et des jour­nées allé­gées. Le comité prône ainsi une année répar­tie en trente-huit semaines d'école, huit semaines de petites vacances sur quatre périodes de deux semaines et six semaines de vacances l'été. Les périodes d'enseignement ne devront pas dépas­ser les sept à huit semaines, ce qui n'est pas tou­jours le cas aujourd'hui. Les vacances de la Toussaint seraient, quant à elles, ral­lon­gées, pas­sant de dix à quinze jours, pour rac­cour­cir un pre­mier tri­mestre jugé trop long et fas­ti­dieux. Autre cible du comité de pilo­tage : la semaine de quatre jours. La semaine s'étalerait de nou­veau sur neuf demi-journées en pri­maire, la dési­gna­tion de la demi-journée sup­plé­men­taire (le mer­credi ou le samedi) étant lais­sée au choix des dépar­te­ments. L'objectif ? Proposer des jour­nées moins lourdes aux écoliers. Les jour­nées de classes devraient ainsi être allé­gées en fonc­tion de l'âge de l'élève : cinq heures par jour à l'école élémen­taire et pour les deux pre­mières années de col­lège, et six heures par jour pour les classes de 4e et de 3e. A ces heures d'enseignement quo­ti­dien s'ajouterait une heure et demi de pause déjeu­ner et une à deux heures d'accompagnement éduca­tif par jour pour que les élèves puissent faire leurs devoirs dans l'établissement avant de ren­trer chez eux. Cette der­nière mesure per­met­trait ainsi de « réduire autant que pos­sible, le recours à des aides exté­rieures – donc source d'inégalité – et dont la qua­lité péda­go­gique ne fait l'objet d'aucune évalua­tion », pré­cise le rapport.

Pas de mesures immé­diates mal­gré des « pro­po­si­tions faciles à mettre en place dès la ren­trée » selon les syndicats

Le ministre de l'Education natio­nale a annoncé, quant à lui, l'ouverture d'une nou­velle phase de consul­ta­tion avec les par­te­naires de l'école. Les orga­ni­sa­tions syn­di­cales, asso­cia­tions de parents et repré­sen­tants des col­lec­ti­vi­tés devraient donc être enten­dus avant la mise en place de nou­velles mesures. Ces déci­sions, qui pour­raient être prises dès la ren­trée 2013, pour­raient concer­ner la pause déjeu­ner et le rac­cour­cis­se­ment des vacances d'été.
Une annonce qui ne convainc pas Jean-Jacques Hazan, pré­sident de la FCPE (1) : « Le bilan du rap­port est posi­tif et conforme à que nous sou­hai­tions. Ce qui est néga­tif, c'est l'annonce que rien ne sera fait dans l'immédiat. Je suis très déçu que le ministre n'applique pas cer­taines pro­po­si­tions faciles à mettre en place. Une pause d'une heure et demi le midi pour tous les élèves relève uni­que­ment de la res­pon­sa­bi­lité de l'Education natio­nale. Il en va de même pour le pro­lon­ge­ment des vacances de la Toussaint. Aucune orga­ni­sa­tion syn­di­cale n'a émis de réserve sur ces points.  Qu'il y ait une négo­cia­tion qui s'engage est très bien, mais que cette négo­cia­tion porte sur des évidences, c'est beau­coup de temps perdu. Ces mesures pour­raient être appli­quées dès la ren­trée pro­chaine ». Même décep­tion du côté du secré­taire géné­ral du SNUipp-FSU (2), Sébastien Sihr : « Les dix pro­po­si­tions du rap­port sont robustes car elles traitent la pro­blé­ma­tique de l'organisation des rythmes sco­laires dans leur ensemble, et c'est bien là l'enjeu. Que le ministre dise vou­loir ouvrir une concer­ta­tion uni­que­ment sur deux points du rap­port n'est pas la meilleure manière d'attraper ce débat. Celui-ci néces­site une approche sys­té­mique car c'est le puzzle dans son entier qu'il faut repen­ser si l'on veut véri­ta­ble­ment avoir un pro­jet éduca­tif glo­bal et cohé­rent pour les enfants ».  Quant à la semaine de quatre jours ? « Il faut rapi­de­ment reve­nir sur le rythme sco­laire le plus mau­vais d'Europe et qui est néfaste pour nos enfants », insiste le pré­sident de la FCPE.


Stéphanie Marpinard

<!–[if gte mso 9]> Normal 0 21 false false false FR X-NONE X-NONE MicrosoftInternetExplorer4 <![endif]–><!–[if gte mso 9]> <![endif]–> <!–[endif]–> 

-

Note(s) :
  • (1) La Fédération des conseils de parents d’élèves (FCPE) est la première fédération de parents.
  • (2) Le Syndicat national unitaire des instituteurs et des professeurs des écoles est le principal syndicat du primaire.
Vous souhaitez réagir sur cet article : Open-close

Modération par la rédaction de VousNousIls.

Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.

Vos réactions :

Open-close
calao
le 8 juillet 2011

Le rythme sco­laire avec pour grandes vacances six semaines n'est fait que pour plaire aux parents ! mes enfants l'ont déjà expé­ri­menté avec 10 semaines de cours du lundi au ven­dredi de 9h à15h et 6 semaines de grandes vacances et ils APPRECIENT les 8 semaines de grandes vacances qui pour eux leur apportent un VRAI repos avant une bonne reprise des cours.

