Comment utiliser Facebook en classe ?

En pratique

Initialement créé pour rassembler les lycéens et étudiants des pays anglophones, Facebook, le réseau social le plus utilisé par les élèves est aujourd’hui très peu exploité par le personnel enseignant. Comment utiliser cet outil de manière innovante et sécurisée en classe ?

Utiliser Facebook en cours ? La plupart des enseignants n’y songent même pas. Ils pensent ne pas avoir une maîtrise de l’outil suffisante de l’outil ou craignent de « perdre le contrôle ». Pourtant, les fonctionnalités de Facebook se prêtent particulièrement à un usage pédagogique et les élèves sont friands de ce genre d’expérience en classe. Ce guide vous propose des ressources et des pistes pour exploiter de manière sécurisée le potentiel éducatif du réseau social le plus utilisé par les étudiants.

Protéger la confidentialité des données personnelles

Beaucoup d’enseignants hésitent à utiliser Facebook en classe car ils ne souhaitent pas que les élèves aient accès à leurs informations personnelles.

Il existe pourtant des moyens simples de communiquer via un profil Facebook avec les étudiants, sans mettre en danger la confidentialité de ses informations personnelles.

La solution la plus facile reste de créer un deuxième profil sur lequel l’enseignant ne partagera que des informations relatives au cours et pourra donc accepter ses élèves comme « amis ». Il est conseillé d’y remplacer sa photo de profil par un avatar et de choisir l’option « Ne pas afficher ma date de naissance sur mon profil » dans les Informations de base.

Cependant, la création d’un deuxième profil n’est pas obligatoire puisqu’un réglage adapté des paramètres de sécurité permet de restreindre ou d’autoriser l’accès aux informations personnelles, selon les contacts. Facebook dispose en effet d’une fonctionnalité permettant de classer ses amis dans des listes auxquelles l’on peut attribuer différents droits d’accès. Un article de blog à destination des enseignants détaille la démarche à effectuer pour créer une liste de contact dédiée à vos élèves, avec des droits d’accès restreints.

Vous trouverez également sur Momiclic, un espace public numérique wallon, une présentation très complète des risques liés à l’utilisation de Facebook en classe, ainsi qu’un guide des paramètres de sécurité et de confidentialité offerts par le réseau social.

Utiliser les fonctionnalités de Facebook à des fins pédagogiques

Une fois la question de confidentialité réglée, l’enseignant dispose de plusieurs choix d’outils selon la finalité du projet pédagogique qu’il souhaite mener.

Créer une page Facebook pour la classe permettra à l’enseignant de proposer aux élèves des ressources supplémentaires relatives aux cours ou à l’actualité de la classe. Sur une page, l’administrateur (en l’occurrence l’enseignant) peut publier des liens, des images ou des vidéos. Il décide également si les fans peuvent y partager du contenu. L’enseignant peut donc contrôler le flux d’information sur le mur de la page.

Quelques pistes pour exploiter votre page de classe Facebook

  • proposer des ressources en relation avec le cours, des exercices, des liens Internet, comme sur la page de 5eA du collège André Maurois.
  • Présenter l’avancement d’un projet pédagogique réalisé en groupe réduit, comme ces élèves québécois de secondaire : la page Facebook de leur projet « Eau secours de la Yamaska » présente en temps réel l’avancée de leur travail à l’enseignant qui peut commenter les différentes publications.
  • Exploiter les applications de visio-conférence ou de partage de documents pour monter des classes virtuelles (aide individualisée, enseignement à distance) comme Jean-Marc Dumont.

L’avantage d’une page Facebook tient au fait que le contenu publié sur celle-ci apparait également sur le fil d’actualité des fans de la page (en l’occurrence celui des élèves.).

Un groupe Facebook offre les mêmes fonctionnalités qu’une page, mais le paramétrage des contrôles d’accès est plus fin : l’enseignant peut choisir d’accepter ou de refuser un membre précis dans le groupe, alors qu’il ne peut restreindre l’accès à une page que selon l’âge ou la zone géographique des membres.

