25.01.2005
Aucune réaction

Réflexion sur l'enseignement de la Shoah

- Point de vue de l'auteur du livre « Eduquer contre la Shoah »

Alors que l'on com­mé­more le soixan­tième anni­ver­saire de la libé­ra­tion des camps de concen­tra­tion cette semaine, Jean-François Forges, pro­fes­seur d'histoire dans un lycée de Lyon et auteur du livre "Eduquer contre Auschwitz" livre ses réflexions sur l'enseignement de la Shoah. Il estime qu'il ne faut pas étudier la Shoah sous le simple prisme de l'émotion ou du devoir de mémoire, mais insuf­fler de la rigueur his­to­rique aux élèves.

Sur les voyages sco­laires orga­ni­sés à Auschwitz, Jean-François Forges estime qu'il faut une pré­pa­ra­tion his­to­rique. Selon lui il n'est pas très rigou­reux de ne jouer que sur l'émotion. Il est néces­saire de mon­trer des images avant le voyage pour que l'on recon­naisse et que l'on com­prenne ce que l'on voit. Jean-François Forges pense que les élèves ne se rendent pas for­cé­ment compte. Le com­por­te­ment incon­ve­nant des deux lycéens Montreuil lors d'une visite du camp en est l'illustration. A l'inverse des élèves qui se sont bien com­por­tés n'ont peut être rien com­pris. Jean-François Forges conclue que ce ne sont pas ceux qui sont le plus bou­le­ver­sés qui ont le mieux com­pris l'Histoire.

Pour don­ner un sens à l'enseignement de la Shoah, ce pro­fes­seur pré­co­nise la média­tion autour d'oeuvres d'art comme le livre de Primo Lévi, "Si c'était un homme" et le film "Shoah" de Claude Lanzmann.


Vous souhaitez réagir sur cet article : Open-close

Modération par la rédaction de VousNousIls.

Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.

Vos réactions :

Open-close
Aucune réaction