Rythmes scolaires : un nouveau calendrier pour la rentrée 2013 ?

En pratique

Au terme d’une année de débat, le comité de pilotage sur les rythmes scolaires a remis son rapport, ce lundi 4 juillet, au ministre de l’Education nationale, Luc Chatel. Des vacances d’été raccourcies et des journées de travail allégées sont au centre des préconisations.

L’objectif fixé par le ministre était d’améliorer les conditions de vie et d’apprentissage des élèves dans le premier et second degrés. La Conférence nationale sur les rythmes scolaires, installée en juin 2010, rapportait dans un pré-rapport remis en juin dernier à Luc Chatel « une journée trop longue et fatigante », « une semaine de quatre jours inadaptée », et « une année scolaire déséquilibrée ». Selon l’OCDE, les élèves de l’école primaire en France ont un volume horaire quotidien parmi les plus élevés et le nombre de jours d’école le plus faible d’Europe, avec cent quarante-quatre jours de classe, contre par exemple cent quatre-vingt-dix au Royaume-Uni. Quant aux élèves du lycée et du collège, ils ne sont pas mieux lotis puisque leur volume horaire annuel d’enseignement se situe bien au-dessus de la moyenne des pays européens. Une organisation de l’enseignement qui selon le rapport « génère fatigue et stress et a des conséquences sur les résultats des élèves et sur le climat des établissements scolaires ».

Un nouvel emploi du temps

Dix propositions ont été retenues par le comité de pilotage. Parmi les pistes proposées pour remédier à ce déséquilibre : une année scolaire réorganisée et des journées allégées. Le comité prône ainsi une année répartie en trente-huit semaines d’école, huit semaines de petites vacances sur quatre périodes de deux semaines et six semaines de vacances l’été. Les périodes d’enseignement ne devront pas dépasser les sept à huit semaines, ce qui n’est pas toujours le cas aujourd’hui. Les vacances de la Toussaint seraient, quant à elles, rallongées, passant de dix à quinze jours, pour raccourcir un premier trimestre jugé trop long et fastidieux. Autre cible du comité de pilotage : la semaine de quatre jours. La semaine s’étalerait de nouveau sur neuf demi-journées en primaire, la désignation de la demi-journée supplémentaire (le mercredi ou le samedi) étant laissée au choix des départements. L’objectif ? Proposer des journées moins lourdes aux écoliers. Les journées de classes devraient ainsi être allégées en fonction de l’âge de l’élève : cinq heures par jour à l’école élémentaire et pour les deux premières années de collège, et six heures par jour pour les classes de 4e et de 3e. A ces heures d’enseignement quotidien s’ajouterait une heure et demi de pause déjeuner et une à deux heures d’accompagnement éducatif par jour pour que les élèves puissent faire leurs devoirs dans l’établissement avant de rentrer chez eux. Cette dernière mesure permettrait ainsi de « réduire autant que possible, le recours à des aides extérieures – donc source d’inégalité – et dont la qualité pédagogique ne fait l’objet d’aucune évaluation », précise le rapport.

Pas de mesures immédiates malgré des « propositions faciles à mettre en place dès la rentrée » selon les syndicats