Quelques pistes pour exploiter les groupes Facebook

  • Fédérer les élèves autour d’un projet impliquant toute la classe, à l’image de cette enseignante en histoire qui a monté un groupe Facebook consacré à la 2nde guerre mondiale. Les élèves y publient tout au long de l’année des ressources (photos, vidéos ou liens), au jour-anniversaire des évènements les plus marquants du conflit.
  • Effectuer un suivi des élèves en stage ou en alternance, en leur proposant d’échanger régulièrement sur leur expérience pendant leur absence de la classe.

Une autre option consiste à créer une application pédagogique pour Facebook avec les élèves. Ce type d’usage est beaucoup moins répandu puisqu’il nécessite quelques bases de programmation. On trouve néanmoins sur Internet des tutoriels assez clairs (comme celui du blog « Apprendre Facebook ») pour les néophytes souhaitant se lancer dans la création d’une application.

Quelques pistes autour de la création d’une application avec les élèves

  • Créer des tests, des quizz, comme dans cette initiative des élèves du lycée Louis Armand de Chambéry , qui ont créé un test de lecture sur Bel-Ami de Maupassant, sous forme d’application Facebook.
  • Créer un outil de révision ludique, grâce à une application qui se substitue aux fiches en publiant aléatoirement les points-clés à retenir : Françoise Cahen, professeur de lycée, a créé avec ses terminales littéraires une application Facebook affichant de manière aléatoire des citations d’Homère, relevées et saisies par les élèves.

Alors que Luc Chatel vient d’annoncer son intention de fermer les comptes Facebook des élèves harceleurs, intégrer l’outil à ses pratiques pédagogiques est aussi l’occasion de sensibiliser les élèves à une utilisation raisonnée du Web 2.0.

Facebook en quelques mots

Facebook est un réseau social permettant aux membres inscrits de publier des informations et les partager avec ses contacts (« amis ») enregistrés. A l’origine réservé aux universitaires d’Harvard, il est ouvert à tous depuis 2006. Son succès est tel (plus de 500 millions d’inscrits en 2010 selon le fondateur M.Zuckerberg) que le terme est entré dans le dictionnaire anglais Collins.

Lexique français-Facebook

Fan, page, mur, tous les termes spécifiques à Facebook sont définis dans le dictionnaire des réseaux sociaux d’e-mondeos.fr

7 commentaires sur "Comment utiliser Facebook en classe ?"

  1. Krokodilo  5 mai 2011 à 20 h 29 min

    On apprend aux enfants à laisser peu d’infos sur Internet, n’est-il pas contradictoire de les pousser à utiliser un réseau notoirement connu pour la difficulté qu’il y a à en sortir ?
    Cela revient aussi à obliger tous les élèves à y adhérer, c’est-à-dire à faire la pub de Facebook, alors qu’une partie des activités proposées peuvent être réalisées sur de simples blogs. Et quid des élèves qui n’ont pas d’ordi ?
    En outre, l’apprentissage et la manipulation de tout ça est très chronophage ; est-ce un plus ou un gadget pédagogique ?

    Répondre
  2. FC  6 mai 2011 à 9 h 44 min

    Bonjour,
    J’utilise facebook en complément d’un site internet pour partager l’actualité scientifique avec mes élèves. A noter qu’ils n’ont pas besoin de posséder un compte Facebook pour accéder au mur.
    Le site : http://www.monanneeaucollege.com
    Le mur : https://www.facebook.com/pages/Mon-annee-au-coll%C3%A8ge/123018724428215

    Cordialement
    F Crégut

    Répondre
  3. ablachair  6 mai 2011 à 12 h 12 min

    « La solu­tion la plus facile reste de créer un deuxième pro­fil sur lequel l’enseignant ne par­ta­gera que des infor­ma­tions rela­tives au cours et pourra donc accep­ter ses élèves comme « amis ». »

