Polémique sur l’ »embauche à vie des fonctionnaires »

Chronik'éduc

Christian Jacob, président du groupe UMP à l’Assemblée nationale, a déclenché l’ire des syndicats et partis de gauche vendredi en mettant en cause la "pertinence de l’embauche à vie des fonctionnaires". Revue de presse.

Le point de départ de la polémique est un entretien de Christian Jacob accordé vendredi 7 janvier au mensuel Acteurs Publics . Il y déclare qu’il « ne faut pas s’interdire de réfléchir à la pertinence de l’embauche à vie des fonctionnaires ». Et propose d' »envisager, à l’avenir, des contrats d’objectifs sur cinq ou dix ans qui permettraient à des gens de passer du secteur privé au secteur public et vice versa ».

« Un management relevant du privé »

Le jour même, Libération publie les réactions des syndicats et de la gauche. « Cette proposition laisse à penser qu’on peut moderniser la fonction publique en ayant recours à un management relevant du privé, mais ce n’est pas du tout adapté. Elle a besoin de pérennité, de continuité » déclare Bernadette Groison, secrétaire générale de la FSU.

Pour Razzy Hammadi, secrétaire national du PS aux services publics, « ce que la droite veut, c’est une fonction publique muselée et en laisse ».

Pour apaiser la polémique, Georges Tron, secrétaire d’Etat à la Fonction Publique, a immédiatement indiqué que revenir sur le statut des fonctionnaires « n’est pas du tout dans l’optique du gouvernement » (Libération, article déjà cité).

« Franchement inutile »

Lundi, c’est le Premier ministre lui-même, lors de ses vœux à la presse, qui a dénoncé un débat « franchement inutile ». Il a martelé qu’il « ne faut pas laisser entendre que l’Etat distribuerait des rentes à vie », mais en précisant tout de même que « cela ne veut pas dire que les fonctionnaires titulaires sont propriétaires de leur poste et de leur rémunération ». (Source Libération).

Aujourd’hui, tout semble apaisé : ce matin sur RTL, Christian Jacob indiquait qu’il n’y avait pas « de désaccord » et qu’il n’avait « aucun problème avec le Premier ministre ». (Source Le Figaro)

Jean-François Copé, secrétaire général de l’UMP, déclarait de son côté ce matin sur i-TELE et Radio classique que ce que disait Christian Jacob « [était] quelque chose qui relev[ait] du bon sens » et qu’il n’y avait pas là de « tabou ». L’idée « que l’on puisse faire des allers-retours entre la fonction publique et le secteur privé comme cela se fait dans tous les grands pays d’Europe » n’est pour lui en effet pas du tout déplacée. (Source Le Figaro)

De fortes craintes

Le feu est-il vraiment éteint ? Il suffit de lire l’interview d’Anne Baltazar, secrétaire générale de FO Fonctionnaires, publiée aujourd’hui sur le site du mensuel Acteurs Publics, pour se rendre compte que non. Elle défend le « statut des fonctionnaires », contribuant « à l’attractivité de la fonction publique », et plus que jamais indispensable alors que certains secteurs comme les hôpitaux ont tant de mal à recruter.  Et, alors que s’ouvrent aujourd’hui les discussions entre Georges Tron et les syndicats sur la précarité dans la Fonction Publique des agents non titulaires , Anne Baltazar craint que cette polémique ne cache en filigrane « l’envie de l’UMP de mettre fin à la garantie de l’emploi dans la fonction publique ». Ce qui serait quelque chose d »‘inacceptable ».

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .


− deux = 5

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.