Le ministre de l’Education nationale a annoncé, quant à lui, l’ouverture d’une nouvelle phase de consultation avec les partenaires de l’école. Les organisations syndicales, associations de parents et représentants des collectivités devraient donc être entendus avant la mise en place de nouvelles mesures. Ces déci­sions, qui pour­raient être prises dès la ren­trée 2013, pour­raient concer­ner la pause déjeuner et le raccourcissement des vacances d’été.
Une annonce qui ne convainc pas Jean-Jacques Hazan, président de la FCPE (1) : « Le bilan du rapport est positif et conforme à que nous souhaitions. Ce qui est négatif, c’est l’annonce que rien ne sera fait dans l’immédiat. Je suis très déçu que le ministre n’applique pas certaines propositions faciles à mettre en place. Une pause d’une heure et demi le midi pour tous les élèves relève uniquement de la responsabilité de l’Education nationale. Il en va de même pour le prolongement des vacances de la Toussaint. Aucune organisation syndicale n’a émis de réserve sur ces points.  Qu’il y ait une négociation qui s’engage est très bien, mais que cette négociation porte sur des évidences, c’est beaucoup de temps perdu. Ces mesures pourraient être appliquées dès la rentrée prochaine ». Même déception du côté du secrétaire général du SNUipp-FSU (2), Sébastien Sihr : « Les dix propositions du rapport sont robustes car elles traitent la problématique de l’organisation des rythmes scolaires dans leur ensemble, et c’est bien là l’enjeu. Que le ministre dise vouloir ouvrir une concertation uniquement sur deux points du rapport n’est pas la meilleure manière d’attraper ce débat. Celui-ci nécessite une approche systémique car c’est le puzzle dans son entier qu’il faut repenser si l’on veut véritablement avoir un projet éducatif global et cohérent pour les enfants ».  Quant à la semaine de quatre jours ? « Il faut rapidement revenir sur le rythme scolaire le plus mauvais d’Europe et qui est néfaste pour nos enfants », insiste le président de la FCPE.


Stéphanie Marpinard

<!–[if gte mso 9]> Normal 0 21 false false false FR X-NONE X-NONE MicrosoftInternetExplorer4 <![endif]–><!–[if gte mso 9]> <![endif]–> <!–[endif]–> 

Note(s) :
  • (1) La Fédération des conseils de parents d’élèves (FCPE) est la première fédération de parents.
  • (2) Le Syndicat national unitaire des instituteurs et des professeurs des écoles est le principal syndicat du primaire.

8 commentaires sur "Rythmes scolaires : un nouveau calendrier pour la rentrée 2013 ?"

  1. calao  8 juillet 2011 à 10 h 36 min

    Le rythme scolaire avec pour grandes vacances six semaines n’est fait que pour plaire aux parents ! mes enfants l’ont déjà expérimenté avec 10 semaines de cours du lundi au vendredi de 9h à15h et 6 semaines de grandes vacances et ils APPRECIENT les 8 semaines de grandes vacances qui pour eux leur apportent un VRAI repos avant une bonne reprise des cours.

    Répondre
  2. Profencolère  10 juillet 2011 à 17 h 10 min

    Les élèves devront rester obligatoirement 7 h à l’école par jour, contre 6 h actuellement, sans compter les 3 h qui se rajouteront le mercredi ou samedi matin. Donc plus d’heures par jour et par semaine = des enfants très fatigués en fin de semaine (minimum 31 h). De plus, sur l’année, ils devront venir à l’école 1 semaine et demi de plus qu’actuellement (+ 2 semaines en été et – 2 jours à Toussaint). Pense-t-on vraiment aux enfants là ? C’est plus le travail et l’économie qui va y gagner avec des parents qui pourront travailler plus car ils auront moins leurs enfants dans les pattes et des périodes de vacances très avantageuses pour le tourisme avec les 3 zones en été.

    Répondre
  3. lesaf  12 juillet 2011 à 13 h 25 min

    Voilà une ébauche de bonne réforme. Nos élèves seront, à l’évidence, moins fatigués. Ils pourront apprendre mieux et nous serons, en tant que profs, gagnants, avec des élèves plus calmes et plus efficaces.
    Bien sûr, on travaillera plus de jours. Cette perspective risque de provoquer un concert de protestations enseignantes sur fond d’arguments de mauvaise foi pour ne pas perdre quelques jours de congé. Rendons-nous à l’évidence, il faudra travailler un peu plus, on a tout à gagner : nous ne passerons plus le début de nos grandes vacances hagards et épuisés à nous remettre d’une année scolaire harassante… Mais, si cette réforme passe, il faudra que notre salaire soit revu à la hausse. Considérant que notre rémunération a été calculée sur 10 mois, il faudra rajouter les semaines travaillées en plus.