    Ce serait effectivement l’idéal si c’était autorisé par FB…
    Ce genre de pratique est en effet explicitement interdit par leurs conditions d’utilisation :
    http://fr-fr.facebook.com/terms.php?ref=pf, §4.2. :

    « 2. Vous ne créerez qu’un seul profil personnel. »

    Répondre
  4. Françoise  8 mai 2011 à 14 h 33 min

    Bonjour, je suis Françoise Cahen, et je suis citée dans cet article intéressant. Petite correction: le quiz « quel personnage de Bel-Ami es’tu? » sur Facebook n’a pas été fait par le lycée de Chambéry, mais aussi par une de mes classes de seconde. Je voulais insister sur le fait que je ne fais ouvrir à aucun élève un compte Facebook, et que pour élaborer les applications, nous fonctionnons avant tout sur papier. En revanche, pour montrer aux élèves qu’un roman est un réseau social, nous avons créé des comptes Facebook à tous les personnages de Bel-Ami, que mes élèves font ainsi vivre virtuellement le temps de l’étude du roman.

    Répondre
  5. Françoise  8 mai 2011 à 14 h 43 min

    Je vous signale aussi l’utilisation de Facebook faite par Jean-Michel Le Baut au lycée de L’Iroise, qui a ouvert des comptes Facebook au nom des personnages de Lorenzaccio de Musset.

    Répondre
  6. ericanto  7 août 2011 à 23 h 58 min

    Partie 1

    Dans votre article, vous parlez de la confidentialité, on peut y lire « Une fois la ques­tion de confi­den­tia­lité réglée… ». Mais de quelle confidentialité parlez vous? Vous avez l’air de ne tenir compte que de la confidentialité des informations personnelles des professeurs, et encore, que des professeurs envers les élèves. Vous ne vous souciez pas une seule seconde des données des élèves et des professeurs offertes à une entreprise pour le moins obscure. Masquer sa date de naissance ne la fait pas disparaître et même ceux qui ne mettent « rien » sur facebook participent à la formation d’une formidable base de donnée rassemblant au minimum adresses IP et noms et en moyenne bien plus que l’horrible fichier Edvige.

    Après, au delà de la confidentialité, il y a la question du choix. Un professeur, en utilisant Facebook laisse t’il le choix à ses élèves, d’utiliser ou non Facebook? Le choix revient t-il au professeur ou à l’élève et sa famille? Et même si l’élève n’est pas « obligé » de s’inscrire, n’est ce pas une stigmatisation et un marginalisation supplémentaire pour ceux qui font le choix de ne pas utiliser Facebook? Ou même de ceux de plus en plus rares et de plus en plus stigmatisés n’ayant pas accès à l’outil informatique?

    Répondre
  7. ericanto2  8 août 2011 à 0 h 01 min

    Partie 2

    Je souhaite rappeler que les professeurs et l’école ont une très grande influence sur les élèves; l’usage de tel ou tel logiciel s’apparente à une drogue numérique à laquelle les enfants sont habitués dès l’enfance et ne s’en détachent plus. Pourquoi les gens utilisent Windows? Tout simplement parce qu’ils n’ont jamais rien utilisé d’autre et parce qu’ils ont été habitués dès l’enfance. C’est pourquoi l’usage de programmes et de services commerciaux doit être strictement encadré dans le milieu scolaire, et ici, il est bien question de programmes commerciaux, Facebook n’étant pas un œuvre de charité, il faut se demander d’où vient leur rentabilité.
    On assiste actuellement à une officialisation de facebook qui n’a pas lieu d’être, facebook n’a pas à être utilisé par les services publics.
    Ce n’est pas parce que Facebook utilise des petits visuels bleu et sobre qu’il faut le prendre pour un outil officiel, et j’espère ne plus avoir à lire d’autres article comme celui-ci, j’imagine bien un « apprendre à compter avec Pokémon » ou alors « faire cours sur msn » ou pourquoi pas une « opération un skyblog par élève ».

    De plus, comme indiqué par ablachair, il est interdit de créer plusieurs profils sur Facebook.

    Répondre

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .


+ 2 = trois

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.