11.01.2011
Aucune réaction

Polémique sur l'"embauche à vie des fonctionnaires"

Christian Jacob, pré­sident du groupe UMP à l'Assemblée natio­nale, a déclen­ché l'ire des syn­di­cats et par­tis de gauche ven­dredi en met­tant en cause la "per­ti­nence de l'embauche à vie des fonc­tion­naires". Revue de presse.

Le point de départ de la polé­mique est un entre­tien de Christian Jacob accordé ven­dredi 7 jan­vier au men­suel Acteurs Publics . Il y déclare qu'il "ne faut pas s'interdire de réflé­chir à la per­ti­nence de l'embauche à vie des fonc­tion­naires". Et pro­pose d'"envisager, à l'avenir, des contrats d'objectifs sur cinq ou dix ans qui per­met­traient à des gens de pas­ser du sec­teur privé au sec­teur public et vice versa".

"Un mana­ge­ment rele­vant du privé"

Le jour même, Libération publie les réac­tions des syn­di­cats et de la gauche. "Cette pro­po­si­tion laisse à pen­ser qu'on peut moder­ni­ser la fonc­tion publique en ayant recours à un mana­ge­ment rele­vant du privé, mais ce n'est pas du tout adapté. Elle a besoin de péren­nité, de conti­nuité" déclare Bernadette Groison, secré­taire géné­rale de la FSU.

Pour Razzy Hammadi, secré­taire natio­nal du PS aux ser­vices publics, "ce que la droite veut, c'est une fonc­tion publique muse­lée et en laisse".

Pour apai­ser la polé­mique, Georges Tron, secré­taire d'Etat à la Fonction Publique, a immé­dia­te­ment indi­qué que reve­nir sur le sta­tut des fonc­tion­naires "n'est pas du tout dans l'optique du gou­ver­ne­ment" (Libération, article déjà cité).

"Franchement inutile"

Lundi, c'est le Premier ministre lui-même, lors de ses vœux à la presse, qui a dénoncé un débat "fran­che­ment inutile". Il a mar­telé qu'il "ne faut pas lais­ser entendre que l'Etat dis­tri­bue­rait des rentes à vie", mais en pré­ci­sant tout de même que "cela ne veut pas dire que les fonc­tion­naires titu­laires sont pro­prié­taires de leur poste et de leur rému­né­ra­tion". (Source Libération).

Aujourd'hui, tout semble apaisé : ce matin sur RTL, Christian Jacob indi­quait qu'il n'y avait pas "de désac­cord" et qu'il n'avait "aucun pro­blème avec le Premier ministre". (Source Le Figaro)

Jean-François Copé, secré­taire géné­ral de l'UMP, décla­rait de son côté ce matin sur i-TELE et Radio clas­sique que ce que disait Christian Jacob "[était] quelque chose qui relev[ait] du bon sens" et qu'il n'y avait pas là de "tabou". L'idée "que l'on puisse faire des allers-retours entre la fonc­tion publique et le sec­teur privé comme cela se fait dans tous les grands pays d'Europe" n'est pour lui en effet pas du tout dépla­cée. (Source Le Figaro)

De fortes craintes

Le feu est-il vrai­ment éteint ? Il suf­fit de lire l'interview d'Anne Baltazar, secré­taire géné­rale de FO Fonctionnaires, publiée aujourd'hui sur le site du men­suel Acteurs Publics, pour se rendre compte que non. Elle défend le "sta­tut des fonc­tion­naires", contri­buant "à l'attractivité de la fonc­tion publique", et plus que jamais indis­pen­sable alors que cer­tains sec­teurs comme les hôpi­taux ont tant de mal à recru­ter.  Et, alors que s'ouvrent aujourd'hui les dis­cus­sions entre Georges Tron et les syn­di­cats sur la pré­ca­rité dans la Fonction Publique des agents non titu­laires , Anne Baltazar craint que cette polé­mique ne cache en fili­grane "l'envie de l'UMP de mettre fin à la garan­tie de l'emploi dans la fonc­tion publique". Ce qui serait quelque chose d"'inacceptable".


Sandra Ktourza

Vous souhaitez réagir sur cet article : Open-close

Modération par la rédaction de VousNousIls.

Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.

Vos réactions :

Open-close
Aucune réaction