    Répondre
  4. Leïla 737  23 juillet 2011 à 18 h 26 min

    Je suis favorable aux 9 demies-journées de classe. Le saucissonage tue les apprentissages, il faut comme un fil continu, un suivi dans la présence à l’école, afin que l’école fasse partie des préoccupations des enfants. Et non ces coupures permanentes qui favorisent l’oubli, et l’investissement dans tout ce qui est « hors scolaire ». Et toujours pareil, les classes défavorisées, les enfants bousculés, malmenés par la vie sont les plus défavorisés dans le système actuel. L’école doit être ressentie comme un lieu serein, sécurisant, propice aux apprentissages. Un lieu où le savoir est source de libération et de liberté.
    Quelle que soit la réalité de chacun, aussi pénible soit-elle, l’école devrait être un lieu protégée, serein où la pensée peut se développer librement. Aussi miséreux que je sois je suis libre de penser et d’étudier.

    Répondre
  5. mimi  15 août 2011 à 15 h 21 min

    je trouve toujours aussi lamentable de n’avoir pour les parents que l’avis de la FCPE d’autant que sur ce dossier c’est eux qui n’ont de cesse depuis plus de 10 ans de refuser la semaine de 4 jours, oubliant que pour la majorité des enfants la journée du mercredi est déjà bien chargée et que dans tous les grands pays tous les enfants ont 2 jours de repos consécutifs! La fatigue des enfants ce sont d’abord les sureffectifs, les lieux communs inadaptés, les programmes surchargés et des enseignants plus que mal menés qui n’en peuvent plus! La FCPE est peut être la plus présente dans les écoles mais très loin d’être le reflet de l’avis majoritaire des parents qui sont très (trop) souvent constitués en associations isolées.

    Répondre
  6. Arsène  31 août 2011 à 21 h 11 min

    Je croyais que 7 c’était plus grand que 6, il faut m’expliquer de quelle manière les enfants vont pouvoir se « détendre » avec des activités obligatoires supplémentaires et les devoirs à faire en rentrant en prime!? Je suis entièrement de l’avis de Profencolère!
    Et je m’interroge aussi sur QUI donc va prendre ces enfants durant les 2 heures? C’est très vague: les enseignants qui veulent travailler plus? Des éducateurs de centre de loisir(sont-ils un choix adapté?)? Un autre détail pour vous, mais pour moi ça veut dire beaucoup: certains handicaps (comme le diabète avec ses contraintes horaires vitales) vont-ils bénéficier de dérogations?
    Il y a des idées intéressantes: 9 demi journées et un rythme de vacances mieux réparti, soit, mais ces 2h de plus le soir pourquoi les rendre obligatoires??? Je préfèrerais passer du temps avec mon enfant! Je comprends ceux qui travaillent tard, que ce soit la garderie ou ça, ça ne change rien. Mais pour ceux dont les horaires sont adaptées c’est NUL!

    Répondre
  7. Aurore  8 septembre 2011 à 15 h 31 min

    On n’étudie le rythme de l’enfant qu’au travers du temps scolaire. Or, est-il normal qu’un enfant de maternelle quitte le domicile à 7 h 30 et ne rentre chez lui qu’à 19 heures. C’est un ENFANT !!!
    Ne devrait-on pas revoir l’organisation générale de la famille et plus précisément le travail des femmes. Le temps partiel devrait être favorisé. On pourra faire tous les aménagements possibles du temps scolaires, si le rythme de la « famille » n’est pas plus léger, cela ne sert à rien !!!!

    Répondre
  8. amble  16 août 2012 à 11 h 36 min

    Les enfants se lèveront une journée de plus plus tôt et seront plus fatigués en fin de semaine.Certains resteront en garderie.Aucun intérêt.

    Répondre

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .


trois + = 10

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.