Signaler

Profencolère
le 10 juillet 2011

Les élèves devront res­ter obli­ga­toi­re­ment 7 h à l'école par jour, contre 6 h actuel­le­ment, sans comp­ter les 3 h qui se rajou­te­ront le mer­credi ou samedi matin. Donc plus d'heures par jour et par semaine = des enfants très fati­gués en fin de semaine (mini­mum 31 h). De plus, sur l'année, ils devront venir à l'école 1 semaine et demi de plus qu'actuellement (+ 2 semaines en été et — 2 jours à Toussaint). Pense-t-on vrai­ment aux enfants là ? C'est plus le tra­vail et l'économie qui va y gagner avec des parents qui pour­ront tra­vailler plus car ils auront moins leurs enfants dans les pattes et des périodes de vacances très avan­ta­geuses pour le tou­risme avec les 3 zones en été.

Signaler

lesaf
le 12 juillet 2011

Voilà une ébauche de bonne réforme. Nos élèves seront, à l'évidence, moins fati­gués. Ils pour­ront apprendre mieux et nous serons, en tant que profs, gagnants, avec des élèves plus calmes et plus effi­caces.
Bien sûr, on tra­vaillera plus de jours. Cette pers­pec­tive risque de pro­vo­quer un concert de pro­tes­ta­tions ensei­gnantes sur fond d'arguments de mau­vaise foi pour ne pas perdre quelques jours de congé. Rendons-nous à l'évidence, il fau­dra tra­vailler un peu plus, on a tout à gagner : nous ne pas­se­rons plus le début de nos grandes vacances hagards et épui­sés à nous remettre d'une année sco­laire haras­sante... Mais, si cette réforme passe, il fau­dra que notre salaire soit revu à la hausse. Considérant que notre rému­né­ra­tion a été cal­cu­lée sur 10 mois, il fau­dra rajou­ter les semaines tra­vaillées en plus.

Signaler

Leïla 737
le 23 juillet 2011

Je suis favo­rable aux 9 demies-journées de classe. Le sau­cis­so­nage tue les appren­tis­sages, il faut comme un fil continu, un suivi dans la pré­sence à l'école, afin que l'école fasse par­tie des pré­oc­cu­pa­tions des enfants. Et non ces cou­pures per­ma­nentes qui favo­risent l'oubli, et l'investissement dans tout ce qui est "hors sco­laire". Et tou­jours pareil, les classes défa­vo­ri­sées, les enfants bous­cu­lés, mal­me­nés par la vie sont les plus défa­vo­ri­sés dans le sys­tème actuel. L'école doit être res­sen­tie comme un lieu serein, sécu­ri­sant, pro­pice aux appren­tis­sages. Un lieu où le savoir est source de libé­ra­tion et de liberté.
Quelle que soit la réa­lité de cha­cun, aussi pénible soit-elle, l'école devrait être un lieu pro­té­gée, serein où la pen­sée peut se déve­lop­per libre­ment. Aussi misé­reux que je sois je suis libre de pen­ser et d'étudier.

Signaler

mimi
le 15 août 2011

je trouve tou­jours aussi lamen­table de n'avoir pour les parents que l'avis de la FCPE d'autant que sur ce dos­sier c'est eux qui n'ont de cesse depuis plus de 10 ans de refu­ser la semaine de 4 jours, oubliant que pour la majo­rité des enfants la jour­née du mer­credi est déjà bien char­gée et que dans tous les grands pays tous les enfants ont 2 jours de repos consé­cu­tifs! La fatigue des enfants ce sont d'abord les sur­ef­fec­tifs, les lieux com­muns inadap­tés, les pro­grammes sur­char­gés et des ensei­gnants plus que mal menés qui n'en peuvent plus! La FCPE est peut être la plus pré­sente dans les écoles mais très loin d'être le reflet de l'avis majo­ri­taire des parents qui sont très (trop) sou­vent consti­tués en asso­cia­tions isolées.

Signaler

Arsène
le 31 août 2011

Je croyais que 7 c'était plus grand que 6, il faut m'expliquer de quelle manière les enfants vont pou­voir se "détendre" avec des acti­vi­tés obli­ga­toires sup­plé­men­taires et les devoirs à faire en ren­trant en prime!? Je suis entiè­re­ment de l'avis de Profencolère!
Et je m'interroge aussi sur QUI donc va prendre ces enfants durant les 2 heures? C'est très vague: les ensei­gnants qui veulent tra­vailler plus? Des éduca­teurs de centre de loisir(sont-ils un choix adapté?)? Un autre détail pour vous, mais pour moi ça veut dire beau­coup: cer­tains han­di­caps (comme le dia­bète avec ses contraintes horaires vitales) vont-ils béné­fi­cier de déro­ga­tions?
Il y a des idées inté­res­santes: 9 demi jour­nées et un rythme de vacances mieux réparti, soit, mais ces 2h de plus le soir pour­quoi les rendre obli­ga­toires??? Je pré­fè­re­rais pas­ser du temps avec mon enfant! Je com­prends ceux qui tra­vaillent tard, que ce soit la gar­de­rie ou ça, ça ne change rien. Mais pour ceux dont les horaires sont adap­tées c'est NUL!

Signaler

Aurore
le 8 septembre 2011

On n'étudie le rythme de l'enfant qu'au tra­vers du temps sco­laire. Or, est-il nor­mal qu'un enfant de mater­nelle quitte le domi­cile à 7 h 30 et ne rentre chez lui qu'à 19 heures. C'est un ENFANT !!!
Ne devrait-on pas revoir l'organisation géné­rale de la famille et plus pré­ci­sé­ment le tra­vail des femmes. Le temps par­tiel devrait être favo­risé. On pourra faire tous les amé­na­ge­ments pos­sibles du temps sco­laires, si le rythme de la "famille" n'est pas plus léger, cela ne sert à rien !!!!

Signaler

amble
le 16 août 2012

Les enfants se lève­ront une jour­née de plus plus tôt et seront plus fati­gués en fin de semaine.Certains res­te­ront en garderie.Aucun intérêt.

Signaler

8 réactions